du 12 septembre 2018
Date

Choisir une autre édition

Le canal Canary de Chrome OS dispose depuis peu d'une importante nouveauté : la compatibilité avec les partages réseau NFS, dont SMB/Samba.

Ce n'est cependant pas une exploration à la Windows. Il faudra entrer l'adresse du dossier visé, ce dernier apparaissant alors dans la barre latérale.

La fonctionnalité devrait être disponible publiquement dès la mouture 70 du système, dans quelques semaines si tout se passe bien.

Chrome OS peut se connecter aux partages réseau NFS
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Des escrocs sont parvenus à convaincre l'ancien directeur financier de Pathé Pays-Bas que la direction de Pathé lui ordonnait de verser d'importantes sommes sur un compte tiers pour financer une acquisition à Dubaï.

Au total, plus de 19,2 millions d'euros auraient ainsi été dérobés à l'entreprise en mars 2018. Les faits n'ont été révélés publiquement que lors du procès opposant l'ex-employé incriminé à son entreprise dans le cadre de son licenciement. Selon Pathé, il aurait « négligé des signaux » qui auraient dû l'alerter du caractère frauduleux des opérations.

Copié dans le presse-papier !

Alors que Qualtrics devait finaliser son introduction en bourse la semaine prochaine, SAP est venu déposer sur la table de la jeune pousse une offre qu'elle ne pouvait pas refuser. Le géant allemand fait ainsi main basse sur l'éditeur de logiciels de sondage pour 8 milliards de dollars, et a d'ores et déjà sécurisé un emprunt (7 milliards d'euros) pour financer l'opération.

L'offre de SAP se situe nettement au delà de la valorisation de 5 milliards de dollars prévue lors de l'introduction en bourse de Qualtrics, et bien plus encore des 2,5 milliards de valorisation atteints lors du dernier tour de table de la jeune pousse.

Ryan Smith, PDG et fondateur de Qualtrics, gardera son poste, tandis que les deux quartiers généraux de la société dans l'Utah et à Seattle continueront de coexister. Sur les 9 derniers mois, l'entreprise a généré un chiffre d'affaires de 290 millions de dollars, pour un bénéfice net de 1,5 million de dollars.

Copié dans le presse-papier !

Depuis un peu moins de dix ans et sous l'impulsion de Jack Ma (cofondateur et président d'Alibaba), le 11 novembre est devenu en Asie un jour de promotions dans la veine du Black Friday américain.

Le géant de la vente en ligne Alibaba a fait exploser les compteurs cette année encore : « 1 milliard de dollars (6,9 milliards de yuans) de GMV a été généré via Alipay en 1 minute et 25 secondes », GMV étant l'abréviation de Gross Merchandise Value, soit la valeur totale des commandes réglées via Alipay sur les places de marché grand public d’Alibaba en Chine.

Business Insider explique qu'en 10 minutes Alibaba a dépassé le total des ventes d'Amazon durant son Prime Day en juillet dernier. En à peine plus d'une heure, le seuil des 10 milliards de dollars était franchi.

Dans un tweet, Alibaba affirme qu'il aura fallu 15 heures et 49 minutes pour dépasser son chiffre d'affaires de l'année dernière. Sur la journée du Singles Day, le total atteint 30,8 milliards de dollars, « soit une augmentation de 27 % par rapport à 2017 » affirme le revendeur. C'est néanmoins le taux de croissance le plus bas depuis le lancement des Singles Day, comme l'indique TechCrunch.

Après la seconde édition des French Days (avec une hausse des volumes d'affaires jusqu'à 50 % selon les enseignes), cette période commerciale particulière en Asie fait des émules en France. En plus des importateurs comme Gearbest et Aliexpress, plusieurs revendeurs ont tenté de surfer sur cette vague ce week-end avec des promotions. Pour la troisième année consécutive, Cdiscount répondait présent. Il n'était pas le seul : Nocibé, Rue du Commerce, Sephora, etc.

Pour rappel, les prochains rendez-vous en France sont les Black Friday et Cyber Monday, puis les soldes d'hiver en janvier.

Copié dans le presse-papier !

Après avoir entièrement réécrit son application pour iOS, l'équipe s'est penchée sur la version Android, qui passe en 2.9.1.

Elle apporte de nouvelles bibliothèques réseau : OkHttp et dav4android. Les notes de versions annoncent aussi la mise en place d'un champ de recherche dans un répertoire, la possibilité de sélectionner tous les fichiers et d'inverser la sélection.

Une interface de connexion avec le même design que celle sur le web est également de la partie, ainsi que des corrections de bugs et des diverses améliorations, notamment sur la gestion de la batterie.

Attention, cette version de l'application Android nécessitera la version 9.x d'ownCloud Server au minimum.

Copié dans le presse-papier !

CNBC se fait l’écho d’un important accord passé entre Amazon et Apple. Le premier va distribuer officiellement les derniers produits du second, tout en faisant du ménage parmi les revendeurs.

Amazon devient donc lui-même revendeur officiel, commercialisant notamment les iPhone XR, XS and XS Max en son nom propre, plutôt qu’en étant un simple intermédiaire.

Coup double pour Apple, puisque les seuls revendeurs autorisés seront ceux agréés. Tous les autres seront éjectés d’Amazon, mais peuvent faire une demande auprès d’Apple pour recevoir le précieux sésame. Une mise à la porte par Amazon n’a en effet rien de bon pour le chiffre d’affaires.

Cet accord ne concerne que huit pays : États-Unis, Royaume-Uni, France, Allemagne, Italie, Espagne, Japon et Inde. Il faudra quelques semaines pour sa mise en place, les revendeurs indépendants ayant jusqu’au 4 janvier pour se préparer.

Deux précisions cependant. D’une part, l’accord ne fait d’Amazon un revendeur officiel que pour les derniers produits Apple et Beats. Les vendeurs indépendants référençant des modèles plus anciens sont potentiellement épargnés, mais il faudra vérifier le mois prochain.

D’autre part, cet accord ne couvre pas une exception notable : le HomePod. L’enceinte connectée n’apparaît pas sur Amazon, d’aucun revendeur que ce soit. Situation identique pour les modèles embarquant Google Assistant. Amazon compte rester maître en sa demeure sur ce créneau.

Amazon reste un mastodonte de la vente en ligne, via lequel bon nombre de clients achètent des produits Apple. On imagine que cette dernière a souhaité formaliser « l’expérience d’achat », pour faire de la boutique un prolongement de sa propre boutique.