du 17 avril 2018
Date

Choisir une autre édition

Des rumeurs d'un rachat de SFR par Bouygues, le cours d'Altice remonte

Cela faisait longtemps que le titre de la société de Patrick Drahi n'avait pas repris des couleurs. Valant 20,35 euros il y a un an et 16,16 euros avant sa chute de novembre, l'action était cotée à 6,55 euros seulement le 4 avril.

Depuis, elle est progressivement remontée, avec une hausse de 5,4 points hier, à 8 euros. De quoi valoriser Altice NV à 13,04 milliards d'euros. La raison ? Principalement des rumeurs d'un rachat par le groupe Bouygues d'Altice France (ex-SFR Group). Selon Bloomberg, des discussions ont été entamées avec CVC Capital Partners en vue d'une offre conjointe.

Le groupe Bouygues a bien entendu publié un communiqué, sans démentir formellement et précise que « comme tout acteur d’un marché, [il] étudie régulièrement les diverses hypothèses d’évolution du secteur des télécoms ; mais à ce jour il n’y a aucune discussion avec un autre opérateur et aucun mandat n’a été délivré à quelque conseil que ce soit ».

De son côté, Altice n'a pas réagi. Dans tous les cas, même si les choses se confirment, on est encore loin d'attaquer le « dur » des discussions. Toutes les tentatives précédentes d'une consolidation à trois acteurs ont échoué. Assez ironiquement, en 2015, c'était même Altice qui cherchait à se payer Bouygues Telecom.

Bien qu'Altice France soit en difficulté, cela reste l'un des plus gros actifs du groupe. On imagine donc mal Patrick Drahi accepter de le céder à un prix inférieur à celui payé en 2014, à moins d'y être obligé pour sauver le reste du groupe. Rien que pour SFR (hors médias), il était alors question d'une transaction de 13,366 milliards d'euros.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Comme prévu, Elon Musk a pris la parole hier soir pour dévoiler le nom du premier touriste de l'espace à avoir acheté un billet pour faire le tour de la Lune dans la fusée BFR : Yusaku Maezawa.

Il s'agit d'un milliardaire (ce qui ne surprendra personne) japonais et collectionneur d'art. Il ne sera pas seul puisqu'il embarquera avec lui six ou huit artistes et personnalités culturelles. Leur identité n'a pas été dévoilée, mais ils participeront tous au projet baptisé #dearMoon par Maezawa. « Ils devront créer quelque chose à leur retour sur Terre » affirme le milliardaire. Un site web dédié a été mis en ligne.

Yusaku Maezawa a payé toutes les places, mais n'a pas donné d'indication sur le tarif demandé. Même discrétion sur le montant de l'opération chez Elon Musk et SpaceX. La fortune du japonais est estimée à près de 3 milliards de dollars selon Forbes.

Le voyage est prévu pour 2023. Pour rappel, la fusée BFR (Big Falcon Rocket ou Big Fucking Rocket) n'a pas encore effectué le moindre vol.

Copié dans le presse-papier !

Alors que les batteries du commerce ne dépassent généralement pas les 60 watts, celle-ci monte jusqu'au maximum autorisé par cette technologie (100 watts, avec 5 A sur 20 V). Elle est pour le moment disponible sur Kickstarter.

Deux ports USB Type-C sont présents – un de 100 watts, un autre de 60 watts – ainsi qu'un troisième port USB Type-A compatible Quick Charge 3.0 (jusqu'à 18 watts). Les trois peuvent être utilisés en même temps, mais avec un maximum combiné de 130 watts.

Le port USB Type-C de 100 watts sert également pour charger la batterie de 27 000 mAh. Le fabricant annonce un temps de charge d'une heure seulement pour obtenir 100 % de la capacité. Vous pouvez charger la batterie et brancher des périphériques dessus afin qu'ils se chargent eux aussi.

Elle mesure 83,2 x 77,1 x 21,3 mm pour poids de 550 grammes. Elle est pour le moment proposé à partir de 149 dollars pour les early birds sur Kickstarter, contre 299 dollars pour le prix attendu. Les livraisons sont prévues pour décembre de cette année.

Il reste 28 jours au projet, mais c'est déjà un succès avec près de 250 000 dollars récoltés sur les 100 000 demandés.

Copié dans le presse-papier !

Le régulateur européen donnera sa réponse dans un mois, après le dépôt par Microsoft d’une demande en ce sens vendredi de la semaine dernière, selon Reuters.

La Commission devra déterminer si le rachat de GitHub ne viole aucune règle en cours, auquel cas elle donnera son feu vert. En cas de doute, elle peut cependant déclencher une enquête.

Rappelons que l’opération a coûté 7,5 milliards de dollars à Microsoft. Il s'agissait de la plus grosse opération depuis le rachat de LinkedIn, dont les 26 milliards n’ont pas été dépassés. GitHub a cependant coûté moins cher à l’entreprise que Skype et ses 8,5 milliards de dollars.

En attendant la réponse des instances européennes, Microsoft a répété plusieurs fois que l’ouverture de GitHub ne changerait pas. Certains craignent en effet que le service d’hébergement de projets finisse par avantager les produits de Redmond.

Copié dans le presse-papier !

Le réseau social n'en finit plus d'annoncer des mesures pour lutter contre les ingérences étrangères dans les élections, et la désinformation.

Hier, il a dévoilé un programme pilote destiné aux candidats des élections législatives de mi-mandat aux États-Unis, qui se tiennent en novembre. Eux et les responsables de partis (locaux et nationaux) seront invités à installer la double authentification sur leurs comptes, et disposeront d'une surveillance des tentatives d'intrusion.

La société multiplie les promesses et les communiqués à chaque pas de ses outils pour protéger les élections des manipulations. Dernièrement, il a étendu le fact-checking aux photos et vidéos, en revenant (longuement) sur ses efforts des derniers mois.

Copié dans le presse-papier !

Dans les dernières préversions de Windows 10, Microsoft testait un message particulièrement « audacieux » : il interceptait l’installation de Chrome et Firefox (versions stables) pour demander à l’utilisateur s’il ne préférait pas rester sur Edge.

Le navigateur, décrit comme « plus sûr et plus rapide », a en effet bien du mal à trouver son public, en dépit de certaines qualités. Microsoft a donc fait une tentative, mais qui témoigne de méthodes moyenâgeuses.

L'entreprise souhaitait probablement tester la réaction du public. Elle n’a pas été déçue : les commentaires enflammées des testeurs et internautes en témoignent partout sur le web. Elle a donc supprimé ce panneau.

La dernière build déployée dans le canal rapide, la 17760, n’affiche désormais plus rien. L’éditeur semble être revenu à la raison, en se rendant sans doute compte que le mouvement paraissait… désespéré.

Notez que la build 17760 ne contient plus actuellement aucun problème connu. Microsoft est probablement sur le point de finaliser le développement de la mise à jour 1809, qui sera disponible le mois prochain sous le nom d'October 2018.