du 24 octobre 2017
Date

Choisir une autre édition

Dans un communiqué, plusieurs organisations de la presse française (la FNPS, le SEPM, le SPHR, le SPQN et l’UPREG) demandent au gouvernement français d’intervenir contre le futur règlement européen, visant à imposer un consentement explicite des internautes lors de la collecte de leurs données.

Le texte pose que l’utilisateur doit accepter ou refuser les cookies et autres traceurs via un réglage navigateur ou via un compte en ligne. Pour ces groupes de presse, qui voient dans la data le futur de leurs revenus publicitaires, cela favoriserait les géants du Net, qui proposent des comptes unifiés pour de nombreux services.

Il faudrait donc défendre ces médias français, dont certains se regroupent déjà en alliances publicitaires pour créer des pots communs de données, au moment où ePrivacy passera l’étape du Conseil européen... après le vote d’une position par le Parlement dans les prochaines semaines.

Pour mémoire, il doit s’appliquer en mai 2018, en même temps que le Règlement général de protection des données (RGPD).

Des éditeurs de presse s’inquiètent d’ePrivacy
chargement Chargement des commentaires...