du 13 juin 2018
Date

Choisir une autre édition

La procédure va se dérouler en trois phases, menant à l'utilisation obligatoire du Web Store pour installer des extensions.

Depuis hier, toute nouvelle extension publiée ne peut être installée que depuis le Store. Un éditeur ne peut donc plus placer un bouton d'installation directe sur son propre site. À la place, l'appel sera transmis au Store, qui s'ouvrira sur la fiche correspondante.

Dès le 12 septembre, cette limitation s'appliquera à toutes les extensions existantes. Ce sera donc la vraie bascule. Début décembre, Chrome 71 supprimera tout simplement la méthode d'installation directe de l'API concernée. Le conseil donné par Google est donc simple : modifier les liens vers les extensions pour les réorienter vers leurs fiches dans le Web Store.

Il y a pour la firme un avantage clair à ces interdictions : la sécurité. Les liens renvoyant obligatoirement vers la fiche, les avis des utilisateurs et d'éventuels avertissements pourront être lus par l'internaute. Aujourd'hui, une extension malveillante peut s'installer en deux clics.

Chrome va limiter l'installation des extensions au Web Store
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Désormais, lorsque vous effectuez une recherche avec les mots clés « ev charging » ou « EV charging stations », l'application vous indiquera celles se trouvant à proximité.  

Des détails comme le nombre d'emplacements, la vitesse de charge et le type de connecteurs sont également de la partie, à côté d'éventuelles photos d'autres utilisateurs.

De leur côté, les entreprises ont la possibilité de donner ses informations à Maps pour les restituer ensuite aux utilisateurs.  

Cette fonctionnalité est disponible sur Android et iOS, elle arrivera sur les ordinateurs dans les prochaines semaines. Pour le moment, les stations de charge de Tesla, Chargepoint, SemaConnect, EVgo, Blink, Chargemaster, Pod Point et Chargefox sont prises en charge.

Copié dans le presse-papier !

Près d'un tiers des 120 personnes formant les effectifs d'Essential ont été raccompagnées à la porte selon les informations de Bloomberg. Les coupes ont lieu dans l'ensemble des services de l'entreprise, aussi bien du côté matériel et développement, qu'au niveau de la branche commerciale.

À l'origine de ces licenciements, les faibles ventes de l'Essential Phone, dont le lancement a été entaché par de nombreux bugs et un prix de lancement trop élevé. La société ne compte toutefois pas quitter le marché des smartphones et planche déjà sur un nouveau modèle.

Copié dans le presse-papier !

Sony annonce vouloir explorer des solutions s'appuyant sur une blockchain afin de gérer les droits d'accès à ses œuvres, qu'il s'agisse de musique, de films, d'e-books ou encore de contenu en réalité virtuelle. Aucun détail sur le type de blockchain envisagé, ni sur une éventuelle date de mise en application n'ont encore filtré.

Ce mouvement n'est pas sans rappeler celui dans lequel la Sacem et Spotify se sont lancés en mai 2017. Les deux entités planchent séparément sur des systèmes permettant de d'identifier la musique et ses réinterprétations, ainsi que sur le suivi comptable des écoutes en streaming.

Copié dans le presse-papier !

En septembre, le fabricant avait rejoint l'initiative mondiale RE100 et s'était fixé comme objectif 2040 pour utiliser 100 % d'électricité renouvelable pour ses bâtiments commerciaux.

À la suite du dernier rapport du Giec affirmant que limiter le réchauffement climatique à 1,5°C serait encore possible, mais au prix d'un « un effort historique », Sony avance son calendrier à 2030... mais uniquement pour ses activités américaines.

En 2017, 25 % de l'énergie était déjà renouvelable aux États-Unis, contre 100 % en Europe. L'accent est désormais mis sur l'Amérique du Nord, la Chine et le Japon.

 

 

Copié dans le presse-papier !

Comme chaque trimestre, la société propose un récapitulatif des soucis rencontrés avec ses disques durs. Les statistiques sont intéressantes puisqu'elles portent sur plus de 97 000 HDD de quatre fabricants.

Sur le troisième trimestre, les derniers 3 To ont tiré leur révérence, remplacés par des 12 To HGST. Des modèles de 4 et 6 To sont également remplacés par des 12 To, expliquant pourquoi la société arrive à une capacité de 40 Po de plus avec 584 disques de moins.

Le taux de panne annuel (lire cette actualité pour les explications) global est de 1,27 %, avec trois séries sortant du lot : les WD60EFRX de WD (6 To) à 4,64 %, les ST600DX000 de (6 To) à 1,86 % et les ST12000NM007 (12 To) à 1,29 %.