du 13 février 2018
Date

Choisir une autre édition

Blender 2.8 a besoin de contributeurs pour sa Code Quest

Blender 2.8 se fait toujours attendre, mais les développeurs sont décidés à matérialiser cette version majeure, qui comporte plusieurs changements internes importants et de grandes améliorations pour les flux de travaux. Ils lancent donc une campagne de financement participatif.

La Blender Foundation organise donc une « Code Quest ». Le but : réunir à Amsterdam au moins les dix principaux contributeurs pendant trois mois, afin qu’ils aboutissent à la première mouture exploitable dans la nouvelle branche. Parallèlement, une équipe d’artiste utiliserait cette nouvelle version pour produire un petit film, fournissant au passage de précieux retours.

Pour réaliser cette aventure, la fondation a besoin d’au moins 1 000 contributeurs déboursant chacun 39 dollars. Idéalement bien sûr, les sommes engrangées iront au-delà pour faciliter la vie des développeurs, puisque le développement de Blender, logiciel libre, ne leur rapporte rien. Chaque contributeur recevra une clé USB Blender Rocket en édition limitée.

Pour l’instant, les dix développeurs confirmés sont Ton Roosendaal, Sergey Sharybin, Dalai Felinto, Campbell Barton, Brecht van Lommel, Bastien Montagne, Clément Foucault, Joshua Leung, Sybren Stüvel et Pablo Vazquez. D’autres seront annoncés par la suite.

La somme devra être réunie d’ici avril, mois visé pour le début de la Code Quest. À l’heure où nous écrivons ces lignes, 256 contributeurs se sont déjà manifestés.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Déjà disponible aux États-Unis, cette fonctionnalité met en avant « des actualités sélectionnées par les journalistes de LinkedIn et agrémentées des contenus les plus intéressants postés par les membres ».

« Chaque jour, dès la homepage, découvrez les informations économiques qui font l’actualité en haut à droite de la page d'accueil sur le Web, et en haut de votre fil d'actualité sur l’appli mobile », explique Sandrine Chauvin, rédactrice en chef Europe chez LinkedIn.

« En cliquant sur le titre qui l’intéresse, l’utilisateur peut découvrir un résumé de l’actualité renvoyant vers des articles de presse, ainsi qu’une série de contenus connexes, à savoir des posts, des vidéos, des articles ou des commentaires apportant un éclairage nouveau et complémentaire sur le sujet », détaille le réseau social.

Copié dans le presse-papier !

Le tourisme spatial a le vent en poupe avec SpaceX qui prévoit son premier vol autour de la Lune en 2023, sans oublier Virgin Galactic et Blue Origin qui finalisent leurs fusées.

L'agence spatiale russe Roscosmos veut aussi sa part du gâteau et deux touristes (leurs identités ne sont pas précisées) sont attendus dans un vaisseau Soyouz en 2021. Ils rejoindront ensuite le segment russe de la Station spatiale internationale pour un petit séjour.

Roscosmos et Space Adventures collaborent déjà depuis 2001, notamment pour envoyer des civiles dans l'espace : Dennis Tito (le premier « touriste ») et Charles Simonyi qui a séjourné deux fois dans l'ISS. Au total, les deux partenaires ont déjà envoyé dans l'espace sept touristes.

Copié dans le presse-papier !

Comme nous l'évoquions début janvier, c'est dans deux semaines que le FAI proposera sa nouvelle offre bancaire, plus chère. Elle est organisée autour d'une carte à cryptogramme dynamique, avec quelques services en plus. Un défi pour la société et ses clients, notamment en matière de recyclage.

Le service est en test auprès de 300 personnes « pour vous permettre, à son lancement, d’avoir un produit co-construit avec vous » promet un tweet qui dévoile le visuel (plutôt classique) de la carte.

Une proximité déjà largement utilisée par le passé dans la communication d'Orange Bank, qui a néanmoins peiné à écouter les besoins et demandes de ses clients.

Plus que d'une nouvelle offre, c'est d'une nouvelle impulsion dont le groupe semble avoir besoin pour inverser la tendance des recrutements.

Copié dans le presse-papier !

Le Centre national de la recherche scientifique a été créé le 19 octobre 1939 à l'initiative de Jean Perrin. Son but : « Donner un statut aux chercheurs et favoriser le travail en équipes associant plusieurs disciplines ». Le CNRS avait déjà retracé brièvement son histoire à l'occasion de ses 70 ans.

Pour ses 80 ans, rebelote avec un dossier pour l'occasion. Le premier article est en ligne et propose un « retour sur la genèse et les vingt premières années du Centre », en remontant jusqu'en 1870, près de 70 ans avant la création du CNRS.

« La défaite face à la Prusse de Guillaume Ier et de Bismarck rassemble les savants français autour d’un constat : le pays n’a pas été battu sur les champs de bataille, mais devant les paillasses. Il n’y a aucun doute pour Louis Pasteur : "la faiblesse de notre organisation scientifique" est la cause des "malheurs de la patrie" ».