du 06 octobre 2017
Date

Choisir une autre édition

On ne peut pas dire que les Stories sur Facebook rencontrent le même succès que celles sur Instagram. Les deux appartenant au même groupe, le réseau social a une idée pour essayer de doper son service : la publication croisée.

Ainsi, il devient possible de publier des Stories sur Facebook, directement depuis Instagram. Cette fonctionnalité a été repérée par nos confrères de TechCrunch, puis confirmée par un porte-parole de Facebook, qui ajoute qu’elle est en cours de déploiement, au moins aux États-Unis.

Depuis Instagram, publiez vos Stories directement sur Facebook
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Le géant chinois, éditeur notamment d'applications comme QQ et WeChat, ou de jeux comme League of Legends, Clash of Clans ou Honor of Kings, a vu sa valorisation boursière progresser d'environ 128 % en l'espace d'un an, rapporte Bloomberg.

Une performance plus que notable qui lui permet d'atteindre la barre des 550 milliards de dollars. Cela en fait la cinquième entreprise la plus chère du monde, derrière Apple (920 milliards), Alphabet (792 milliards), Microsoft (694 milliards) et Amazon (624 milliards). Tencent double ainsi Facebook, qui passe en sixième position avec 527 milliards de dollars.

Le réseau social américain s'attend d'ailleurs à passer quelques mois difficiles en bourse après l'annonce de la mise en place de changements dans le flux d'actualités de ses membres. Ils doivent pousser davantage de contenus liés aux proches des utilisateurs, laissant moins de place aux marques ou aux autres pages.

Mark Zuckerberg pense que ces modifications feront baisser certains « indicateurs d'engagement » et ses revenus, par la même occasion. Mais il espère bien qu'ils seron bénéfiques aussi bien aux utilisateurs qu'à sa société, sur le long terme.

Copié dans le presse-papier !

Après une première alpha, AMD a finalisé ses pilotes Adrenalin 18.1.1 qui viennent corriger un souci rencontré avec certains vieux jeux.

La société précise avoir également réglé des problèmes avec FreeSync, le contenu vidéo protégé par des DRM, ou encore Starcraft 2 lorsqu'une configuration multi-GPU est utilisée.

Tous les détails se trouvent dans les notes de version.

Copié dans le presse-papier !

Dans un billet de blog, Facebook annonce un nouvel investissement de 10 millions d'euros dans l'Hexagone, afin « d'accélérer l'innovation dans le domaine de l'intelligence artificielle ». Concrètement, le réseau social américain veut ainsi recruter une trentaine de doctorants, financer des bourses pour des étudiants, une dizaine de nouveaux serveurs, et « des jeux de données ouvertes pour les institutions publiques françaises ».

Un point encore assez flou, puisque la nature exacte des données n'est pas évoquée pour le moment. Le nombre total de chercheurs et d'ingénieurs dédié à cette activité en France chez Facebook doublerait enfin, pour atteindre 60 personnes.

En parallèle, le géant américain a annoncé vouloir former d'ici 2020, un million de personnes en Europe pour qu'elles apprennent « les compétences numériques dont elles ont besoin au travail ». L'éventail de techniques est assez large (et vague) puisque Facebook explique que les cours seront adaptés à chacun des participants, « les plus avancés pourront apprendre le code, tandis que d'autres apprendront peut-être à ouvrir un compte en banque en ligne ».

Les modalités d'accès à ces formations sont encore à découvrir.

Copié dans le presse-papier !

L'Electronic Frontier Foundation (EFF) et la société de sécurité Lookout publient une enquête sur Dark Caracal, une campagne ciblant des milliers de personnes dans 20 pays avec des versions vérolées d'applications, principalement des messageries « sûres » comme Signal et WhatsApp.

L'Allemagne, le Canada, les États-Unis, la France et le Liban sont listés parmi les victimes. Des centaines de Go de données auraient été dérobées, selon l'organisation et la société. Les applications en question conserveraient leurs fonctions de départ, tout en ouvrant la voie à des captures d'écran, de photos, du son et de données par les responsables de la campagne. Elles sont distribuées via des magasins non-officiels.

Les traces remonteraient à la Direction générale de la sûreté générale libanaise. La campagne est désignée comme une APT (intrusion à long terme) dont des manifestations émergeraient depuis 2012. Ses homologues viseraient de plus en plus les smartphones, selon Lookout (dont c'est le fonds de commerce).

Copié dans le presse-papier !

Retour sur le drame qui s'est joué la semaine dernière. Tout a commencé lorsqu'une « influenceuse » (Elle Darby) a envoyé une lettre à l'hôtel Charleville Lodge afin de demander des nuits gratuites pour la Saint-Valentin. En échange : l'hôtel figurera « dans mes vidéos YouTube, mes stories et messages Instagram afin de le recommander, en échange d’un hébergement gratuit » indiquait-elle.

Elle met évidemment en avant ses 87 000 abonnés YouTube et ses 76 000 followers Instagram. Elle évoque également un partenariat passé avec un autre établissement, dont le résultat aurait été « incroyable pour eux ». Sur Facebook, en public mais sans la citer nommément, le responsable de l'hôtel a publié une réponse qui n'est pas piquée des hannetons.

Morceaux choisis : « Il faut beaucoup de culot pour envoyer un courriel du genre, à défaut de se respecter et d'avoir de la dignité [...] Qui va payer le personnel qui s'occupe de vous ? Qui va payer les femmes de ménage qui nettoient votre chambre ? [...] Peut-être devrais-je dire à mon personnel qu'il apparaîtra dans votre vidéo au lieu de recevoir un salaire pour le travail effectué ? ». Et de conclure : « À l'avenir, je vous conseille de proposer de payer comme tout le monde, et si l'hôtel en question croit que votre couverture les aidera, peut-être qu'ils vous proposeront de passer à une suite gratuitement ».

L'hôtel en profite pour expliquer qu'il est déjà largement présent sur les réseaux sociaux, notamment avec 186 000 abonnés sur Facebook, 80 000 sur Snapchat, etc. Comme le rappellent nos confrères de The Next Web, l'hôtel organise déjà sa communication, avec des campagnes devenues virales (ici et par exemple).

Suite à cette publication, Elle Darby a publié une vidéo où elle tente de s'expliquer (on notera d'ailleurs que les commentaires ont été désactivés). Elle indique être « embarrassée » et « en colère ». Cette réaction, combinée avec celles d'autres « influenceurs » allant dans son sens, a conduit le gérant à prendre une décision radicale : « tous les blogueurs sont interdits de séjour ». Dans un dernier message, il précise qu'il n'est pas disponible pour répondre à d'autres questions.

Dans tous les cas, cette histoire a l'avantage de faire parler de la pratique et des exigences de certains « influenceurs »... tout en assurant de la publicité (bonne ou mauvaise selon les cas) aux deux protagonistes.