du 22 novembre 2019
Date

Choisir une autre édition

Comment la SACEM a ameuté ses troupes sur le différend entre Google et les éditeurs de presse

Droits voisins : « Google une fois de plus au-dessus des lois ? ». La tribune a été signée par 700 journalistes, cinéastes, photographes en octobre dernier (notre actualité)

Dans un mail que nous nous sommes procurés, on découvre comment la SACEM a ameuté son réseau pour gonfler les rangs des signataires.

Elle respectait à la lettre la stratégie soutenue par l’eurodéputée Pervenche Beres : faire front commun avec les éditeurs pour défendre la directive sur le droit d’auteur.

« Nous nous sommes déjà beaucoup engagés pour obtenir qu’une directive européenne puisse voir le jour et nous avons eu raison car, pour la première fois de son histoire, l’Europe instaurait un droit au bénéfice des artistes, des éditeurs et agences de presse » indique ce courrier.

Avant de dénoncer le psychodrame des droits voisins : « avant même que les discussions ne débutent entre les différentes parties prenantes, Google a choisi le chantage ».

Un chantage ? « Soit les éditeurs de presse et les agences acceptent de donner gratuitement leurs contenus, soit ils seront invisibles sur les pages Google. Ce qui revient à une mort lente puis à terme, à la disparition d’une presse pluraliste ».

« Il n’y a aucune raison de penser que Google agira différemment dans les autres pays européens. Aujourd'hui, Google s'attaque à la presse, mais demain ce sera à la musique, au cinéma… » poursuit la missive, secouant tous les épouvantails possibles.

« Nous estimons que Google ne peut être au-dessus des lois ni bafouer la volonté du Parlement européen. Il s’agit ici d’un enjeu de démocratie. »

De fait, sur les droits voisins, ce bras de fer ne vise pas à déréférencer les pages des éditeurs et agences, mais à limiter l’affichage au seul titre, sauf à autoriser gratuitement la reprise des extraits. Des nuances invisibles dans le courrier de la SACEM.

chargement Chargement des commentaires...