du 04 octobre 2018
Date

Choisir une autre édition

Le petit robot va donc prendre vie dans un film hollywoodien en prise de vues réelle, et c'est Capcom qui l'affirme. Il sera écrit et réalisé par Henry Joost et Ariel Schulman (Paranormal Activity 3 et 4), puis distribué par la 20th Century Fox.

Capcom vise les amateurs de jeux vidéo et de films d'action avec ce film, dont le titre provisoire est Mega Man. Aucune date de sortie n'est précisée pour l'instant.

Dans le même temps, c'est un autre jeu vidéo qui devrait être porté sur grand écran : Dance Dance Revolution (ou DDR), c'est du moins ce qu'affirme Deadline. Selon nos confrères, « ce film explorera un monde au bord de la destruction où le seul espoir est de s’unir à travers le langage universel de la danse ».

Des films sur Mega Man et Dance Dance Revolution (DDR) en préparation
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Comme cela avait été proposé puis voté, les organes de régulation du secteur qu'étaient l'ARDP et la CSMP ont été remplacées par l’Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse qui reste « l'Arcep ».

« L’Autorité veillera à placer au cœur de son action l’intérêt du lecteur, afin que celui-ci ait accès largement sur le territoire à une presse diverse et de qualité, à un prix accessible » annonce-t-elle dans un communiqué.

Un premier rendez-vous est fixé au 21 novembre prochain, afin d'écouter les membres du secteur et procéder « à un large tour d'horizon, d'évoquer les dossiers de fond s'agissant de la distribution de la presse écrite et d'identifier les priorités des uns et des autres ». 

On pense notamment à la situation de Presstalis. Mais un autre sujet, qui tient à cœur à l'Arcep ces dernières années, devrait également s'inviter dans les discussions : la relation entre la presse et les plateformes, en pleine bataille pour l'application du droit voisin.

« Ce sera également l'occasion pour l'Arcep de partager avec les participants les premiers travaux qu’elle entend initier » prévient l'Autorité.

Copié dans le presse-papier !

L'opérateur développé par le géant peut proposer une large couverture outre-Atlantique puisqu'il dispose d'accords avec trois opérateurs américains. Il est ainsi possible de passer de l'un à l'autre automatiquement en fonction des lieux.

Désormais, Google Fi peut se connecter à deux réseaux différents, avec un seul abonnement. « Ainsi, si vous regardez une vidéo et que Fi vous fait passer à un meilleur réseau, vous ne subirez aucune attente, vous ne le remarquerez même pas ».

Google explique utiliser la technologie Dual Sim Dual Standby (DSDS) qui nécessite deux cartes SIM. C'est le cas du Pixel 4, premier à profiter de cette fonctionnalité, avec un emplacement SIM et un eSIM. 

Le déploiement de cette fonctionnalité se fera progressivement au cours des prochaines semaines.

Copié dans le presse-papier !

L'annonce a été faite par Gwynne Shotwell, directrices des opérations chez SpaceX, lors d'une table ronde avec plusieurs journalistes, comme le rapporte SpaceNews.

Avant d'ouvrir son service aux utilisateurs, la société doit procéder à six ou huit lancements (en comptant celui de mai dernier), avec une soixantaine de satellites à bord à chaque fois. 

Le service sera alors limité à certaines zones géographiques : « Nous avons besoin de 24 lancements pour avoir une couverture mondiale », ajoute Gwynne Shotwell. La constellation comprendra alors plus d'un millier de satellites. 

Pour rappel, les plans de la société sont d'envoyer près de 12 000 satellites en orbite, et SpaceX a même demandé à l'International Telecommunication Union (ITU) des autorisations pour 30 000 de plus...

Autre point à ne pas négliger : les terminaux mobiles permettant d'exploiter le réseau de Starlink. Pas un souci pour Elon Musk, qui affirme avoir envoyé hier son premier tweet en utilisant le réseau Starlink.

Copié dans le presse-papier !

Après une courte période de test, la nouvelle version majeure de l'OS visant à favoriser votre anonymat en ligne vient d'être publiée. 

Outre les changements habituels dans les applications installées, les améliorations sont surtout du côté des performances. Son démarrage est ainsi annoncé comme 20% plus rapide, avec 250 Mo de mémoire de moins nécessaires. Son image est allégée de 27 Mo. Elle est basée sur Debian 10 (Buster).

La gestion des langues et des formats locaux a également été retravaillée, pour supprimer les éléments avec trop peu de traductions pour être utiles et clarifier certains points.

Des bugs ont bien entendu été corrigés, de nouveaux éléments ajoutés à la documentation. Le noyau Linux utilisé est le 5.3.2. 

Copié dans le presse-papier !

L'Association des opérateurs télécoms alternatifs (AOTA) avait demandé début juin au gouvernement de « se saisir de la transition vers IPv6 et de la préservation de l’équilibre concurrentiel ».

L'AOTA vient d'avoir une réponse de la Direction générale des entreprises (DGE), qui partage les « préoccupations » de l'Association, en ajoutant que « la transition vers ce nouveau [vieux de déjà 20 ans, ndlr] protocole de communication apparaît aujourd’hui comme un enjeu majeur de compétitivité et d’innovation ».

La DGE affirme par contre que « les capacités d’action du gouvernement en la matière sont cependant limitées par l’absence de base législative l’autorisant à réglementer ce type de ressources, du fait que les adresses IP sont gérées au niveau international par l’ICANN et attribuées directement au niveau européen par le registre Internet européen, le RIPE NCC basé à Amsterdam ».

Pour apporter une réponse, « les autorités françaises vont proposer à la présidence du Conseil de l’Union européenne qu’elle mette à l’agenda d’un groupe de travail du Conseil "Télécommunications et société de l’information" la question de la transition vers l’IPv6 et qu’elle se saisisse de l’Organe des régulateurs européens des communications électroniques (ORECE) pour avis sur ce dossier ».

L'AOTA se félicite que le gouvernement prenne la question au sérieux, malgré une « – très – timide réponse ». Enfin, la DGE rappelle que l'Arcep peut jouer un rôle d'appui pour faciliter la transition vers IPv6, et qu'une « "task force" sera prochainement mise en place par l’ARCEP sur ce sujet ».