du 07 novembre 2018
Date

Choisir une autre édition

Chiffrement de fichiers : Cryptomator 1.4 abandonne WebDAV comme protocole par défaut

Le logiciel, qui permet de chiffrer des fichiers et d'y accéder sous la forme d'emplacements réseau virtuels, passe une étape majeure, attendue de longue date par ses utilisateurs : WebDAV n'est plus utilisé par défaut pour l'accès aux fichiers.

Sous Windows, Cryptomator intègre désormais la bibliothèque Dokany et, sous Linux et macOS, FUSE. Comme nous l'écrivions, le client WebDAV de Windows posait des problèmes flagrants de performances dès qu'un fichier dépassait une certaine taille (une centaine de Mo).

L'accès aux fichiers et l'ajout de nouveaux documents étaient souvent suspendus, le temps de les (dé)chiffrer. D'après nos constatations, le problème disparait avec Dokany, au prix d'une navigation un peu plus lente. WebDAV est toujours disponible dans les options, pour ceux qui le préfèrent.

Cryptomator 1.4 signe aussi l'abandon des systèmes Windows et Linux 32 bit. Le contrôle des mises à jour disponibles devient d'ailleurs plus voyant, avec un message au premier démarrage.

Attention, sous Windows, il sera peut-être nécessaire d'installer le « redistribuable Microsoft Visual C++ pour Visual Studio 2017 » si vous n'en disposez pas déjà (Dokany le réclame).

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

« Considérant l’ancienneté et la fragilité des équipements actuellement utilisés pour le dépouillement et l’analyse politique des scrutins publics », la Haute assemblée avait annoncé en mars dernier qu’il lui semblait « indispensable d’installer un système moderne de scrutin électronique » pour ses votes en hémicycle.

La semaine dernière, le Bureau du Sénat a précisé que « le Conseil de Questure devrait attribuer le marché dans le courant du mois de janvier 2019 », pour « une mise en service à la rentrée parlementaire d’octobre 2019 ». L’institution explique avoir instauré un « dialogue compétitif », afin de « co-construire avec les entreprises candidates la solution répondant le mieux aux besoins exprimés par le Sénat ».

Copié dans le presse-papier !

Cet été, le fabricant dévoilait le Galaxy J2 Core, son premier smartphone sous Android Go, une version du système d'exploitation pensée pour les terminaux d'entrée de gamme avec peu de mémoire vive et de stockage. Il récidive en novembre avec le Galaxy J4 Core.

Ce dernier dispose d'un écran de 6 pouces (1 480 x 720 pixels) avec 1 Go de mémoire, 16 Go de stockage (extensibles) et un SoC avec quatre cœurs à 1,4 GHz. La référence n'est pas précisée, mais il pourrait s'agir du Exynos 7570 comme sur le Galaxy J2 Core.

Sont également de la partie : deux caméras de 8 et 5 Mpixels (comme sur le J2 Core), une batterie de 3 300 mAh, du Bluetooth 4.2, du Wi-Fi 802.11n, etc. Il est animé par Android 8.1 Oreo en version Go.

Aucun prix ou date de disponibilité n'est indiqué. Samsung n'a d'ailleurs pas publié de communiqué pour l'instant, il a simplement mis en ligne les caractéristiques techniques.

Copié dans le presse-papier !

Fondée en 2006, la société néo-zélandaise a envoyé ce week-end sa première fusée commerciale dans l'espace, après des reports pour raisons techniques.

Les six charges utiles de la mission baptisée « It’s Business Time » ont été larguées comme prévu. Le compteur sur le site de la société affiche désormais onze satellites lancés, en tenant compte de ceux des vols d'essai.

La prochaine fusée devrait décoller dans les « prochaines semaines » (à priori en décembre), pour le compte de la NASA. Il s'agira de la mission ELaNa XIX, avec 10 CubeSat à son bord.

Rocket Lab promet de nombreux lancements pour 2019, « grâce à des usines permettant une production en masse rapide des fusées Electron, ainsi qu'un complexe de lancement privé autorisé à effectuer jusqu'à 120 lancements par an ».

Copié dans le presse-papier !

Claude Malhuret, sénateur de l'Allier, interroge le gouvernement sur l'impact écologique des cryptomonnaies. En s'appuyant sur les estimations de Digiconomist, qui font état d'une consommation mondiale équivalente a quatre centrales nucléaires pour le seul Bitcoin, il milite pour le développement de cryptomonnaies « vertes » ne fonctionnant pas sur la base de la preuve de travail.

Il souhaite donc connaître « les intentions du Gouvernement en matière de financement des technologies blockchain et, plus particulièrement, en ce qui concerne la contribution à l'émergence de technologies numériques responsables sur le plan environnemental ».

De quoi donner quelques migraines du côté du secrétariat d'État chargé du numérique, qui devra répondre à cette question.

Copié dans le presse-papier !

Stanley Lieber (alias Stan Lee ou encore « Stan The Man ») est décédé dans une clinique de Los Angeles à l'âge de 95 ans. Avec sa disparition, le monde des comics est en deuil.

La liste des personnages créés par Stan Lee est bien trop longue pour les nommer tous, mais nous pouvons citer Les 4 Fantastiques, Spider-Man, Thor, Iron Man, Hulk, les Avengers et X-Men. « Aujourd’hui, il serait presque impossible de trouver un coin de l’Univers Marvel dans lequel Stan n’ait pas participé », affirme la société.

Issu d'une famille modeste, il est tombé très jeune dans l'univers des « pulps » et autres comics lorsqu'il est entré comme assistant chez l'éditeur Timely Comics. Il a rapidement gravi les échelons et, sous la direction de Stan Lee, Timely Comics s'est ensuite transformé en Atlas Comics pour finalement donner naissance à Marvel Comics. En 1972, il quitte son poste de rédacteur en chef pour se consacrer au rôle d'éditeur chez Marvel.

Dans les années 90, Marvel est en faillite et se fait racheter par un fabricant de jouets (Toy Biz) ; une réorganisation s'en suit. Stan Lee est alors libéré de son contrat d'exclusivité, même s'il en reste président honoraire à vie et producteur exécutif des films adaptés de ses personnages.

En 1998, il fonde Stan Lee Media, qui fera faillite deux ans plus tard. Il ne laisse pas tomber et se lance dans un nouveau projet en 2001 : la société de production Pow! Entertainment, qui travaillera notamment avec Disney.

« La légende » est néanmoins remise en cause par certains : « Depuis une dizaine d’années, les commentateurs, les historiens et la communauté des fans révisent leur jugement. De plus en plus nombreux, ils affirment que Stan Lee est un rusé renard dont le seul talent consiste à savoir tirer le meilleur du talent des autres », affirme Jean-Marc Lainé dans sa biographie Stan Lee, Homère du XXe siècle, cité par Le Monde.

Rappelons enfin que Stan Lee faisait régulièrement des apparitions dans les films Marvel, pour le plus grand plaisir de ses fans. Fin 2017, la chaîne SuperHerosEvolution mettait en ligne une vidéo d'un peu plus de 10 minutes reprenant ces caméos, des années 90 à notre époque.