du 18 mai 2018
Date

Choisir une autre édition

Alors qu'Iliad (Free) dévisse en bourse, après le premier recul de son histoire sur le fixe, et que SFR reprend du poil de la bête, Bouygues Telecom poursuit tranquillement son chemin (PDF).

Au premier trimestre, l'opérateur a enregistré 132 000 forfaits, et 453 000 clients mobiles en incluant le MtoM. Au total, il compte 14,8 millions de clients, dont 8 millions en 4G.

Sur l'Internet fixe, il a gagné 64 000 clients en fibre jusqu'à l'abonné (FTTH), atteindre 329 000 clients, sur 3,5 millions de lignes fixes au total. La marge de progression est importante sur la fibre, avec 4,7 millions de prises commercialisables (+700 000 sur le trimestre). Fin avril, il a refondu ses offres fixes, segmentées par technologie et fonctionnalités.

Côté revenus, la filiale affiche un chiffre d'affaires de 1,281 milliard d'euros de revenus (+6 % sur un an), avec un EBITDA à 247 millions d'euros et un résultat opérationnel à 111 millions d'euros.

Bouygues Telecom passe la barre des 300 000 clients fibre
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Après Google Chrome et Safari d'Apple, le chercheur en sécurité Sabri Haddouche a découvert un bug empêchant l'utilisation de Firefox sur Windows, macOS et Linux. Il peut geler ou planter le navigateur et, dans certains cas, planter le PC.

Le bogue, détaillé à ZDNet, consiste à générer un fichier (blob) au nom très long, et à demander à Firefox de le télécharger toutes les millisecondes. Ces demandes répétées saturent un canal de communication inter-processus (IPC) entre le processus principal et son enfant.

Au grand minimum, le navigateur gèle entièrement. Au pire, l'ordinateur plante. Le problème a été signalé à Mozilla… avant que le ticket ne soit passé en privé. Le bogue existe toujours sur la dernière révision du logiciel, la 62.0.2.

Pour mémoire, le chercheur a déjà obtenu le plantage d'appareils iOS via l'appel d'une propriété CSS très gourmande en ressources.

Copié dans le presse-papier !

L'opération était prévue de longue date, l'équipe ayant décidé de ne plus proposer son application gratuitement. L'objectif est de disposer de moyens suffisants pour assurer un meilleur suivi des mises à jour.

Après un an de travail, et un passage douloureux pour le support de High Sierra, la version 3.0 de GPGMail est enfin finalisée. Elle gère macOS 10.14 (Mojave).

Quelques correctifs et petites améliorations sont ajoutés au passage, comme un nouvel indicateur de la force d'un mot de passe. C'est la mouture 2.2.10 de GnuPG qui est embarquée.

Une mise à jour vers GPG Suite 2018.4 transformera votre installation en version d'essai, valable 30 jours. Après cette période, vous pourrez toujours déchiffrer vos messages mais plus en vérifier ou en chiffrer de nouveaux.

Côté tarif, comptez 24 euros pour une licence valable jusqu'à trois machines. Une FAQ a été mise en ligne pour répondre aux différentes questions des utilisateurs.

Copié dans le presse-papier !

Le OnePlus 6 est l’un des premiers téléphones tiers à recevoir la nouvelle version du système mobile. La diffusion commence tout juste : un petit nombre vendredi, puis plus important en ce début de semaine et ainsi de suite.

La mise à jour, distribuée bien sûr en OTA, se nomme OxygenOS 9.0. Elle reprend les nouveautés d’Android 9.0 Pie (interface révisée, navigation tactile, gestion adaptative de la batterie…) et ajoute un mode Ne pas déranger personnalisable, des notifications texte pour le Gaming mode 3.0 et diverses options de personnalisation.

Le constructeur prévient que les utilisateurs tentés par le VPN pour avoir plus tôt la mise à jour se retrouveront le bec dans l’eau. Le déploiement n’est en effet pas basé sur des régions mais sur un tirage au sort.

La récupération d’OxygenOS 9.0 ne dépend donc que du hasard, mais tous les utilisateurs devraient quand même être servis d’ici la fin de la semaine.

Copié dans le presse-papier !

L'opération commerciale avait pour la première fois été lancée fin avril de cette année par six boutiques : Boulanger, Cdiscount, Fnac Darty, La Redoute, Rue du Commerce et Showroomprivé.

Finalement, d'autres revendeurs s'étaient joints à la liste : Auchan, Materiel.net, Grosbill et même Amazon qui a attendu le dernier moment pour lancer son opération. À la fin du mois, rebelote avec les « Frenchs Days de la Rentrée », qui se dérouleront du 28 septembre au 1er octobre.

Un mois plus tard, ce sera au tour du Black Friday d'entrer en piste, une fête commerciale importée des États-Unis. Dans les deux cas, il ne s'agit pas de soldes, la vente à perte est donc interdite. Les promotions proposées seront limitées à ce cadre et il faudra attendre le 10 janvier pour les soldes d'hiver 2019.

Nathalie Balla, coprésidente de La Redoute, indique au Parisien que les magasins participants étaient « très satisfaits » de la première opération : « Les six enseignes partenaires ont enregistré 43 millions de visites en 5 jours [...] Par rapport à la même période de l’année dernière, les volumes d’achat ont bondi de 50 % à 100 % selon les enseignes ».

Elle affirme également que cette opération a vocation à être pérennisé avec deux rendez-vous par an : au printemps et à la rentrée.

Copié dans le presse-papier !

Le chercheur Lucas Leong, de chez Trend Micro Security Research, a rendu publique une faille 0-day valable pour toutes les versions de Windows en cours de support, dont les 7, 8.1 et 10.

La brèche réside dans la manière dont le moteur de base de données JET Database Engine gère les index. Exploitée, elle permet au processus d’écrire dans une autre zone mémoire, donc une exécution de code arbitraire. Elle peut se faire à distance si le pirate réussit à faire ouvrir une base de JET.

La vulnérabilité avait été signalée le 8 mai à Microsoft, qui a confirmé son existence six jours plus tard. L’éditeur n’ayant pas apporté de correctif dans les 120 jours impartis, la Zero Day Initiative a publié un bulletin d’information.

De son côté, Trend Micro Security a fourni les détails de la faille, accompagnés d’un prototype d’exploitation sur GitHub.

Microsoft travaille bien à colmater la brèche, mais il faudra attendre maintenant le Patch Tuesday du 9 octobre comme prochaine rampe de lancement. À moins que l’entreprise estime la situation urgente, mais le calendrier ne plaide pas pour cette hypothèse.