du 05 décembre 2017
Date

Choisir une autre édition

Déclarations au fisc : le gouvernement veut imposer davantage de dématérialisation aux professionnels

Dans le cadre du projet de loi de finances rectificatives pour 2017, l’exécutif a déposé un amendement visant à astreindre les entreprises à davantage de dématérialisation dans leurs liens avec l’administration fiscale.

Il est ainsi question d’imposer « progressivement » le recours au numérique « de 2018 à 2020 », pour les documents suivants :

  • Déclaration de résultats des sociétés civiles immobilières non soumises à l’impôt sur les sociétés,
  • Déclaration relative aux prélèvements dus par les offices notariaux sur les produits de compte de consignation, de dépôt spécifique et de titres consignés,
  • Déclaration de taxe de 3 % sur la valeur vénale des immeubles possédés en France par des entités juridiques
  • Déclaration relative au crédit d’impôt recherche.

Le gouvernement fait valoir que « conserver des modalités de transmission de déclarations en format papier [n’a] plus de sens pour les entreprises disposant d’un espace professionnel informatisé ».

Son amendement devrait être débattu dans la semaine.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Google inaugure une nouvelle fonctionnalité pour son outil Trips. Elle fait appel au « machine learning » pour informer les internautes du meilleur moment pour réserver leur voyage, en fonction des expériences passées des autres. Une idée reprise à plusieurs comparateurs de prix pour les voyages, comme Kayak et Skyscanner.

De plus, Google Trips devient capable de repérer les réductions pouvant être obtenues en commandant un vol et un hôtel au travers de services comme Expedia ou Orbitz. Une nouvelle qui ne devrait pas faire plaisir aux comparateurs de prix spécialisés dans ce domaine.

Copié dans le presse-papier !

Comme prévu, les deux protagonistes tenaient hier une conférence de presse commune. Sans grande surprise, il était question de la découverte de nouvelles exoplanètes : Kepler 80g et Kepler 90i.

Comme son nom l'indique, Kepler 80g est la sixième exoplanète du système Kepler 80. 80a désigne l'étoile, ensuite les astres sont numérotés 80b, 80c, 80d... en fonction de leur orbite. Plus intéressante, Kepler 90i est donc la huitième de la famille, ce qui fait de Kepler 90 « le premier système solaire composé de huit planètes en orbite découvert en dehors du nôtre ».

Jusqu'à présent, les scientifiques utilisaient des logiciels automatisés et des analyses manuelles pour identifier les exoplanètes, grâce à la méthode dite du transit (voir cette actualité). Chris Shallue de Google explique qu'il a développé avec la NASA un modèle d'apprentissage automatique capable de traiter les signaux afin d'arriver à ce résultat.

Pour le moment, 670 étoiles des 200 000 observées par Kepler ont été passées à la moulinette de l'intelligence artificielle, d'autres résultats pourraient donc arriver ultérieurement.

Copié dans le presse-papier !

Dans sa dernière version bêta, le client Steam dispose d'une nouvelle option plutôt surprenante : la « pré-mise en cache de shaders ». L'idée est de laisser Steam observer quels shaders sont utilisés par votre ordinateur lors du lancement des jeux (ce qui se traduit par l'envoi de nombreuses données à la plateforme).

Le client rapatrie ensuite des shaders pré-compilés adaptés à votre matériel. Ceci permet aux jeux exploitant Vulkan et OpenGL de profiter de temps de chargement plus courts, et d'un framerate plus stable, en théorie.

Le tout au prix d'une utilisation de bande passante qui explose, le client Steam envoyant les shaders à sa maison mère pour les faire analyser et compiler. De quoi faire hurler les utilisateurs à l'enveloppe data ou au débit limité.

Copié dans le presse-papier !

Fin septembre, le centre national de la recherche scientifique récompensait les deux chercheurs pour leurs travaux. Ils ont en effet « contribué, de façon déterminante, à la découverte des ondes gravitationnelles en 2015 ».

La remise des prix s'est déroulée hier et le CNRS nous propose de découvrir ces scientifiques au travers de deux portraits croisés.

D'un côté nous avons donc Alain Brillet, expérimentateur déterminé, et de l'autre Thibault Damour, théoricien de l’espace-temps.

Copié dans le presse-papier !

La coentreprise d'Airbus et Safran (50/50) annonce la signature d'un contrat de 75 millions de dollars avec l'Agence spatiale européenne (ESA). Il « porte sur la conception, la réalisation et les essais des deux premiers exemplaires du démonstrateur Prometheus ».

ArianeGroup explique qu'il s'agit de « l’avenir des lanceurs européens, avec la volonté de concevoir et de produire un moteur réutilisable dix fois moins cher qu’un moteur actuel du type Vulcain 2 ». Son coût serait ainsi d'un million d'euros environ.

Prometheus fonctionne avec de l’oxygène liquide (LOx) et du méthane. Il est présenté comme le précurseur des futurs moteurs des lanceurs européens à l'horizon 2030. Les premiers essais sont prévus d'ici trois ans.

Pour rappel, Ariane 6 doit arriver bien avant, en 2020.