du 13 février 2018
Date

Choisir une autre édition

Des premiers tests (sous contrôle) du Snapdragon 845 de Qualcomm

Depuis plusieurs années, le fabricant ouvre ses portes à la presse pour présenter ses nouveautés. Cette année, plusieurs de nos confrères ont pu effectuer quelques tests sur le nouveau Snapdragon 845, qui succédera au Snapdragon 835.

Ils ont pour cela utilisé un smartphone de référence fourni par Qualcomm (avec 6 Go de mémoire vive et écran 5,5 pouces de 2 560 x 1 440 pixels), les résultats définitifs peuvent donc être différents sur bien des points. Cela permet tout de même de se faire une petite idée.

Si la panoplie de tests se ressemble beaucoup d'un site à l'autre, c'est normal. Qualcomm proposait à nos confrères une « palette de benchmarks sélectionnés » par ses soins comme l'explique FrAndroid.

Quoi qu'il en soit, CNet.com annonce des gains de 26 % sur AnTutu et 27 % sur Geekbench 4.0. La différence grimpe jusqu'à 40 % sur GFXBench 4.0 Car Chase, contre seulement 3 % sur 3DMark Slingshot 3.0 Unlimited. Du côté d'AnandTech, le smartphone de référence est comparé à des produits Apple, dont les iPhone X, 8 et 7, en plus d'une ribambelle de terminaux Android. L'iPhone X est parfois devant, dans d'autres cas c'est le Snapdragon 845.

Il faudra attendre les terminaux définitifs pour se faire une idée plus précise. Le MWC de Barcelone devrait être l'occasion d'en apprendre davantage.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

La Maison Blanche affirme que par cet acte, le président réforme et modernise la politique spatiale et commerciale américaine. Elle définit ainsi l'orientation du pays et surtout le cadre réglementaire.

Elle se place dans la lignée des précédentes déclarations de Donald Trump, en mettant l'Amérique sur le devant de la scène, aussi bien pour les lancements que les missions d'exploration.

La citation de Donald Trump en tête du communiqué de la Maison blanche donne d'ailleurs le ton : « Cette fois, nous n'allons pas seulement planter notre drapeau et laisser notre empreinte. Nous établirons les bases d'une éventuelle mission sur Mars ».

De son côté, la NASA se réjouit de cette signature, qui ferait « progresser le leadership des États-Unis  dans l'espace » tout en créant des emplois. « Notre économie spatiale prospère continuera de croître et de soutenir nos missions sur la Lune et Mars, grâce aux investissements sur le long terme de l'Administration et des partenaires commerciaux » affirme-t-elle.

Copié dans le presse-papier !

Jusqu'à présent, Snapchat proposait avec sa Snap Map de partager sa géolocalisation avec ses contacts. Par défaut, le partage était global, ce que beaucoup jugeaient invasif.

La carte ne disparaît pas, mais Snapchat possède désormais une fonction beaucoup plus en phase avec ce que l'on trouve ailleurs : un appui prolongé sur un contact ou un passage par le menu des trois points permet d'envoyer et demander une géolocalisation.

La fonction n'est active que si les deux contacts se sont réciproquement ajoutés. Dans les réglages de l'application, on trouve même une option pour bloquer complètement les demandes de position.

Toute acceptation d'une demande envoie la position pendant 8 heures. Contrairement à d'autres messageries, on ne peut cependant pas choisir la durée. Par contre, l'accès peut être révoqué n'importe quand.

Le changement est en cours de déploiement sur les versions Android et iOS de l'application.

Copié dans le presse-papier !

Dans le cadre du projet de loi sur l’alimentation, en débat depuis le début de la semaine à l’Assemblée nationale, différents députés ont déposé des amendements visant à rendre obligatoire l’installation de caméras de surveillance dans les abattoirs français. Ces élus reprennent en réalité des dispositions issues d’une proposition de loi qui n’avait pas eu le temps d’être définitivement adoptée sous la précédente majorité (voir notre article).

Les images ne pourraient officiellement servir qu’à des fins de protection animale, et non de surveillance des salariés, par exemple. Une crainte qui avait émise lors des débats de 2017.

Copié dans le presse-papier !

Le malware en question porte le nom de « Cosiloon » et n'est pas nouveau. Il avait déjà été identifié par Dr.Web fin 2016. Il affiche notamment des publicités en surimpression sur une page. De plus, « il est actif depuis au moins trois ans et difficile à supprimer, car il est installé au niveau du firmware et il utilise une obfuscation forte » détaille  Avast.

« Des milliers d'utilisateurs sont concernés » affirme la société, ajoutant qu'au mois d'avril la dernière mouture du malware a été vue sur pas moins de 18 000 appareils de ses clients, dans une centaine de pays, dont la France.

Les chercheurs ont informé Google, qui a mis en place des mesures afin d'atténuer les risques. De plus, « Google a contacté les développeurs du firmware pour les sensibiliser à ces problèmes et encourager à prendre des mesures pour résoudre », toujours selon Avast.

La liste complète des terminaux ayant le malware préinstallé est disponible par ici. Elle comprend 143 smartphones à l'heure actuelle, dont une petite dizaine d'Archos. Il est notamment question des 80c Xenon, 101b Xenon v2, 70b Helium et Neon. Nous tâcherons évidemment d'en savoir plus auprès du fabricant, qui ne semble pas encore avoir réagi officiellement.

Copié dans le presse-papier !

Lors de la publication de ses résultats (lire notre analyse), le groupe annonçait que le lancement commercial était imminent et aurait lieu le 21 juin au plus tard. Finalement il pourrait arriver encore plus vite.

En effet, l'opérateur commence à envoyer des invitations aux médias locaux, dont Universofree pour une conférence à Milan le 29 mai, comme le rapporte Univers Freebox.