du 12 janvier 2018
Date

Choisir une autre édition

Skype n'est pas seulement une messagerie qui a loupé le coche du mobile et eu du mal à se réformer ces dernières années. Elle est aussi passée complètement à côté la demande d'une meilleure protection des échanges de la part des utilisateurs.

Les choses pourraient changer puisque Whisper System a indiqué dans un billet de blog qu'elle travaillait avec Microsoft à l'implémentation de fonctionnalités de chiffrement de bout-en-bout en utilisant le même protocole que pour Signal.

La fonctionnalité est proposée en preview à travers le programme Skype Insiders. Microsoft précise que ces « conversations privées » peuvent être utilisée à la demande, le destinataire devant accepter une invitation valable sept jours.

Comprendre que le chiffrement de bout-en-bout ne sera pas actif constamment comme cela peut être le cas pour bien d'autres outils. Skype semble donc ne pas encore avoir compris que la sécurité était désormais une fonctionnalité de base, et non un gadget. Notons que d'autres messageries fonctionnement sur le même principe, avec les mêmes problèmes, à l'instar de Google Allo, Facebook Messenger et Telegram.

Chiffrement E2E dans Skype en partenariat avec Signal : Microsoft n'a pas tout compris
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Selon La Lettre de l'Expansion et Le Monde, le numéro 2 d'Orange pourrait quitter les fonctions qu'il occupe depuis 2010. Au quotidien, celui qui est aussi président de la Fédération française des télécoms déclare rester à son poste dans les semaines et mois à venir.

Son éventuel prochain poste n'est pas connu, ni son avenir à la tête de la FFTelecoms. Il s'agit de l'un des principaux lobbyistes du secteur télécoms en France et en Europe, des compétences qui peuvent intéresser beaucoup d'entreprises.

Copié dans le presse-papier !

Sous le feu des critiques depuis des mois concernant le contenu de certaines chaînes et leur monétisation, YouTube vient de dévoiler trois nouvelles règles qui vont progressivement être mise en place.

La première concerne la participation au YouTube Partner Program qui était jusqu'à maintenant réservée aux chaînes de 10 000 vues ou plus. Désormais, il faudra compter au moins 1 000 abonnés et 4 000 heures de visionnage sur les douze derniers mois. Cette limite entre en vigueur dès maintenant pour les nouvelles chaînes et à compter du 20 février pour celles déjà existantes.

De plus, de nombreux paramètres seront pris en compte comme les signalements d'abus, le spam, le respect des guidelines, etc. En cas de violation répétée des règles, une chaîne pourra être retirée du programme partenaire de YouTube.

Google Preferred fera désormais l'objet de vérifications manuelles, et les publicités seront placées uniquement sur les vidéos qui auront été validées comme « en conformité avec nos règles ad-friendly » précise YouTube. Cela devrait être finalisé d'ici le mois prochain aux USA et fin mars pour le reste des pays où cette offre est disponible.

Du côté des publicitaires, c'est la question de la « brand safety » qui est au centre des préoccupations. Dans les prochains mois, YouTube leur donnera accès à un dispositif qui doit leur permettre de détailler ce qu'ils attendent du placement de leur marque, et de mieux comprendre les compromis nécessaires pour atteindre une audience particulière.

Des tests sont aussi en cours pour disposer de rapports spécifiques à la brand safety, notamment via Integral Ad Science et DoubleVerify à travers des programmes bêta (le premier étant déjà en cours).

Copié dans le presse-papier !

Le bouquet de chaines avait d'ores et déjà annoncé qu'il proposerait cette série en US+24. La date est désormais connue : la diffusion débutera le 25 avril sur Hulu et donc le 26 avril sur OCS.

Une bande-annonce de Handmaid's Tale La servante écarlate a été mise en ligne pour l'occasion. Une autre série devrait voir sa seconde saison débarquer en avril : Westworld. Mais la diffusion simultanée avec les US reste à confirmer.

Copié dans le presse-papier !

Depuis hier, il est possible de payer une réservation Airbnb en ne versant que 50 % de la somme, et le reste quelques jours avant la date d'arrivée sur les lieux.

Selon l'entreprise, les conditions pour en profiter sont assez légères : il faut simplement que la facture finale soit de 200 euros ou plus et que la réservation soit faite au moins 14 jours à l'avance. La date du second versement sera, elle, en fonction de l'hôte, car la politique d'annulation peut varier.

Airbnb estime pour sa part que cette solution avantage tout le monde. Le voyageur d'abord, puisqu'il peut réserver plus tôt au lieu d'attendre d'avoir l'intégralité des fonds, et l'hôte puisque son « carnet de commandes » se remplira davantage dans le temps, avec des paiements étalés et donc plus réguliers.

Copié dans le presse-papier !

Le réseau social est conscient que son application de messagerie file un mauvais coton depuis un moment. Le vice-président David Marcus indique rappelle dans un billet que les deux dernières années ont été riches en nouveautés. Seulement voilà : « Pendant que nous nous dépêchions de bâtir ces nouvelles fonctionnalités, l'application est devenue trop encombrée. Attendez-vous à nous voir investir dans la simplification et l'allègement de Messenger cette année ».

Une saine remise en question, tant l'application est aujourd'hui lourde, proposant moult fonctionnalités réunies dans un espace limité, l'utilisateur n'étant clairement pas maître de son interface. Le succès de Messenger Lite sur Android n'est pas évoqué, Marcus préfèrant aborder les attentes des utilisateurs aujourd'hui : « un appareil photo intuitif et super rapide, des vidéos, images, GIF et stickers dans presque chaque conversation ». En bref, Snapchat ?

On attendra donc de voir, car Facebook n'est pas connu pour ses applications légères et ses interfaces dégagées. Instagram et WhatsApp sont en quelque sorte des exceptions, mais il s'agit de produits rachetés. Réponse dans le courant de l'année, promet l'éditeur, en même temps que des investissements continus dans les communications en temps réel et dans le placement de Messenger comme solution de service client.