du 18 juin 2019
Date

Choisir une autre édition

CloudFlare présente la League of Entropy, pour obtenir des nombres aléatoires

Dans le cas présent, l'entropie peut être définie comme le niveau d'imprédictibilité d'un nombre aléatoire. En effet, il faut distinguer nombre aléatoire et nombre aléatoire… car ce n'est pas si évident d'avoir un nombre véritablement aléatoire.

CloudFlare, par exemple, utilise toute une panoplie de lampes à lave et une caméra servant d'entrée à un générateur de nombres pseudo-aléatoires. L'université du Chili utilise des mesures sismiques, etc. Chacun y va de sa sauce maison pour arriver au résultat souhaité.

Partant du principe qu'un mélange de nombres aléatoires est toujours plus aléatoire qu'un seul nombre, League of Entropy mélange cinq sources (Cloudflare, École polytechnique fédérale de Lausanne, Université du Chili, Kudelski Security et Protocol Labs) pour produire un résultat. La ligue est ouverte et de nouveaux membres peuvent venir rejoindre les rangs pour encore renforcer le caractère aléatoire et limiter le risque de dépendance à une poignée de sources.

Le nombre ainsi généré est affiché sur le site avec une mise à jour toutes les 60 secondes. Pourquoi 60 secondes ? « Sans raison particulière » affirme CloudFlare. Vous pouvez voir l'ensemble des précédents résultats, mais pas en choisir un au hasard.

La génération de clés de chiffrement repose sur l'utilisation de grands nombres aléatoires. Mais attention, les résultats affichés par la League of Entropy ne vous serviront à rien dans le cas présent : « les utilisateurs ne doivent PAS utiliser ces nombres générés aléatoirement pour leurs clés secrètes », car ils sont accessibles à tout le monde.

Pour autant, obtenir de vrais nombres générés aléatoirement et disponibles publiquement est très utile. Par exemple pour les élections lorsqu'il faut sélectionner au hasard des bureaux de vote, pour les tirages au sort, etc. Des détails sont donnés dans ce billet de blog. Des détails plus techniques sont également disponibles par ici.

La ligue utilise Drand (disponible sur GitHub, licence MIT) pour générer les nombres aléatoires annoncés publiquement, mais il est aussi possible d'utiliser un ou plusieurs nœuds de la ligue pour obtenir un nombre privé. De la documentation est disponible par ici.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Cette application disponible depuis une dizaine d'années vous permet de profiter d'un numéro de téléphone pour vos appels et SMS, avec une messagerie vocale.

Ce service n'est par contre disponible que pour les comptes Google personnels aux États-Unis et G Suite dans certaines régions.

Comme repéré par VentureBeat, il est désormais possible de demander à Siri de passer un appel ou d'envoyer un SMS via Google Voice. Pour le moment, Google Assistant ne peut toujours pas faire de même.

Copié dans le presse-papier !

Au troisième trimestre, le fondeur revendique des revenus de 293,05 milliards de dollars taïwanais (environ 8,61 milliards d'euros), en hausse de 12,6 % sur un an et de 21,6 % sur trois mois.

Le bénéfice net est de 101,07 milliards de dollars taïwanais (environ 3,2 milliards d'euros), soit une augmentation de 13,5 % sur 12 mois et de 51,4 % par rapport au trimestre précédent.

Pour rappel, TSMC est actuellement sous le coup d'une plainte de GlobalFoundries qui demande à la justice américaine d'interdire l'importation de certains produits.

La société avait alors répliqué en demandant également à la justice de trois pays (États-Unis, Allemagne et Singapour) de stopper la production et d'interdire à la vente des produits GlobalFoundries. 

Copié dans le presse-papier !

Le journal du CNRS et Libération expliquent que les voix « désincarnées » que l'on retrouve actuellement sur Home, Alexa ou Siri sont « loin de ce que pourraient être ces assistants dans le futur ».

Pour les directrices de recherche Justine Cassell et Catherine Pelachaud, le futur se conjugue avec « des êtres virtuels possédant un corps et un visage pour mieux faire passer leur message, capables de décrypter notre humeur et de nouer des relations avec nous pour mieux répondre à nos besoins ». « La communication est en effet bien plus qu’un échange d’informations. Ce n’est pas une simple série de questions-réponses », ajoutent les scientifiques.

Un exemple avec le sourire : « où trouve-t-on des sourires lors de ces interactions, et ont-ils toujours la même forme et la même signification ? Une étude a ainsi permis de montrer que lorsque deux collégiens travaillent l’algèbre, si l’un d’eux taquine l’autre, mais accompagne sa pique d’un sourire, leur niveau d’entente a tendance à s’élever et ils ont une propension à mieux apprendre. Mais quand la taquinerie n’est pas accompagnée par un sourire, le niveau d’entente tend à baisser et l’apprentissage à être moins fort ».

« Malgré une connaissance toujours plus fine des mécanismes qui sous-tendent la communication humaine, il reste illusoire de prétendre créer dès aujourd’hui un être virtuel qui soit en mesure de répondre à toutes les situations. Il devient en revanche envisageable d'en concevoir qui soient capables d’interagir dans des contextes précis », pour les directrices du CNRS.

Quelques exemples : « On peut ainsi imaginer des tuteurs virtuels destinés à l’apprentissage (d’une langue, de l’algèbre...),  ou des compagnons virtuels capables d’aider par exemple une personne âgée à adopter les bons réflexes de santé prescrits par ses médecins ».

Pour mener à bien leurs missions, les assistants devront donc décrypter, analyser finement et stocker les émotions de son interlocuteur. Plusieurs questions se posent : « Qu’en fera l’entreprise qui commercialise l’assistant en question ? Que deviendront ces informations si elles sont piratées ou tombent entre de mauvaises mains ? ». Les cas récents des écoutes sur tous les principaux assistants ne sont pas spécialement rassurants. 

Copié dans le presse-papier !

Nuance est connu pour ses applications de reconnaissance vocale (la série de logiciels Dragon), et notamment Dragon Medical pour le corps médical.

Du côté de Microsoft, c'est évidemment d'Azure dont il est question et de ses applications d'intelligence artificielle. La suite vous vous en doutez : un mélange des deux pour « améliorer la productivité, tout en permettant aux médecins de se concentrer sur ce qu'ils font le mieux : prendre soin des patients ».

« Avec le consentement du patient », la conversation entre le médecin et le patient sera écoutée et analysée pour remplir automatiquement le dossier médical du second. Une synthèse et une ordonnance peuvent aussi être délivrées. 

Afin de mettre en place ce partenariat, Nuance migre une partie de son infrastructure sur Azure.