du 02 novembre 2018
Date

Choisir une autre édition

Débrayage chez Google suite aux affaires de harcèlement sexuel réglées à l'amiable

Des milliers de personnes ont manifesté hier près de plusieurs bureaux de Google dans le monde, dont des employés du groupe, rapporte le New York Times.

La semaine dernière, le quotidien révélait que plusieurs cadres de Google avaient été remerciés avec un large parachute après des accusations de harcèlement ou d'agression sexuelle. Andy Rubin, le fondateur d'Android, a reçu 90 millions de dollars à son départ, via des paiements étalés sur quatre ans.

Google a répondu avoir licencié 48 personnes pour harcèlement sexuel, pour prouver qu'elle agit.

Le 31 octobre, le NYT estimait à 1 500 le nombre de personnes prévoyant de débrayer. À New York, plus de 3 000 personnes ont manifesté, selon le journal. Des manifestations auraient aussi eu lieu à Berlin, Hyderabad (en Inde), Londres, Singapour ou encore Zurich.

Parmi leurs demandes, figurent la fin de l'arbitrage interne de ces affaires, la publication d'un rapport public sur le harcèlement sexuel, une plus grande transparence dans les salaires et primes, la nomination d'un représentant des employés au conseil d'administration et un poste de responsable de la diversité.

chargement Chargement des commentaires...