du 10 janvier 2018
Date

Choisir une autre édition

D'anciens employés de Tinder lancent une plateforme de networking : Ripple

Ne la confondez pas avec la désormais célèbre crypto-monnaie qui porte le même nom, mais quelques anciens employés de l'application de rencontre Tinder viennent de dévoiler au CES Ripple, une plateforme de « networking ».

Son but : permettre de rencontrer des contacts professionnels aussi simplement que son prochain rencard. Les profils sont affichés sur l'écran principal de l'application, et si l'on souhaite engager la conversation, on glisse le doigt à droite, à l'inverse le glisser à gauche envoie le profil dans les limbes. Une sorte de mélange entre LinkedIn et Tinder en somme.

Les profils ne mettront pas l'accent sur la photo des utilisateurs, mais plutôt sur leur CV, leur fil Twitter ou leurs billets publiés sur Medium. Il est également possible d'épingler des articles de presse pour montrer ses centres d'intérêt.  

Autre fonctionnalité phare, bien que peu surprenante : un système de géolocalisation permet de se concentrer sur les personnes présentes alentours, pratique pour cibler avec qui engager la conversation lors d'une soirée réunissant des centaines de personnes.

Un système de reconnaissance faciale est également au menu. Prendre une photo d'un individu devrait permettre de le retrouver sur l'application, pour consulter son CV.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Comme prévu, cette mouture 0.55 est désormais passée dans le canal stable pour Linux, macOS et Windows. Elle inaugure une nouvelle interface, mais pas seulement.

Entièrement réécrit, Brave doit aboutir à une version 1.0 d'ici la fin de l'année, et l'annonce du jour est une étape importante de la nouvelle route prise par l'équipe il y a quelques mois.

Il est ainsi question du renforcement des solutions de protection de la vie privée, de l'intégration de services tiers comme Qwant en Allemagne et en France ou encore de la gestion des Basic Attention Tokens (BAT), qui constituent le principal différenciant et le modèle économique de la société.

L'équipe indique que la version publiée aujourd'hui est plus performante et apporte quelques améliorations par rapport à la version beta du mois dernier. D'autres vont rapidement suivre dans les prochaines semaines.

Copié dans le presse-papier !

Il est déjà possible depuis longtemps de partager sa position et son heure d'arrivée estimée avec ses contacts depuis Google Maps.

Une nouvelle mise à jour ouvre cette dernière fonctionnalité aux applications tierces telles que Facebook Messenger, Line, WhatsApp, etc. « Une fois votre voyage terminé, vous cesserez automatiquement de partager votre position » explique Google.

Le partage de l'heure d'arrivée est disponible pour les trajets en voitures, en vélo et à pied.

Copié dans le presse-papier !

L'institut Gartner s'est livré à quelques prédictions sur les changements qui pourraient être observés dans le domaine du numérique dans les cinq prochaines années.

L'intelligence artificielle y figure en bonne place, Gartner estimant par exemple que les services d'urgence médicale aux États-Unis pourraient économiser 20 millions de déplacements en plaçant les malades chroniques sous des soins gérés par une IA.

Côté blockchain, l'institut estime que d'ici 2021 que 75 % des blockchains publiques seront « empoisonnées » avec des données personnelles, ce qui les mettrait en violation des lois sur la vie privée. Les analystes insistent : ces éventuels problèmes doivent être pris en compte dès la création du système afin de permettre l'effacement de ces données sans compromettre l'intégrité de la chaîne.

Le RGPD et ePrivacy sont également au centre des préoccupations de Gartner qui estime que d'ici cinq ans, ces lois sur la vie privée vont remettre en question le modèle publicitaire sur Internet. A contrario, en 2021, les scandales liés à des brèches de sécurité sur les réseaux sociaux ne devraient plus avoir le moindre impact durable sur la présence de leurs utilisateurs, principalement en raison du manque de concurrence dans le secteur.

Copié dans le presse-papier !

Nouvel accessoire de la fondation, le TV Hat doit permettre d'accéder aux différentes chaînes accessibles librement à travers les différentes moutures du Micro PC.

Seuls les modèles 2, 3 et 3B+ sont néanmoins recommandés pour un visionnage direct, pour des raisons de performances. La connexion passe par le connecteur GPIO, dont les 40 broches seront occupées.

Un guide a été mis en ligne, permettant de savoir comment exploiter ce nouvel accessoire, et diffuser du contenu TV sur le réseau via Tvheadend par exemple. Il est annoncé comme supporté par Kodi, LibreELEC et OMXplayer.

Ce module exploite un tuner Sony CXD2880, il est donc déjà compatible avec le futur DVB-T2, qui doit apporter un débit presque doublé, conjointement avec l'utilisation de codec hautes performances comme le HEVC (H.265) à la TNT. Il fonctionne bien entendu avec l'offre TV actuelle.

Il est annoncé à 21,5 dollars, uniquement en Europe dans un premier temps (pourquoi pas un tarif en euros alors ?). On le trouve déjà à un peu moins de 23 euros dans des boutiques spécialisées. Il sera supporté au moins jusqu'en janvier 2023.

Espérons tout de même qu'il posera moins de soucis que le précédent module, consacré au PoE, et assez lourdement critiqué depuis sa sortie.

Copié dans le presse-papier !

Les deux nouvelles machines ont été annoncées au début du mois, avec peu de changements, si ce n'est des processeurs Intel Core de 8ème génération. Fidèle à ses habitudes, iFixit a entièrement démonté les deux nouveaux ordinateurs… non sans mal.

En effet, ouvrir le Surface Laptop 2 nécessite toujours de le détruire en partie, empêchant toute réparation. Il obtient donc 0 sur 10, comme le premier Surface Laptop. De son côté, le Surface Pro 6 obtient 1 sur 10. C'est (un peu) mieux, mais toujours compliqué de procéder à la moindre réparation, car il faut d'abord enlever l'écran.