du 28 février 2020
Date

Choisir une autre édition

Cour des comptes : Parcoursup « s’expose à des risques qui doivent être impérativement réduits »

Ce rapport de 200 pages a été demandé par le Comité d’évaluation et de contrôle de l’Assemblée nationale et « dresse un premier bilan de l’accès à l’enseignement supérieur dans le cadre de la loi relative à l’orientation et à la réussite des étudiants (ORE) ».

La Cour des comptes explique tout d’abord que « l’affectation des candidats à la rentrée universitaire 2018 a ainsi été assurée sans heurts notables ». Néanmoins, « les ministères de l’Éducation nationale et de la jeunesse et de l’enseignement supérieur doivent dépasser le constat des premiers succès enregistrés. Il s’agit moins de trouver une solution à d’inévitables difficultés ponctuelles que d’interroger la concordance des dispositifs mis en place avec l’esprit de la loi ORE et les attentes des jeunes générations ».

La Cour des comptes continue : « La fonction d’orientation dans l’enseignement secondaire, en dépit de progrès notables, est la grande oubliée de cette réforme. La plateforme Parcoursup fonctionne de manière satisfaisante, mais s’expose à des risques qui doivent être impérativement réduits. La procédure d’affectation souffre encore d’un défaut de transparence, seule garante de l’équité ».

Le rapport regrette aussi la mise en place de « classements aux paramètres parfois contestables et de plus en plus automatisés ». L’institution émet 15 recommandations sur l’orientation des lycées, l’affectation des candidats sur Parcoursup et le pilotage des moyens. 

chargement Chargement des commentaires...