du 26 janvier 2018
Date

Choisir une autre édition

Reuters rapporte qu'un juge du Delaware a rejeté la plainte de l'actionnaire après un accord avec Travis Kalanick, l'ancien dirigeant du service de VTC.

Le but de la manœuvre était de l'obliger à quitter le conseil d'administration de la société, suite à une série de scandales le concernant, ainsi qu'une vaste enquête sur des affaires de harcèlement. La société s'est aussi illustrée par sa stratégie d'espionnage de concurrents et sa tentative d'étouffer une large fuite de données de clients.

Kalanick en est officiellement parti en juillet. L'accord avec l'actionnaire est lié à l'investissement de Softbank, géant japonais du numérique, vu comme un événement majeur par l'entreprise. Sa valorisation serait tombée à 48 milliards de dollars, contre 68 milliards aux dernières nouvelles, précise encore Reuters.

Benchmark Capital abandonne ses poursuites contre l'ex-PDG d'Uber
chargement Chargement des commentaires...