du 29 novembre 2018
Date

Choisir une autre édition

Bibliothèque Node.js vérolée : NPM sort un communiqué, le responsable se justifie

Il y a quelques jours, un développeur révélait l’infection de la bibliothèque event-stream, téléchargée jusqu’à 2,4 millions de fois par semaine, par du code visant un portefeuille de cryptomonnaies, Copay.

Le cheval de Troie (flatmap-stream) était insidieux pour plusieurs raisons. D’une part, event-stream est une dépendance d’autres projets, qu’on installe habituellement avec des dizaines d’autres sans y réfléchir. D’autre part, le code infectieux ne fonctionnait qu’en présence de bibliothèques de Copay sur le serveur.

L’histoire a fait son effet, notamment à cause de la première justification du concepteur d’event-stream, Dominic Tarr, qui a laissé les clés de son projet au pirate après un simple email. Ne l’utilisant plus « depuis des années », il a simplement donné son projet à la première occasion, sans le moindre contrôle.

Rapidement, l’équipe de NPM, le système de distribution officiel des bibliothèques Node.js, a pris la main sur le compte d’event-stream et retiré la version 3.3.6, en cause.

Dans un billet de blog, elle explique avoir été avertie le 26 novembre de l’infection, le pirate ayant pris le contrôle du compte NPM du projet. La version 3.3.6 d’event-stream datait du 9 septembre, passant inaperçu pendant deux mois.

Le ciblage très précis des développeurs de Copay limite les dégâts, selon NPM. « La plupart des développeurs ne seraient pas affectés, même s’ils ont installé le module malveillant par erreur. » Le code tentait de récupérer les informations du compte et la clé privée des comptes disposant de plus de 100 bitcoins ou de plus de 1 000 bitcoins cash. Il a été déployé dans Copay entre les versions 5.0.2 et 5.1.0.

Pour sa part, le développeur Dominic Tarr revient sur la polémique, certains le jugeant irresponsable. Il répète son principal point : ce module était devenu un poids pour lui. « Si ce n’est plus amusant, vous n’obtenez absolument rien à maintenir un paquet populaire », estimant que beaucoup de dépendances sont dans le même état d’abandon.

Tarr estime que partager les droits d’édition et de publication est une pratique commune dans le monde de Node.js, et assure qu’il n’aurait pas accepté s’il s’était douté des intentions du pirate. Pour lui, il faut soit payer les mainteneurs des modules (souvent fatigués, ne tirant rien de modules qu’ils n’utilisent plus eux-mêmes), soit contribuer, tout simplement.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Cette semaine, plusieurs sites ont évoqué un mystérieux produit Google que la Commission aurait officialisé via la publication de documents relatifs à un changement d'ID. Il était vaguement question de technologies sans fil.

Ni une, ni deux, tout le monde y a vu l'arrivée d'un prochain Google Wifi qui serait annoncé d'ici l'été. Il faut dire que The Verge avait publié un article, favorisant les reprises à la va-vite.

D'autant que le routeur de Google était déjà techniquement dépassé dès sa sortie, n'ayant pour lui que son application mobile simple à utiliser (mais forçant l'utilisation des DNS de Google). Ce fut néanmoins suffisant pour faire illusion dans de nombreux médias.

Face à la montée en puissance des solutions de réseau Wi-Fi unifiées et l'arrivée prochaine d'Amazon sur ce marché, un nouveau modèle serait le bienvenu.

Mais comme l'a depuis reconnu The Verge, c'était une erreur. Le produit en question est un simple module Bluetooth/Wi-Fi, pas un routeur entier. De plus, il est plus lent que celui actuellement proposé dans Google Wifi.

Cela n'empêche pas un remplaçant d'arriver un jour sur le marché, mais nous n'en apprendrons pas plus aujourd'hui à son sujet. L'occasion de se remettre en tête le fameux adage : une information et un démenti font deux informations.

Copié dans le presse-papier !

La Commission d’accès aux documents administratifs (CADA) et la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) ont lancé hier une consultation portant sur un projet de « guide pratique de la publication en ligne et de la réutilisation des données publiques », qu’elles ont élaboré conjointement, en lien avec la mission Etalab.

Ce document, à destination des administrations comme des citoyens, fait un point sur les réformes impulsées notamment par la loi pour une République numérique de 2016 et le RGPD : obligations de mise en ligne, formats de données, anonymisation, etc.

Initialement, la CNIL espérait que ce guide puisse être publié dès la fin 2016 (voir notre article).

Copié dans le presse-papier !

En mai 2018, le Wall Street Journal indiquait qu’Apple et Goldman Sachs travaillaient ensemble à la création d’une nouvelle carte bancaire pour la marque à la pomme.

Le journal persiste et signe : le projet a bien avancé et des employés d’Apple vont tester la nouvelle carte dans les semaines à venir. Basée sur une Mastercard, elle tablerait sur un cashback de 2 %, potentiellement davantage lors d’achats de produits Apple.

Les deux entreprises y verraient (évidemment) des bénéfices mutuels. Pour Apple, une commission plus importante qu’avec d’autres banques partenaires d’Apple Pay. Pour Goldman Sachs, un nouveau pont pour attirer les clients vers Marcus, sa banque en ligne.

Cette carte aurait également une intégration plus poussée dans le Wallet d’iOS. Les clients auraient ainsi plus de fonctionnalités, notamment la mise en place de limites dans les achats et l’obtention rapide d’une liste des dernières transactions.

La prochaine WWDC, dans trois mois, serait une bonne occasion d’annoncer le partenariat.

Copié dans le presse-papier !

Il prendra place dans l'Engineering Center (créé en 2011) sur le campus du géant du Net à Issy-les-Moulineaux, dans la région parisienne.

La société explique que « ce centre a pour mission d’accompagner les entreprises du monde entier dans leur transformation digitale (sic) et dans leur quête d’efficacité et de productivité accrues grâce à l’IA ».

Microsoft ne donne pas plus de détails pour l'instant.

Copié dans le presse-papier !

Comme prévu, l'agence spatiale japonaise (JAXA) a donné l'ordre à sa sonde Hayabusa 2 de descendre vers l'astéroïde Ryugu pour effectuer un « touch and go ».

L'opération consiste à toucher sa surface, lancer un projectile et récupérer les poussières et débris pour ensuite les ramener sur Terre (les scientifiques espèrent obtenir environ 100 milligrammes de matière). Le déroulement de toute l'opération est disponible dans cette série de tweets.

Cette manoeuvre est un succès selon la JAXA, qui ajoute que l'état de la sonde Hayabusa 2 est normal. Un second « touch and go » pourrait avoir lieu prochainement, mais l'agence spatiale japonaise ne semble pas encore avoir pris sa décision sur le sujet.