du 15 novembre 2017
Date

Choisir une autre édition

Microsoft propose depuis quelques années maintenant une boutique en ligne permettant d'acheter ses produits, mais aussi ceux de ses partenaires. C'était notamment le cas de smartphones sous Windows 10.

Mais avec la fin de son OS mobile, la société a décidé d'ouvrir un peu ses perspectives et vient d'ajouter des Galaxy S8 et S8+ (sous Android) à son catalogue américain. Ce n'est pas (encore ?) le cas en France.

Ces appareils sont indiqués comme « compatibles avec l'application Microsoft Launcher », qui peut être utilisée sur n'importe quel appareil. Il sera intéressant de voir si d'autres marques font leur apparition et si cette nouveauté prend place dans une volonté plus globale de transformer le géant américain (et Windows 10) en un acteur de la vente en ligne.

Des Samsung Galaxy S8/S8+ vendus dans la boutique de Microsoft
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Petite mise à jour OTA pour le smartphone, estampillée 5.1.8. Principal apport, « l'amélioration de la qualité audio des appels », ce qui n'est jamais un mal.

On ne sait pas encore si cette nouvelle version corrige le problème détecté par certains utilisateurs. Activer le haut-parleur lors d'un appel pouvait en effet couper complètement le son. L'interlocuteur pouvait entendre mais n'était donc plus entendu.

La nouvelle mouture apporte également davantage de stabilité, que ce soit dans la gestion du signal réseau ou dans le système. Là non plus, personne ne s'en plaindra.

La mise à jour est disponible depuis les Paramètres de l'appareil.

Copié dans le presse-papier !

L'information a été mise en ligne par un tweet de Gregory Jacobs, un responsable Uber. Le message a depuis été effacé et le compte passé en privé.

Dans le tweet, une image montrait une course à 10,18 dollars avec une prise en charge à 16h46, ou bien à 8,15 dollars avec une attente de quelques minutes. « Si vous êtes d'accord pour partir plus tard, nous vous demanderons votre trajet pour 17h00 avec un prix inférieur ».

La société a confirmé travailler sur cette fonctionnalité, mais sans donner plus de détails pour le moment.

Copié dans le presse-papier !

Lancé officiellement fin 2016, le système de positionnement par satellite progresse rapidement. En effet, le CNES revendiquait près de 100 millions d'utilisateurs en février de cette année, et Jean-Yves Le Gall (président du CNES) annonce désormais 200 millions, soit 100 millions de plus en l'espace d'un peu plus de quatre mois.

Pour rappel, il ne s'agit pour le moment que des services initiaux, tous les satellites de la constellation n'étant pas encore en place. Le prochain lancement est prévu pour le 25 juillet prochain, avec quatre nouveaux satellites.

Copié dans le presse-papier !

Comme prévu, YouTube Musique est disponible dans l'Hexagone. Ce service permet d'accéder à toute la musique sur YouTube, avec un mode hors ligne, des recommandations personnalisées et un moteur de recherche dédiée.

L'offre est disponible gratuitement avec publicité, ou bien avec un abonnement à 9,99 euros par mois sans publicité. Une offre famille à 14,99 euros est également proposée. Une application dédiée est disponible pour Android et iOS.

De son côté, YouTube Premium inclut l'abonnement YouTube Music, avec la possibilité de profiter du mode hors ligne, des vidéos sans publicités et de la lecture en arrière plan sur tout YouTube. Il permet aussi d'accéder aux contenus YouTube Originals. Cette fois-ci, l'abonnement est à 11,99 euros par mois, ou 17,99 euros pour la famille. Les abonnés Google Play Music ont automatiquement accès à la version payante de YouTube Music.

En plus de la France, les deux services sont disponibles dans 16 autres pays : Allemagne, Australie, Autriche, Canada, Corée du Sud, Espagne, États-Unis, Finlande, Irlande, Italie, Mexique, Norvège, Nouvelle-Zélande, Royaume-Uni, Russie et Suède.

Copié dans le presse-papier !

L'année dernière, le géant de Santa Clara dévoilait ses premiers produits grand public exploitant sa technologie 3D XPoint. Malgré leur nom, ces modules M.2 étaient utilisés comme de simples caches pour un disque dur ou un SSD, promettant une accélération de la réactivité de la machine.

Intel expliquait alors que ses partenaires proposeraient des modules Optane Memory dans leurs machines, ou en bundle avec leurs cartes mères. La société a dévoilé d'autres formats pour sa gamme Optane : des SSD plus classiques pour le monde de l'entreprise et nos PC ou même des modules DIMM.

Mais voilà, certains constructeurs sont un peu optimistes dans leur présentation des modules Optane Memory. Comme l'a relevé ExtremeTech, c'est au moins le cas de Dell et HP qui n'hésitent pas à fusionner la quantité de ce cache M.2 avec celle de la mémoire du système (DDR4).

Un mélange des genres trompeur, puisque ces deux solutions n'ont rien à voir, leurs valeurs ne pouvant en aucun cas être ainsi fusionnées. Espérons qu'Intel rappellera rapidement ses partenaires à l'ordre.