Crédit Agricole veut déjà s'attaquer à Orange Bank

Nos confrères des Échos nous apprennent que le Crédit Agricole va à son tour lancer une initiative dans le domaine bancaire avec une offre « anti-Orange Bank ». Mais dans le domaine, il faut faire attention à ne pas tout mélanger. Offre en ligne, mobile et « néo-banques » ne couvrent pas des pratiques et offres identiques.

Ici, il serait question d'une « offre bancaire simplifiée se composant d'un compte courant, accessible via un téléphone mobile, et d'une carte de paiement, le tout à un tarif que l'on imagine proche de celui proposé par Orange Bank ». La gratuité ne serait pas forcément de mise, mais plutôt une tarification faible.

On semble plutôt dans le cadre d'une réponse tardive et plus chère à Boursorama qu'à une offensive prenant la mesure du chamboulement en cours dans le secteur. Tout se jouera sur la simplicité d'utilisation, les possibilités offertes et surtout la procédure à suivre pour l'ouverture de compte.

Car c'est bien sur ce point que se distinguent les nouveaux acteurs, et sur lequel les banques et leurs systèmes d'information – parfois antiques – ont du mal à s'aligner.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Si vous avez envie de plonger les méandres de l’Univers et que vous disposez à la fois d’un bagage scientifique et d'un niveau d'anglais suffisants, sachez que l’université de Cambridge vient de mettre en ligne la thèse de 1966 du célèbre physicien.

Elle précise qu’il s’agissait d’une demande importante de la part de ses utilisateurs. Elle profite donc de la semaine du libre accès 2017 pour la mettre en ligne en intégralité et ainsi la rendre accessible à tous.

Copié dans le presse-papier !

C’est l’histoire d’une entreprise japonaise, emonster, qui a publié une application nommée « Animoji - Free Animated Texting » le 23 juillet 2014 sur l’App Store d’Apple. Elle permet d’insérer des emojis animés dans des messages texte.

La société dépose la marque Animoji la même année devant le bureau américain des brevets qui lui accorde les droits à compter de 2015. L’entreprise se fait approcher courant 2017 par d’autres entités aux noms fantasques, comme The Emoji Law Group LLC, qui lui proposent de racheter la marque, ce qu’elle refuse avant d’être menacée d’une procédure d’annulation.

Le 11 septembre dernier, veille de la présentation de l’iPhone X, c’est Apple qui lance cette procédure en s’appuyant sur un vice de forme au moment du dépôt, que le bureau américain des brevets corrige directement en expliquant qu’il s’agissait d’une erreur faite en toute bonne foi par le déposant initial.

Aujourd’hui, l’entreprise nipponne contre-attaque devant un tribunal américain et demande à ce qu’Apple ne puisse plus utiliser le terme Animoj. Elle réclame des dommages et intérêts, qui n’ont pas encore été chiffrés.

Copié dans le presse-papier !

Le célèbre forum consacré aux jeux vidéo est hors ligne depuis plusieurs heures maintenant, et ce depuis que son propriétaire, Tyler « Evilore » Malka, est accusé de harcèlement sexuel. Une victime a témoigné sur Facebook et son récit est étayé par des propos tenus par Evilore lui-même sur NeoGAF en 2012.

Dans la foulée de ces révélations, plusieurs modérateurs du forum ont démissionné. Les sujets dénonçant l’attitude de Tyler Malka se sont multipliés sur le site, avant qu’il ne soit finalement mis hors ligne, sans information sur un éventuel retour.

Copié dans le presse-papier !

Des chercheurs de l’université de Stanford ont mis au point une technique permettant d’utiliser les fibres optiques traditionnelles (utilisées pour la transmission de données) pour détecter des tremblements de terre.

Ils veulent « transformer ce réseau dense en un observatoire de "milliards de capteurs" peu coûteux ». Pour cela, les scientifiques expliquent qu’ils « convertissent » les secousses des brins de fibre optique en données sur la direction et l’ampleur de l’événement sismique.

Cette technique n’est pas nouvelle, mais nécessitait auparavant une mise en place particulière. Cette fois, elle passe par les fibres existantes, sans modification. Le résultat est moins précis qu’avec un sismomètre reconnaissent-ils, mais moins coûteux à mettre en place.

Copié dans le presse-papier !

Cette application se veut une boutique secondaire dans laquelle tout est libre. Si l’utilisateur a activé l’installation depuis des sources tierces, il pourra donc récupérer des applications open source à la licence jugée libre.

Le projet existe en fait depuis un moment, mais la version 1.0 finale (GPLv3) est l’occasion de proposer bon nombre d’améliorations. Les développeurs parlent ainsi de notifications intégrées pour les mises à jour, d’une gestion plus fine des installations, de surveillance des vieilles versions et bêtas, d’un filtrage éliminant tout ce qui n’est pas compatible avec l’appareil ou encore de la vérification des signatures et empreintes des fichiers APK.

Le site officiel permet d’installer F-Droid (le français y est disponible), après un téléchargement de 7 Mo. La signature PGP est fournie et l’ensemble peut fonctionner à partir d’Android 2.3.