du 07 janvier 2019
Date

Choisir une autre édition

Des Chromecast « piratées » demandaient de s'abonner à la chaîne de PewDiePie

Felix Kjellberg (dit PewDiePie) est pour le moment le « roi » de YouTube : sa chaîne dispose du plus grand nombre d'abonnés (79,7 millions). Mais la chaîne indienne T-Series est en embuscade avec 78,8 millions.

Les « fans » du youtubeur ont décidé de passer à l'offensive depuis plusieurs mois. Et cette guerre va loin : des imprimantes connectées ont ainsi été piratées pour diffuser des messages de soutien, puis c'était au tour d'un sous-domaine du Wall Street Journal.

En ce début d'année, Hacker Giraffe (déjà à l'origine des imprimantes) et J3ws3r remettent le couvert avec CastHack : ils s'attaquent à des Chromecast cette fois-ci pour prêcher de nouveau « la bonne parole ».

Contacté par TechCrunch, Google confirme avoir « reçu des informations de la part d’utilisateurs ayant visionné une vidéo non autorisée sur leur téléviseur, via un Chromecast ». Le géant du Net ajoute par contre « que ce problème ne concerne pas spécifiquement Chromecast ». Il s'agit de la conséquence « des paramètres des routeurs qui permettent aux périphériques connectés, y compris Chromecast, d’être accessibles au public ».

Quelles que soient les responsabilités, le problème n'en reste pas moins inquiétant pour les utilisateurs, d'autant que cette vulnérabilité pourrait faire boule de neige. Imaginons qu'au lieu d'un message de soutien, la vidéo diffuse une phrase du genre « Alexa, ouvre les volets », « Ok Google, ouvre la porte », etc.  

Comme avec les imprimantes, Hacker Giraffe affirme que son but n'est pas uniquement de soutenir PewDiePie, mais aussi de faire prendre conscience aux gens de la faible sécurité des objets connectés qu'ils utilisent au quotidien.

Hacker Giraffe a abandonné il y a quelques jours, accusant une partie d'avoir saisi les forces de l'ordre ou la justice, sans preuve.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

L'Agence spatiale européenne avait commandé un sondage sur la perception par le public de ses activités. 5 000 personnes de France, d'Allemagne, du Royaume-Uni, d'Espagne et d'Italie ont été interrogées.

Trois principaux usages ressortent du sondage : « mieux comprendre l’Univers, observer notre propre planète, par exemple les effets du changement climatique, et la capacité à rendre plus facile la vie sur Terre, par exemple dans les secteurs des transports ou des communications ».

Une portion plus faible pense que les activités spatiales peuvent aussi nous protéger des dangers de l'espace, mais ils sont une large majorité à penser que cela devrait être une priorité.

Point intéressant pour l'ESA : les personnes « surestiment de manière significative le coût des activités spatiales pour les finances publiques de leurs pays respectifs. Très peu de personnes ont estimé correctement ce coût, qui est d’environ 10€ par an et par citoyen dans les pays concernés par le sondage ».

« En moyenne, les Européens ont estimé à 245 euros par an et par citoyen le coût des activités spatiales, soit plus de vingt fois le montant réel », explique l'Agence spatiale européenne.

Copié dans le presse-papier !

Nouveau tournant dans la relation entre Microsoft et Verizon Media (anciennement Oath), la première étant désormais la seule plateforme publicitaire liée à la recherche de la seconde.

Cet accord étend donc les termes de celui de 2015, où Bing Ads devenait le seul prestataire d’AOL, propriété de Verizon Media. Pour Yahoo, 51 % des publicités transitaient par Bing. Avec le nouvel accord, le taux grimpe à 100 %.

Selon Microsoft, ce rapprochement devrait permettre une hausse des clics de 10 à 15 % pour Bing Ads aux États-Unis. La bascule doit progressivement se faire dans les deux mois.

Copié dans le presse-papier !

Tout va bien pour Netflix, qui a bouclé un quatrième trimestre conforme à ses propres attentes. L'entreprise a enregistré un chiffre d'affaires de 4,19 milliards de dollars en hausse de 27,4 % sur un an et compte désormais 139,26 millions d'abonnés payants à ses services, soit 8,84 millions de mieux en l'espace de trois mois, et un total d'environ 29 millions sur l'ensemble de l'année.

Si le millésime 2018 fut plus que fructueux pour Netflix, les analystes pensent que le géant du streaming pouvait encore faire mieux. Ces derniers craignent notamment que la multiplication des plateformes de streaming concurrentes (Disney+, Hulu…) réduise comme peau de chagrin le nombre d'heures passées chaque jour par les américains sur Netflix.

L'entreprise balaie cette idée en expliquant qu'elle perd davantage de temps d'écran à cause de Fortnite que de HBO. Aux États-Unis, avec 100 millions d'heures de programmes visionnées chaque jour, Netflix pèserait environ 10 % du temps passé par les américains devant leurs écrans.

Copié dans le presse-papier !

Dans un billet de blog, le géant du Net explique que sa suite d'outils s'est développée avec de nouvelles fonctionnalités au cours des dernières années, une manière de justifier l'augmentation qui sera effective le 2 avril 2019.

Le palier Basic passera de 5 à 6 dollars, tandis que Business augmentera de 2 dollars pour arriver à 12 dollars. Pour rappel, en France il est actuellement question de 4 et 8 euros respectivement, la hausse devrait donc être de 1 et 2 euros sauf surprise.

Google précise que son offre G Suite Enterprise ne bouge pas et reste donc à 25 dollars/23 euros.

Copié dans le presse-papier !

Le revendeur explique que sa filiale France Billet, spécialisée de la billetterie culturelle et loisirs, devrait croquer son concurrent, lui apportant « une offre complémentaire de billetterie sur le marché du last minute ».

Le montant de la transaction n'est pas précisé. Fnac Darty espère finaliser ce rachat durant le premier trimestre de l'année.