du 15 novembre 2017
Date

Choisir une autre édition

Be quiet! Dark Base 700 : un boîtier modulaire avec USB 3.1 Type-C à 179,90 euros

Il mesure 544 x 241 x 519 mm pour un poids de 13,25 kg sur la balance. En façade, deux ports USB 3.0 sont présents, ainsi qu'un port USB 3.1 Type-C.

Il est compatible avec une carte mère allant du mini-ITX à l'E-ATX. Elle prendra place sur un panneau amovible pouvant être positionné sur le côté gauche. Deux cages pour les disques durs sont présentes, ainsi que trois emplacements pour des HDD/SSD de 2,5 pouces au dos de la carte mère. Les caractéristiques techniques détaillées sont disponibles par ici.

Le système de refroidissement est livré avec deux ventilateurs SilentWing 3 PWM par défaut. Vous pouvez évidemment en ajouter, ainsi qu'un radiateur de watercooling de 360 mm si besoin. Le ventirad CPU peut mesurer jusqu'à 180 mm, tandis qu'une carte graphique de 430 mm maximum peut être installée, à condition de sacrifier une cage de disques durs.

Le Dark Base 700 est d'ores et déjà disponible en précommande, à partir de 179,90 euros chez Top Achat (via une promotion). Le tarif recommandé par le fabricant est de 189 euros.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Après une courte période de test, la nouvelle version majeure de l'OS visant à favoriser votre anonymat en ligne vient d'être publiée. 

Outre les changements habituels dans les applications installées, les améliorations sont surtout du côté des performances. Son démarrage est ainsi annoncé comme 20% plus rapide, avec 250 Mo de mémoire de moins nécessaires. Son image est allégée de 27 Mo. Elle est basée sur Debian 10 (Buster).

La gestion des langues et des formats locaux a également été retravaillée, pour supprimer les éléments avec trop peu de traductions pour être utiles et clarifier certains points.

Des bugs ont bien entendu été corrigés, de nouveaux éléments ajoutés à la documentation. Le noyau Linux utilisé est le 5.3.2. 

Copié dans le presse-papier !

Premiers changements, la possibilité de gérer les enregistrements de la caméra et l'intégration des pages d'assistance de l'univers « Maison ».

Dans l'accueil de ce dernier, une tuile invite les utilisateurs à accéder à de nouvelles fonctionnalités, comme l'ajout d'un numéro pour les alertes. Il est aussi possible d'ajouter une caméra sans module de sécurité.

Comme toujours, l'application a droit à son lot d'améliorations et correctifs. Signalons pêle-mêle les alertes sur iPadOS 13, la synchronisation des photos, le téléchargement par fichiers, etc. Les notes de version détaillées se trouvent par ici.

Copié dans le presse-papier !

L’évènement ressemble dans les grandes lignes à celui survenu en 2017, avec la même cible : CCleaner. À l’époque, l’outil appartenait encore à son créateur, Piriform, depuis racheté par Avast. Un malware avait pu être distribué pendant un mois.

Selon l’éditeur, la nouvelle attaque a été rendue possible par le vol d’identifiants VPN d’un employé. Facteur aggravant, le compte en question n’était pas protégé par une double authentification.

L’attention a été attirée par une soudaine élévation des privilèges sur le compte piraté, qui ne possédait pas de droits administrateurs, mais avait réussi à les obtenir.

La brèche a été repérée le 23 septembre, mais les preuves retrouvées remontent jusqu’au 14 mai, soit plus de cinq mois. L’éditeur se montre assez franc, avouant s’être replongé dans ce qu’il avait jugé être « des faux positifs » renvoyés par ATA (Advanced Threat Analytics), service commercialisé par Microsoft. Des éléments qui prenaient alors un sens nouveau.

Selon Avast, la connexion a été laissée volontairement active après coup, afin de suivre l’activité du ou des pirates, et de remonter jusqu’à la source si possible. Elle n’a donc été fermée que le 15 octobre, le temps de vérifier le code de CCleaner, qui semblait tant intéresser l’attaquant.

Ce code avait été mis hors ligne à la découverte de l’incident. Après vérification de son intégrité, le certificat utilisé a été révoqué et un nouveau a été ajouté. Enfin, une mise à jour a été envoyée automatiquement aux installations existantes le 15 octobre. L’entreprise a en outre remis à zéro tous les mots de passe des employés.

Ce type d’attaque n’est pas nouveau. Un outil aussi utilisé que CCleaner représente un vecteur d’infection idéal pour des pirates, à condition qu’ils puissent modifier les binaires depuis l’infrastructure de l’éditeur concerné.

L’incident est rare, mais est potentiellement dévastateur. On se souvient notamment de la contamination du client BitTorrent Transmission pour macOS en 2016.

Copié dans le presse-papier !

Face à un design un peu vieillot, l’éditeur a fini par donner un sérieux coup de jeune à son navigateur pour Android.

En plus du désormais classique support des thèmes clair et ombre, l’ensemble se veut plus plat, doux et harmonieux. Opera propose également plusieurs couleurs pour personnaliser un peu plus l’interface. Avec la disparition des angles droits, l’interface est maintenant toute en rondeurs.

La fonction Crypto Wallet, qui prenait jusqu’ici en charge Ethereum, accueille deux nouveaux résidents, dont un de taille : Bitcoin. L’autre est Tron, ainsi que ses applications décentralisées (Tron DApps).

Outre un support amélioré du standard Web Authentification, Opera 54 change également son comportement par défaut pour les fenêtres demandant l’autorisation d’activer les notifications lorsqu’on visite un site web. Désormais, la réponse est « Refuser », pour éviter aux utilisateurs des sonneries/vibrations intempestives s’ils n’ont pas bien lu la demande.

Copié dans le presse-papier !

La nouvelle version du navigateur est disponible pour Windows, macOS, Linux, Android et iOS.

Les nouveautés sont nombreuses et leur liste n’a pas changé depuis la bêta : CSS Properties, API Values, API Native File System pour appeler la fenêtre locale d’ouverture/enregistrement des fichiers, des options de personnalisation supplémentaires pour la page Nouvel onglet, du ménage dans les flags, etc.

Les options de personnalisation commencent tout juste leur déploiement. Si vous ne souhaitez pas attendre, il faudra activer les deux flags suivants, qui débloqueront les thèmes : 

  • chrome://flags/#ntp-customization-menu-v2
  • chrome://flags/#chrome-colors-custom-color-picker

Deux autres fonctions sont en cours de déploiement. D’une part, la possibilité de surligner un numéro de téléphone pour que l’appareil Android ciblé puisse appeler directement. D’autre part, le partage du presse-papier, qui nécessite la dernière version de Chrome sur l’ordinateur et le smartphone Android, avec synchronisation du compte active.

Enfin, Chrome 78 pour ordinateurs corrige 37 failles de sécurité, dont trois critiques.

Sur Android et iOS, la nouvelle mouture se concentre sur le mode sombre, enfin disponible. La version iOS ajoute la présentation en cartes pour les favoris, l’historique, les onglets récents et la liste de lecture.