du 28 juin 2018
Date

Choisir une autre édition

Lors d'une audition au Sénat hier, Maxime Saada n'a pas mâché ses mots. Le service de vidéo à la demande par abonnement (SVOD) serait passé de 800 000 clients à 200 000 en l'espace de deux ans, alors que Netflix en gagnerait 100 000 par mois.

« En deux ans, on a été rayés de la carte de ce marché, qui est en train de se substituer à la télévision. Il a suffi de deux ans ! » a-t-il lancé, plaintif. Il blâme le cadre réglementaire et fiscal, mais n'évoque aucun choix stratégique pour expliquer le naufrage. Tout juste reconnaît-il que l'absence des contenus maison a pu contribuer à la désertion des internautes. Ici encore, la réglementation l'aurait empêché de proposer des exclusivités.

Saada déclare également que Canal+ n'a pas été sollicité sur Salto, la future plateforme de SVOD de TF1, France Télévision et M6. « On a été un peu en froid avec TF1 » justifie-t-il.

Canalplay est mort, selon le patron de Canal
chargement Chargement des commentaires...