du 30 mars 2020
Date

Choisir une autre édition

Déploiements de la fibre et Covid-19 : InfraNum alerte et veut un « plan de continuation »

La fédération regroupant des acteurs de la filière des Infrastructures du numérique prévient que « le Plan France Très Haut Débit, lancé en 2013 et représentant plus de 20 milliards d'euros d'investissement en construction de réseaux, pourrait être stoppé d'ici la fin du mois, avec des conséquences économiques et sociales dramatiques ».

InfraNum s’explique : 

« L'ensemble des acteurs du secteur - des sous-traitants intégrateurs aux opérateurs - sont en alerte maximale concernant les activités de production et de déploiement de réseaux. 

Sans la mobilisation totale de tous les acteurs - ensemble de la chaîne logistique sous-jacente (travaux publics, énergie, transport, etc), collectivités donneurs d'ordres et État - la production pourrait tomber à l'arrêt total d'ici la fin du mois de mars, avec une inertie de 12 mois pour remettre le secteur à flot et des conséquences sociales et économiques dramatiques. 

Ce scénario catastrophe (arrêt complet au 2e trimestre 2020), conduirait à une perte de chiffre d'affaires de plusieurs milliards d'euros et la mise au chômage technique de 20 000 collaborateurs dès ce trimestre, dont de possibles licenciements et un réemploi très progressif, c'est-à-dire partiel jusqu'au début 2021 ».

La fédération ajoute que « les industriels peinent à équiper leurs collaborateurs d'équipements de protection » et demande le soutien financier de l’État. « Il est impérieux d'éviter un arrêt total de la production dans le secteur des infrastructures numériques car ce scénario coûterait plus cher à l'État que son soutien franc et immédiat à la filière. Des mesures peuvent et doivent être prises d'ici la fin du mois », lâche Étienne Dugas, président d'InfraNum.

chargement Chargement des commentaires...