du 05 septembre 2018
Date

Choisir une autre édition

Chrome 69 inaugure un nouveau look et de nombreuses nouveautés

Comme nous l'avions indiqué à l'occasion des dix ans du navigateur, Google préparait une nouvelle mouture devant marquer le coup. Chrome propose ainsi un nouveau design, sur l'ensemble des plateformes, qui se veut plus en rondeur.

Mais le géant veut aussi continuer de simplifier la vie de l'utilisateur, notamment sur le mobile. Sur iOS, la barre d'outils passe au bas de l'écran, et de manière générale les menus et autres fenêtres ont été simplifiées. C'est également le cas des URL qui ne seront plus affichées de manière complète par défaut, se limitant au domaine principal.

Le remplissage automatique des informations est à l'honneur, avec une intégration qui se veut là aussi plus fluide et plus claire. Elle va de pair avec une nouvelle gestion des mots de passe.

Lors d'une phase d'inscription sur un site, Chrome vous proposera directement un mot de passe complexe et unique, le tout étant stocké dans votre compte Google. Les gestionnaires de mots de passe tiers apprécieront cette concurrence renforcée.

L'omnibox se veut également plus utile avec l'intégration de réponses directes à des questions simples, là aussi issues du moteur de recherche maison. Une manière de renforcer la dépendance de l'utilisateur aux services du géant américain, en profitant de la position de leader de Chrome sur le marché des navigateurs.

Cette version 69 permet aussi de personnaliser la page principale avec des raccourcis vers vos sites préférés ou une image de votre choix.

Du côté des développeurs, Google évoque le support des Scroll Snap CSS, de l'API Web Locks ou la prise en charge des encoches de certains appareils mobiles. Pour l'entreprise, ce sont plutôt le blocage de l'injection de code par des applications tierces, les alertes lors de l'utilisation de Flash ou d'un mot de passe sur plusieurs sites qui sont mis en avant.

Les Chromebooks ont surtout droit à une gestion d'un mode nuit pour la colorimétrie de l'écran, avec la possibilité de respecter des heures pour l'activation/désactivation.

Mais on retiendra surtout l'arrivée, en bêta, de premières applications Linux comme des terminaux et autres éditeurs de texte. Elles passent par une couche de virtualisation, seuls certains appareils étant pour le moment concernés.

chargement Chargement des commentaires...