du 07 décembre 2017
Date

Choisir une autre édition

C'est fait, Voyages-SNCF devient Oui.sncf

L'annonce avait fait couler beaucoup d'encre fin mai. Alors que la bascule était prévue pour le 8 décembre, elle est finalement arrivée un peu en avance. 17 ans après sa création, Voyages-sncf.com, le site de l'agence de voyages VSC Groupe, renvoi désormais vers Oui.sncf. Les applications ont également été mises à jour en ce sens.

Le groupe assure que les services sont les mêmes, avec quelques nouveautés tout de même : une alerte petit prix, une relation client 24h/24 avec un OUIbot accessible sur la page d'accueil (en version bêta pour le moment) et des pages « OUI des Régions » pour découvrir de nouveaux lieux.

Attendons maintenant les premiers retours des utilisateurs afin de voir si la transformation est une réussite. Il faut dire que la concurrence est de plus en plus présente, notamment avec Trainline (anciennement Captain Train) qui mise sur la simplicité et la rapidité.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Dans une révision en cours de déploiement, le service de stockage distant ajoute le support de plusieurs formats pour leur prévisualisation.

Sont ainsi gérés les fichiers DWG (AutoCAD) avec possibilité de commenter, les EPUB – autorisant leur lecture sans nécessiter d'application dédiée – ainsi que les vidéos MXF.

Certains supports sont améliorés, comme les PDF et fichiers PowerPoint, avec l'ajout d'une barre permettant de se rendre facilement à une page précise. Les archives ZIP et RAR affichent quant à elles leur contenu.

Ces prévisualisations plus souples sont disponibles depuis les applications mobiles et l'interface web de Dropbox. L'éditeur espère ainsi faciliter la communication au sein des équipes, centralisant les retours et commentaires dans une même interface, sans nécessiter d'applications spécifiques.

Copié dans le presse-papier !

Comme prévu, YouTube Musique est disponible dans l'Hexagone. Ce service permet d'accéder à toute la musique sur YouTube, avec un mode hors ligne, des recommandations personnalisées et un moteur de recherche dédiée.

L'offre est disponible gratuitement avec publicité, ou bien avec un abonnement à 9,99 euros par mois sans publicité. Une offre famille à 14,99 euros est également proposée. Une application dédiée est disponible pour Android et iOS.

De son côté, YouTube Premium inclut l'abonnement YouTube Music, avec la possibilité de profiter du mode hors ligne, des vidéos sans publicités et de la lecture en arrière plan sur tout YouTube. Il permet aussi d'accéder aux contenus YouTube Originals. Cette fois-ci, l'abonnement est à 11,99 euros par mois, ou 17,99 euros pour la famille. Les abonnés Google Play Music ont automatiquement accès à la version payante de YouTube Music.

En plus de la France, les deux services sont disponibles dans 16 autres pays : Allemagne, Australie, Autriche, Canada, Corée du Sud, Espagne, États-Unis, Finlande, Irlande, Italie, Mexique, Norvège, Nouvelle-Zélande, Royaume-Uni, Russie et Suède.

Copié dans le presse-papier !

Fin mars, le fabricant lançait trois smartphones : les P20 Lite, P20 et P20 Pro. Bien différents, ils sont proposés à des tarifs allant de 300 à plus de 700 euros environ.

Le fabricant semble très satisfait du démarrage des ventes. En moins de trois mois, il revendique en effet avoir écoulé « six millions d’unités à travers le monde, en croissance de 81 % par rapport aux ventes de la gamme P10 ».

Huawei ne précise par contre pas la répartition des ventes smartphone par smartphone.

Copié dans le presse-papier !

Lancé officiellement fin 2016, le système de positionnement par satellite progresse rapidement. En effet, le CNES revendiquait près de 100 millions d'utilisateurs en février de cette année, et Jean-Yves Le Gall (président du CNES) annonce désormais 200 millions, soit 100 millions de plus en l'espace d'un peu plus de quatre mois.

Pour rappel, il ne s'agit pour le moment que des services initiaux, tous les satellites de la constellation n'étant pas encore en place. Le prochain lancement est prévu pour le 25 juillet prochain, avec quatre nouveaux satellites.

Copié dans le presse-papier !

Alors que l'on pensait l'affaire close avec la signature d'un accord entre le fabricant et le président américain, le Sénat vient jouer les trouble-fêtes.

Les sénateurs ont en effet approuvé à 85 voix contre 10 la grande loi sur la Défense (NDAA) comprenant un amendement soutenu par plusieurs républicains. Celui-ci « interdirait à toutes les agences fédérales d’acheter tout type d’équipement ou de services venant de Huawei » explique le sénateur républicain Tom Cotton, selon l'AFP.

Ce n'est pas tout : il « interdirait également à toute entreprise américaine de recevoir de l’argent de contribuables américains, en subventions ou prêts, si elle utilise des produits de Huawei ou de ZTE. Enfin, notre amendement remettrait en place l’interdiction faite à ZTE d’acheter des biens et des services américains pour avoir enfreint nos lois ».

Ce vote n'est pour autant qu'une première étape. Le texte doit maintenant être harmonisé avec celui de la Chambre des représentants et ensuite signé par Donald Trump pour être appliqué.

En bourse, le spectre de la remise en place des sanctions n'est pas chaudement accueilli : l'action de ZTE dévisse et perd plus de 10 %.