du 10 janvier 2018
Date

Choisir une autre édition

Dans une lettre ouverte, Jana Partners et le Système de retraite des enseignants de l'État de Californie s'inquiètent de ce qu'un enfant peut faire sous iOS. Les deux actionnaires détiendraient à eux deux pour environ deux milliards de dollars d'actions de la société.

Ils évoquent les « possibles effets secondaires indésirables et inattendus » que pourrait poser l'exposition régulière aux smartphones des enfants et adolescents. Ils réclament des études et des fonctions limitant l'accès à l'appareil et aux contenus pour les plus jeunes, invoquant l'intérêt à long terme de l'entreprise, notamment d'un point de vue réglementaire.

Ils demandent plus de granularité du contrôle parental, jugé trop binaire aujourd'hui. De son côté, la société a répondu être très attentive sur le sujet, et déjà proposer diverses solutions de contrôle parental au sein d'iOS.

Deux actionnaires d'Apple s'inquiètent de l'utilisation de l'iPhone par les enfants
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Kenneth Christiansen, contributeur sur Chromium, a partagé plusieurs captures d’écrans montrant le travail actuel d'intégration des applications web dans Chrome OS. Que Google concentre des efforts dans ce domaine n’étonnera d’ailleurs personne.

Il est déjà possible depuis longtemps d’ajouter n’importe quel site web dans la bibliothèque d’applications. Le site s’ouvre alors dans sa propre fenêtre, et donne une sensation raisonnable d’indépendance. Dans les dernières builds Canary et Dev de Chrome, cette intégration va plus loin.

La barre de titre récupère ainsi la couleur principale du site, et affiche le domaine principal. Un bouton fournit quelques informations supplémentaires, dont l’URL complète active. Les utilisateurs intéressés pourront activer le flag #enable-desktop-pwas dans chrome://flags.

En activant #enable-experimental-web-platform-features, ils débloqueront également une autre nouveauté : les Progressive Web Apps deviennent d’authentiques cibles de partage. Un bouton Twitter sur un site pourra par exemple appeler Twitter Lite, la version mobile du service.

Il est évident désormais que les PWA sont amenées à jouer un grand rôle. Le simple fait d’être poussées par Google ne peut que jouer en leur faveur, avec Android comme force de frappe principale. Mais Microsoft s’y met aussi et a annoncé récemment qu’elles auraient une place de choix dans Windows 10, jusqu’à être présentes dans son Store. De quoi faire changer peut-être d’avis Apple.

Copié dans le presse-papier !

Nouvelle initiative de Google au sein de son programme publicitaire AdSense : Auto Ads. L'objectif est ici non plus d'automatiser le contenu ou la distribution des publicités, mais leur placement par rapport à l'espace disponible sur la page.

Un peu comme cela a été fait par Facebook dans les Instant Articles, l'idée est de laisser l'élément publicitaire s'adapter au contenu en fonction des opportunités et des formats acceptés par l'éditeur.  

Pour rendre l'ensemble plus « sexy », Google évoque la solution de machine learning utilisée pour ce dispositif, qui rendra les éditeurs un peu plus dépendants des solutions maison, tout en les incitant toujours à livrer les données de leurs visiteurs.

Copié dans le presse-papier !

Le fabricant explique qu'il s'agit de « la première solution 2x2 802.11ax prête à l'emploi pour les smartphones, tablettes et ordinateurs portables » ; une annonce parfaitement calibrée pour le MWC de Barcelone dont l'édition 2018 ouvre ses portes la semaine prochaine.

Le constructeur évoque des débits doublés avec une consommation réduite de 67 % au maximum par rapport au Wi-Fi 802.11ac Wave 2. Il ajoute que sa puce exploite le dernier brouillon de la norme, exactement comme Intel. Ce Draft 2.0 devrait servir de base pour la certification finale.

Concernant WPA3, Qualcomm ne donne pas plus de détail que la Wi-Fi Alliance, précisant simplement que la sécurité est renforcée. Attendu pour cette année, il permettra notamment de contrer la faille KRACK du WPA2.

Alors que le Bluetooth 5 est disponible depuis l'année dernière, Qualcomm explique qu'il a « entièrement repensé » sa puce pour « anticiper la prochaine norme 5.1 ». Celle-ci devrait permettre d'augmenter encore les débits, tout en diminuant la consommation.

Les premiers échantillons de WCN3998 seront envoyés aux partenaires durant le second semestre de cette année.

Cette année encore, nous serons sur place à Barcelone afin de voir si le 802.11ax prendra son envol, après un démarrage assez timide au CES de Las Vegas (lire notre compte rendu).

Copié dans le presse-papier !

Dans un billet de blog, OpenWhisper Systems officialise sa fondation. Elle est soutenue par Brian Acton, cofondateur de WhatsApp, à hauteur de 50 millions de dollars.

Elle doit financer le développement du logiciel de manière pérenne. L'équipe comptait jusqu'ici sur le soutien fiscal de l'organisation Freedom of the Press. Elle comportait deux à trois développeurs à plein temps en général, sur une équipe qui n'a jamais dépassé sept personnes. Pas de quoi développer sereinement un outil si utilisé.

Pour mémoire, Signal est une application de messagerie, qui a contribué à démocratiser le chiffrement de bout en bout pour les discussions en ligne. Son moteur (libsignal) est entré dans de nombreux services de messagerie, comme Google Allo, Facebook Messenger ou WhatsApp, seul ce dernier l'activant par défaut.

Signal reste critiqué par certains défenseurs des libertés numériques, qui goûtent peu à la centralisation des communications (via un serveur géré par l'équipe), l'absence de fédération et l'appui sur les services de communication de Google pour les notifications sur mobile.

Des évolutions sont promises depuis quelques mois, sans grand effet pour le moment.

Copié dans le presse-papier !

Via une série de communiqués de presse, Qualcomm donne quelques informations sur ces machines pensées pour être toujours connectées à Internet, fonctionnant sous Windows 10 et exploitant une puce Snapdragon 835.

En France, les ordinateurs seront notamment disponibles chez Boulanger et la Fnac « à partir de ce trimestre ». Qualcomm en profite pour annoncer que l'opérateur Transatel sera son partenaire pour les offres mobiles en France. Il était déjà présent dans une machine « Always connected PC » d'ASUS, à base de processeurs Intel.

Transatel multiplie d'ailleurs les annonces sur ce segment (et celui de l'eSIM) au cours des derniers mois, quand les autres opérateurs restent relativement discrets. Là encore, le MWC de Barcelone devrait permettre d'en savoir plus.