BlackBerry s’est fait une vraie spécialité de la sécurité sur Android. Après une première version de sa SecuSUITE il y a trois ans prenant en charge la protection Knox chez Samsung, le Canadien ajoute une paire de fonctionnalités.

D’abord, l’intégration de SecuVOICE qui, comme son nom l’indique, permet de sécuriser les appels. Ensuite, la compatibilité avec la plateforme Unified Endpoint Management. Traduction : les smartphones équipés de Knox peuvent donc être gérés de manière centralisée depuis le serveur ayant la suite BlackBerry.

Les produits pris en charge ne sont pour autant pas si nombreux : les Galaxy S7, S8, Note 8, Tab S2 et TabS3.

BlackBerry renforce sa SecuSUITE pour Samsung Knox
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Après la téléphonie mobile (voir cette actualité), la filiale du groupe Casino lance une nouvelle offre (en partenariat avec GreenYellow, une autre filiale de Casino) : Cdiscount Énergie.

Comme bon nombre de ses concurrents sur ce secteur, l’enseigne promet « la même énergie, 15% moins chère » par rapport au tarif réglementé en vigueur. L’offre est sans engagement, sans limite de durée et ne peut être souscrite qu’en ligne.

Une annonce qui intervient quelques jours après la publication du baromètre 2017 du médiateur national de l’énergie. On y apprenait que 50 % des Français ne savaient pas qu’ils pouvaient changer de fournisseur.

Copié dans le presse-papier !

Accessible à tout le monde depuis fin août, la plateforme Uber Movement permet de connaître les temps de trajets moyens dans certaines grandes villes. Paris rejoint la liste aux côtés de Bogota, Boston, Johannesburg et Pretoria, Manille, Sydney et Washington, comme le précisent nos confrères de  l’Express.

Les données proviennent des applications installées par les chauffeurs Uber (la géolocalisation est actualisée toutes les 4 secondes). Elles sont ensuite anonymisées et agrégées. Vous pouvez également les télécharger (elles sont disponibles en open data).

Sur la carte de Movement, placez le curseur sur un emplacement et la carte se met automatiquement à jour avec des codes couleur en fonction de la durée moyenne du voyage. Vous pouvez ajuster les estimations en fonction des jours et des heures de la semaine.

Pour en profiter, il faut disposer d’un compte Uber.

Copié dans le presse-papier !

Après avoir lancé les Instant games pour son application Messenger l'année dernière, Facebook passe à la seconde en activant les options de monétisation.

La société mise sur des publicités sous forme d'interstitiels ou de vidéos pour séduire les joueurs qui ne voudront pas forcément sortir leur carte bancaire.

Une solution qui n'a rien de vraiment nouveau mais qui devrait faire mal à des sociétés spécialisées du secteur comme le français ViewPay, qui va se retrouver face à un concurrent de poids, mais qui a l'avantage de proposer sa solution à n'importe quel éditeur de service, même hors de Facebook.

Les développeurs intéressés peuvent se faire connaître par ici.

Copié dans le presse-papier !

Après des mois de travail en commissions, celle dédiée aux libertés civiles a mis la touche finale au texte que doivent voter les eurodéputés en plénière la semaine prochaine.

En complément du Règlement général de protection des données (RGPD), ePrivacy la charge de cas oubliés, comme les métadonnées ou les cookies. Le principal central reste le consentement de l’internaute pour chaque traitement.

Nous aurons rapidement l’occasion de revenir sur ce vote, avant son passage en plénière et la recherche d’un compromis avec les États. Les deux textes doivent s’appliquer le 25 mai 2018.

Copié dans le presse-papier !

Le 20 octobre sortait Ubuntu 4.10, toute première mouture de la distribution, débarquée en version 17.10 hier.

L’occasion de rappeler que les développeurs ont tout de suite utilisé l’année et le mois en cours pour estampiller les versions. Par ailleurs, ils n’ont pas commencé par la lettre A pour les nommer : Ubuntu 4.10 s’appelait Warty Warthog, soit « phacochère verruqueux ». Tout un programme.

Dans son annonce, Mark Shuttleworth, actuel PDG de Canonical, évoquait les grandes lignes du produit : basée sur Debian, centrée sur le logiciel libre, un support de 18 mois et la récupération systématique des dernières versions stables des logiciels et composants.

Une orientation qui n’a guère changé, même si Shuttleworth évoquait le support du x86 et de PPC à l’époque. Le premier est en voie de disparition, tandis que le second est parti depuis bien longtemps.