du 21 février 2018
Date

Choisir une autre édition

Le gouvernement a décidé de reporter la mise en place de la circulaire de 2015 imposant aux calculatrices de disposer d'un mode examen.

« Tous les candidats composeront dans les mêmes conditions qu'à la session 2017 et avec l'équipement de leur choix. Les candidats qui disposent d'une calculatrice avec mode examen ne devront pas l'activer le jour des épreuves » précise le communiqué.

Sont concernés : les concours de l'enseignement scolaire, le diplôme de comptabilité et gestion (DCG), le diplôme supérieur de comptabilité et de gestion (DSCG), le diplôme d'expertise comptable (DEC) et le brevet de technicien supérieur (BTS).

Les raisons officielles de ce changement de dernière minute ne sont pas précisées. Comme nous l'avions déjà expliqué, il existait déjà des manières de contourner ce fameux mode censé effacer intégralement la mémoire de la calculatrice.

Bac 2018 : finalement, le mode examen des calculatrices ne sera pas obligatoire
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Le terme approche à grands pas. Le 24 octobre, la loi transposant les droits voisins entrera en application. Les sites qui diffusent des extraits devront alors négocier et sans doute payer les éditeurs et agences de presse.

Google a désamorcé ce dispositif, tout taillé contre lui : comme expliqué en septembre dernier, les extraits vont disparaître de sa page « actualités », tout comme d’ailleurs des autres services du géant. 

D’ici là, les éditeurs et agences ont toujours la possibilité de réactiver ces snippets, mais ils doivent faire une démarche en ce sens, via une balise « méta », et surtout accepter de ne pas être rémunérés. Une situation qui a provoqué la colère des principaux concernés, gouvernement compris. 

Des cris d'orfraie à la pratique, il y a un monde. Le Journal du Net a ausculté l’ensemble des 30 principaux sites de presse (France Info, le Figaro, Le Parisien, Le Monde, LCI, L’Obs…). Au 21 octobre, 26 ont déjà implanté ce bout de code, acceptant bon gré mal gré le marché proposé par Google. 

Copié dans le presse-papier !

En juin 2018, le régulateur tranchait en faveur de Free sur « les conditions dans lesquelles Free accède aux réseaux FTTH [d'Orange] en zones moins denses d'initiative privée », sur des réseaux cofinancés par Free. Orange avait fait appel, et a été débouté.

« Dans son arrêt en date du 26 septembre 2019, la Cour valide la décision de règlement de différend de l’Arcep et rejette les arguments d’Orange dans leur totalité », affirme l'Arcep. Les modalités définies par l'Arcep l'année dernière sont donc entérinées.

Il est notamment question de passer la durée des droits d'usage de 20 à 40 ans pour « disposer notamment de la visibilité adéquate au regard des investissements consentis ». 

Il est également « justifié et raisonnable pour Free d'obtenir des éléments de visibilité sur la formation des tarifs d'accès aux réseaux FTTH d'Orange en zones moins denses d'initiative privée ».

Enfin dernier point (qui n'a pas fait l'objet d'une contestation de la part d'Orange dans son recours) : « permettre à Free de raccorder les stations de base mobiles de Free Mobile via les fibres optiques surnuméraires du réseau FTTH déployé par Orange et cofinancé par Free, en zones moins denses d'initiative privée dans la limite de leur disponibilité ». 

Copié dans le presse-papier !

Lancé il y a deux ans quasiment jour pour jour, Samsung va mettre un terme à la prise en charge de Linux à sa fonctionnalité DeX. Il ne s'agit que de Linux, le support d'Android reste actif.

Comme le rapporte SamMobile, il ne sera plus possible d'utiliser Linux lorsque le smartphone passera sur Android 10, y compris en bêta. Rien n'indique que ce service reviendra plus tard. 

Pour rappel, DeX permet de connecter un appareil compatible de la gamme Galaxy à un dock, ce dernier étant lui-même branché à un écran et clavier/souris afin d'utiliser son smartphone comme un ordinateur.

Copié dans le presse-papier !

Deux mois avant la sortie dans les salles du troisième opus de la troisième trilogie de Star Wars, Disney a mis en ligne une nouvelle bande-annonce.

Le studio a un message : « La saga prend fin, l'histoire vit pour toujours ». On retrouve évidemment l'ensemble des personnages attendus, avec une émouvante scène autour de 3-PO.

Copié dans le presse-papier !

L'agence explique que les changements sont censés « refléter les ambitions futures de l'ESA, avec une plus grande attention portée aux images et aux vidéos ». Cette mouture est évidemment en « responsive web design » pour s'adapter à tous les formats d'écrans.

La page d'accueil est désormais scindée en quatre piliers : Science & Exploration, Safety & Security, Applications et Enabling & Support.