du 08 janvier 2019
Date

Choisir une autre édition

L'explosion des réseaux sociaux a facilité le partage de connaissances et d'opinions, mais aussi « l’intrusion d’éléments négatifs pour les jeunes », explique le Centre national de la recherche scientifique dans son journal.

« Si Sartre n’a jamais eu de smartphones ou Internet à domicile, son "l’enfer, c’est les autres" a ainsi pris une nouvelle dimension en ces temps de surconnexion », note à juste titre le CNRS.

Pour lutter contre le harcèlement, Elena Cabrio et son équipe développent « des outils capables de parcourir les réseaux sociaux et d’analyser les données afin de repérer les messages contenant du cyberharcèlement ou de la haine ».

Il faut en effet réussir à faire le tri entre une prise de bec ponctuelle et un cyberharcèlement : « Les gens sont virulents sur les réseaux sociaux. Mais le harcèlement est défini par le caractère continu des attaques d’un utilisateur vers une même cible ».

Rappelons enfin qu'il existe un service Non au harcèlement et un numéro de téléphone 3020, autant pour les victimes que les témoins. Il y a aussi Net Ecoute au 0800 200 000 : « un numéro vert national spécialisé dans les problématiques que rencontrent les enfants et les ados dans leurs pratiques numériques, et notamment le cyberharcèlement ».

CNRS : l'intelligence artificielle est « une alliée efficace » contre le harcèlement en ligne
chargement Chargement des commentaires...