du 04 avril 2018
Date

Choisir une autre édition

Après une victoire en première instance, la Cour d'appel sanctionne encore plus lourdement l'opérateur explique l'association, le condamnant notamment à verser 30 000 euros de dommages et intérêts. Cette décision est susceptible de recours.

En cause, une vingtaine de clauses abusives/illicites. De plus, « partageant le constat de l’association que la très faible taille de la police retenue dans les conditions générales d’abonnement (moins de 3 mm) rendait quasiment impossible leur lecture et empêchait le consommateur de prendre effectivement connaissance des conditions au moment de la conclusion du contrat, la Cour d’appel a, aussi légitimement que sévèrement, sanctionné l’opérateur en déclarant illicite l’ensemble des 9 versions des conditions générales d’abonnement et d’utilisation ».

Clauses abusives : victoire de l'UFC-Que Choisir contre SFR en appel
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Les testeurs du nouveau navigateur Edge basé sur Chromium peuvent depuis cette nuit passer à la version 77 dans le canal Dev. Ce dernier est pour rappel mis à jour chaque semaine, contre chaque jour pour le canal Canary.

On note surtout l’apparition d’un nouveau SDK (Software Development Kit) pour le contrôle WebView2. Un composant essentiel puisqu’il sert de base aux développeurs voulant intégrer du contenu web dans leurs applications, voire proposer une application intégralement web (comme une PWA).

Il ne s’utilise pour l’instant que via des API C++ pour Win32, mais Microsoft promet la prise en charge pour plus tard d’autres environnements comme UWP (évidemment), WinForms et WPF. La nouvelle version tient compte de plusieurs demandes des développeurs. Il est par exemple possible désormais désactiver les barres de statut et les outils de développement. Le contrôle 32 bits peut en outre fonctionner sur des ordinateurs 64 bits.

WebView2 sera mis à jour à chaque nouvelle version de « Edgium », ce qui devrait largement réduire la fragmentation. Plus tard, les développeurs auront la possibilité d’empaqueter une version spécifique du contrôle dans leur application.

Copié dans le presse-papier !

Il ne reste que quelques dizaines d'heures, mais la barrière fatidique des 19 600 euros a été franchie avec près de 400 contributeurs. Le projet étant sur le principe du « tout ou rien », le documentaire verra donc normalement le jour.

Il « se penchera sur des besoins concrets en matière de vie privée : hygiène numérique au quotidien, alternatives aux GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft), logiciels libres, moyens de réduire son exposition face aux risques de harcèlement et de piratage », explique le réalisateur.

Marc Meillassoux avait déjà réalisé Nothing to Hide qui s'attaquait au sempiternel argument  « je n’ai rien à cacher ». Il est désormais disponible en ligne sous licence Creative Commons.

Copié dans le presse-papier !

C’est décidé : il n’y aura plus de versions 32 bits pour les variantes officielles d’Ubuntu à compter de la prochaine version majeure, à savoir la 19.10 prévue pour octobre.

Canonical ne va donc plus compiler aucun élément vers l’architecture i386, y compris les bibliothèques. La conséquence la plus directe est que les utilisateurs de l’actuelle version 19.04 en 32 bits ne pourront pas migrer vers la 19.10 quand elle sera disponible.

Environ 1 % seulement des utilisateurs se serviraient de ces versions, et cela faisait plus d’un an que l’éditeur réfléchissait à cet abandon. La question s’est accentuée avec les réflexions en cours pour la future version LTS 20.04. Les développeurs ont finalement décidé d’être « plus proactifs ».

Toutes les distributions Linux basées sur Ubuntu (comme Mint) seront obligées de suivre le même chemin. Se pose encore la question des applications nécessitant des bibliothèques 32 bits pour fonctionner, même si elles ne sont plus guère nombreuses.

Copié dans le presse-papier !

Mozilla vient de mettre à jour toutes les versions supportées de Firefox pour corriger une faille critique 0-day.

Rapportée à l’éditeur par le chercheur Samuel Groß pour le compte du Google Project Zero, la brèche peut permettre à un pirate d’exécuter à distance un code arbitraire, pouvant mener à une prise totale de contrôle. Soit le pire des scénarios.

Estampillée CVE-2019-11707, la vulnérabilité peut affecter tout utilisateur de Firefox sur ordinateur, donc sous Linux, macOS ou Windows. Elle réside dans la manière dont Firefox manipule des objets JavaScript à cause d’un problème dans Array.pop, le navigateur souffrant d’une « confusion de types ». Aucun détail supplémentaire ni prototype d’exploitation n’a encore été révélé.

Les utilisateurs de l’actuelle branche principale peuvent récupérer depuis l’À propos la mouture 67.0.3. La branche ESR elle aussi est mise à jour avec la 60.7.1. L’installation des correctifs est d’autant plus urgente que la faille est déjà exploitée.

Copié dans le presse-papier !

Le 14 mars, Orange annonçait sans détour qu'il proposerait ses Livebox fibre « sur tous les réseaux d’initiative publique de France ». Une belle promesse, mais sans date.

Trois mois plus tard, nouvelle annonce importante : « un accord permettant à Orange de déployer ses offres sur les réseaux FTTH de Covage ». Les forfaits Livebox Fibre et Fibre Up, mais aussi La Boîte de Sosh.

Covage est pour rappel un important acteur puisqu'il exploite 46 réseaux d’initiative publique ou privée. « Le périmètre de Covage couvre aujourd’hui 2,3 millions de prises dont 600 000 sont en exploitation. À terme, l’ambition du Groupe est de déployer plus de 3 millions de prises », explique Orange dans son communiqué.