du 13 février 2018
Date

Choisir une autre édition

Des premiers tests (sous contrôle) du Snapdragon 845 de Qualcomm

Depuis plusieurs années, le fabricant ouvre ses portes à la presse pour présenter ses nouveautés. Cette année, plusieurs de nos confrères ont pu effectuer quelques tests sur le nouveau Snapdragon 845, qui succédera au Snapdragon 835.

Ils ont pour cela utilisé un smartphone de référence fourni par Qualcomm (avec 6 Go de mémoire vive et écran 5,5 pouces de 2 560 x 1 440 pixels), les résultats définitifs peuvent donc être différents sur bien des points. Cela permet tout de même de se faire une petite idée.

Si la panoplie de tests se ressemble beaucoup d'un site à l'autre, c'est normal. Qualcomm proposait à nos confrères une « palette de benchmarks sélectionnés » par ses soins comme l'explique FrAndroid.

Quoi qu'il en soit, CNet.com annonce des gains de 26 % sur AnTutu et 27 % sur Geekbench 4.0. La différence grimpe jusqu'à 40 % sur GFXBench 4.0 Car Chase, contre seulement 3 % sur 3DMark Slingshot 3.0 Unlimited. Du côté d'AnandTech, le smartphone de référence est comparé à des produits Apple, dont les iPhone X, 8 et 7, en plus d'une ribambelle de terminaux Android. L'iPhone X est parfois devant, dans d'autres cas c'est le Snapdragon 845.

Il faudra attendre les terminaux définitifs pour se faire une idée plus précise. Le MWC de Barcelone devrait être l'occasion d'en apprendre davantage.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Il s'agit d'un programme de l'encyclopédie, permettant de la consulter sans entamer son enveloppe de données mobiles. Depuis 2012, la fondation s'est ainsi associée à des opérateurs pour être fournie sans facturation de données pour une partie de leurs utilisateurs.

Dans un billet de blog, Wikimedia annonce qu'aucun nouveau partenariat ne sera formé dans l'année et que les existants ne seront pas renouvelés après expiration. Au total, la fondation a signé avec 97 opérateurs dans 72 pays pour une couverture de 800 millions de personnes. Depuis 2016, l'adoption du programme aurait lourdement chuté, tout comme l'intérêt pour celui-ci. La baisse du coût de l'Internet mobile est une explication avancée.

Le défi de l'organisation est d'améliorer la notoriété de Wikipédia hors des États-Unis et de l'Europe, notamment en Afrique.

Copié dans le presse-papier !

Dans un communiqué commun avec Coinbase et Worldpay, Visa déclare que la plateforme d'échange de crypto-monnaies n'est pas en cause dans les facturations abusives constatées depuis fin janvier, lors de l'achat via une carte bancaire.

C'est ce qu'avait déjà annoncé Coinbase sur Twitter, pour qui il s'agit d'un couac lors du changement du code identifiant l'activité (MCC) des plateformes de crypto-monnaies. La société avait promis de rembourser l'ensemble des utilisateurs surfacturés.

Copié dans le presse-papier !

Le Project Zero prévoit de révéler publiquement les détails d'une faille si, une fois signalée à son éditeur, elle n'est pas corrigée dans les 90 jours. Une brèche a ainsi été communiquée à Microsoft vers la mi-novembre, mais il y a trois jours, veille de la date limite, l'entreprise a répondu que le correctif était plus complexe à développer qu'anticipé.

Il était donc impossible de respecter le délai imparti, entrainant la diffusion des détails par Google il y a deux jours. La faille réside dans un choix fait par Microsoft pour protéger son navigateur contre les exploitations arbitraires de code. Arbitrary Code Guard déporte ainsi dans un processus isolé (sandbox) le compilateur JavaScript Just-In-Time du navigateur.

Problème, si le processus de contenu peut deviner à l'avance l'adresse que le compilateur compte allouer via la fonction VirtualAllocEx(), il y a danger qu'un malware puisse profiter d'une zone mémoire où s'ébattre joyeusement. Selon Google, trouver l'adresse n'est pas si compliqué, d'où la faille.

Le correctif devrait être prêt pour le prochain Patch Tuesday, le 13 mars.

Copié dans le presse-papier !

Le 19 février 2017, Eugen Roschko publiait une réponse au manifeste de Mark Zuckerberg. De quoi donner un coup de projecteur au projet  sur lequel il travaillait depuis plus d'un an : Mastodon (voir notre dossier).

Le réseau social décentralisé avait alors fait grand bruit, un peu partout dans le monde. Même la DINSIC avait ouvert une instance. Depuis, la « folie » est très largement retombée et ceux qui ont lancé des instances pour la « hype » ont rapidement abandonné.

Mais une communauté, bien plus forte, s'est construite. Aujourd'hui, plus d'un million de comptes ont été créés sur près de 1500 instances, la croissance continue donc tranquillement. Car Mastodon évolue encore.

Il en est actuellement à la version 2.2.0, publiée fin janvier. Elle apportait notamment des améliorations sur les emails envoyés. Le service est globalement resté inchangé sur le fond, et compte toujours un maximum de 500 caractères par « pouet » mais avec de nouvelles options et paramètres.

Envie de vous y remettre ? Vous pouvez vous inscrire sur Mastodon.social, l'instance de la quadrature du net ou de Framasoft. L'association republie d'ailleurs pour l'occasion la version traduite de la lettre d'Eugen Roschko.

Copié dans le presse-papier !

Le constructeur s'est lancé dans le domaine des machines pour joueurs l'année dernière avec son très coûteux One. Il revient aujourd'hui avec une mise à jour, qui intègre désormais un processeur Core i7-8700K à six cœurs et une GeForce GTX 1080 Ti : les One Pro Plus et One Elite (voir cette vidéo).

On retrouve le même look, leur châssis étant annoncé pour un volume de 12 litres et un niveau sonore inférieur à 20 dB(A). Un dispositif de refroidissement liquide est toujours utilisé pour les CPU et GPU. Dans les deux cas, on retrouve une carte mère Z370 maison, un SSD NVMe de 480 Go accompagné d'un HDD 2,5 pouces de 2 To (5400 tpm) et une alimentation Corsair, désormais une SF500 plutôt qu'une SF400.

Seule véritable différence entre ces deux nouveaux modèles : la mémoire, qui est de 2x 8 Go (2 400 MHz) dans le premier cas et de 2x 16 Go (2 666 MHz) dans le second. Il faudra compter 200 euros supplémentaires, la machine passant alors de 2 799,90 euros à 2 999,90 euros. La garantie est de deux ans.

Corsair en profite pour indiquer qu'un nouveau clavier mécanique est disponible pour l'occasion : le K63 Wireless Special Edition. Il s'agit tout simplement d'un K63 sans fil, avec un rétroéclairage « bleu métallique ». Il utilise des touches MX Red de Cherry, propose une connexion USB 3.x Type-A, du 2,4 GHz (Ultra-fast 1 ms) ou du Bluetooth 4.2 + LE.