Au CES de l'année dernière, la start-up Hush présentait des bouchons d’oreilles spécialement conçus pour vous aider à dormir. Depuis, elle a été rachetée par Bose. Le premier produit issu de ce partenariat est arrivé sur Indiegogo : sleepbuds.

La philosophie est la même : « Vous aider à mieux dormir en masquant les bruits indésirables dans la chambre et en le remplaçant par des sons apaisants ». En théorie, fini donc les ronflements de votre conjoint.

Avec cette campagne de financement participatif, Bose cherchait des volontaires pour tester et améliorer son produit. L'opération a été un succès puisque plus de 440 000 dollars ont déjà été récoltés sur les 50 000 demandés. De plus, tous les prototypes ont trouvé preneur.

Les premiers exemplaires sont prévus pour février 2018, tandis que la commercialisation de masse est prévue pour l'année 2018, sans plus de précision.

Bose Sleepbuds : des bouchons d'oreilles pour vous aider à dormir sur Indiegogo
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

La boutique en ligne appartient au groupe AliBaba et disposerait d'une base d'environ 100 millions de clients. La société de sécurité Check Point explique qu'elle a découvert une faille sur son site, informé AliExpress qui a rapidement corrigé le tir.

Via une campagne de phishing, des pirates pouvaient contourner les protections du site et procéder à une attaque de type Cross-site scripting (XSS). Tous les détails sont disponibles par ici.

Copié dans le presse-papier !

La start-up Prynt n'en est pas à son coup d'essai, puisque c'est déjà la seconde version de son produit qu'elle propose. Son imprimante Pocket pour smartphone est disponible sur iOS depuis plusieurs mois (pour 169,99 euros) et arrivera sur Android en février 2018. Une campagne Kickstarter a été lancée pour l'occasion.

Il s'agit d'un petit boîtier USB Type-C sur lequel vient se clipser le smartphone. Il permet d'imprimer des photos de manière autonome, mais pas seulement. Grâce à la réalité augmentée, vous pouvez ensuite « donner vie » à vos impressions : placez-les sous la caméra du smartphone pour afficher une petite vidéo (dont la photo est issue) à la place de l'image statique.

Dans le principe, le rendu est assez proche des photos animées dans la saga Harry Potter, mais en passant par le smartphone et la réalité augmentée bien évidemment. Le projet est déjà un succès avec plus de 57 000 dollars récoltés sur les 50 000 demandé et il reste huit jours avant sa clôture.

Il faut débourser 119 dollars pour en profiter pour le moment, tandis que le tarif passera à 149 dollars par la suite.

Copié dans le presse-papier !

L'application autorisait depuis peu un diffuseur à inviter un de ses contacts à le rejoindre. L'application fournit maintenant la fonctionnalité inverse.

Si vous regardez le flux direct d'un contact, vous verrez désormais un bouton apparaître dans l'interface. Il émet une demande au diffuseur qui, s'il l'accepte, partagera son écran avec vous.

L'écran sera alors coupé en deux, le diffuseur en haut, vous en bas. La fonctionnalité nécessite la dernière révision de l'application mobile pour Android et iOS, en cours de déploiement.

Copié dans le presse-papier !

Cette trouvaille, faite par Quartz, a été confirmée par Google. Les données sont collectées dès que le smartphone est allumé, même si aucune carte SIM n'est insérée et que le service de géolocalisation est désactivé.

Cette collecte est pratiquée depuis janvier et touche les adresses des antennes cellulaires, utilisées par les systèmes de Google pour gérer les notifications push et les messages (sans que l'on sache vraiment pourquoi). Une pratique innocente pour la société de Mountain View, qui affirme que les données ne sont ni utilisées, ni stockées. Elle promet néanmoins que d'ici la fin du mois, cette collecte n'aura plus cours.

Même si Google jure sur ses grands dieux que ces informations (chiffrées par ailleurs) ne servaient pas vraiment et étaient rapidement détruites, elles ne manquent pas d'implications. Comme le rappelle Quartz, les positions de plusieurs antennes permettent de trianguler un utilisateur avec une précision de quelques centaines de mètres. De quoi suivre efficacement les déplacements d'un utilisateur, même quand il a explicitement désactivé la géolocalisation.

On ne sait pas vraiment quelles sont les versions d'Android concernés, Quartz évoquant simplement des modèles « modernes ». On sait par contre que la collecte est effectuée suite à une modification du service Firebase Cloud Messaging. Il faudra donc attendre que ce dernier soit à nouveau changé, car l'utilisateur ne peut rien y faire, même une remise à zéro du smartphone n'ayant aucun effet.

Au vu des évènements de ces dernières années et des problématiques croissantes sur le respect de la vie privée, il est curieux que Google n'ait pas prévu qu'une telle décision aurait nécessairement un impact négatif si elle venait à être découverte.

Copié dans le presse-papier !

Meg Withman a annoncé hier qu'elle quitte son poste de PDG de HPE, la branche professionnelle issue de la scission de HP quelques années plus tôt, et qu'elle avait pilotée en 2014.

« Nous avons une entreprise bien plus petite, plus agile et plus concentrée » a martelé la dirigeante, assurant que « c'est absolument le bon moment pour qu'Antonio et une nouvelle génération de dirigeants prennent les rennes ». Une nouvelle garde qui n'a pas pris la parole lors de l'annonce de ce changement.

Antonio Neri, le remplaçant de Meg Withman, fait partie de l'entreprise depuis près de 25 ans et occupait jusqu'ici le poste de président. Meg Withman elle, conservera son siège au conseil d'administration.