du 27 avril 2020
Date

Choisir une autre édition

« Nous soutiendrons une architecture décentralisée qui ne stockera les contacts que sur les appareils. C’est bon pour la confiance », a ainsi affirmé le ministre de la Chancellerie Helge Braun, comme le rapporte Reuters.

Nos confrères ajoutent : « Jusqu’à vendredi encore, le gouvernement allemand soutenait l’initiative lancée au début du mois par un groupe de 130 chercheurs de huit pays d’une plate-forme paneuropéenne baptisée PEPP-PT (Pan-European Privacy Preserving Proximity Tracing) permettant de concevoir des applications de traçage dont les données seraient stockées sur un serveur centralisé ».

« L’institut de recherche allemand Fraunhofer HHI, membre du PEPP-PT, a été informé samedi qu’il ne faisait plus partie du programme allemand de développement d’une application », ajoute Reuters. Pour rappel, l’Institut a travaillé avec Inria pour développer le protocole ROBERT.

Contact tracing : l’Allemagne prône désormais une approche décentralisée
chargement Chargement des commentaires...