du 16 avril 2018
Date

Choisir une autre édition

Le 1er avril, Cloudflare lançait son résolveur DNS 1.1.1.1 Deux semaines plus tard, le spécialiste de la livraison de contenus et de la protection DDoS annonce Spectrum.

Il s'agit d'une offre destinée à couvrir d'autres protocoles que le web, aujourd'hui utilisé pour les sites, ainsi que la plupart des applications et API. La société justifie cette extension par les besoins de ses clients, en premier lieu du monde financier, dont les données transitent par d'autres canaux.

« Spectrum permet aux clients de placer leurs serveurs e-mail, leurs serveurs de jeux ou objets connectés (IoT) derrière la protection anti-DDoS de Cloudflare, quel que soit le protocole utilisé » promet la société. L'un des principaux gains vantés est le chiffrement de protocoles historiques, qui n'ont pas été conçus pour le supporter.

Avec Spectrum, Cloudflare s'étend au-delà du web
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Un peu plus de 18 mois après les 960 Pro et Evo, le fabricant dévoile la relève. Ils sont au format M.2 PCIe 3.0 x4 (NVMe), avec des capacités de 250 Go à 2 To pour les 970 Evo, contre 512 Go et 1 To pour la version Pro.

Les nouveaux SSD exploitent des puces maison de V-NAND (64 couches) TLC (3 bits par cellule) pour les 970 Evo, contre MLC (2 bits par cellule) pour les 970 Pro. Dans les deux cas, un contrôleur Phoenix de la marque est présent, épaulé par 512 Mo à 2 Go de cache suivant la capacité.

Le constructeur annonce des débits pouvant atteindre 3,5 Go/s en lecture et 2,7 Go/s en écriture, pour 500 000 IOPS en lecture et écriture. Par rapport aux 960 Evo/Pro, peu de changement en lecture, mais une belle augmentation en écriture et sur les entrées/sorties.

Samsung annonce une disponibilité pour le 7 mai, avec un tarif de 119,99 dollars pour le 970 Evo de 250 Go et de 329,99 dollars pour le 970 Pro de 512 Go. Les autres prix ne sont pas précisés.

Copié dans le presse-papier !

Débits en download et upload, latence, vitesse de chargement d'une page web et streaming vidéo sont ainsi passés au crible chez les quatre fournisseurs d'accès nationaux. Les résultats sont classés en trois catégories : zones rurales, intermédiaires et denses.

Première conclusion de l'observatoire (ce n'est pas une surprise) : « les zones rurales sont moins bien loties que les zones urbaines » sur les débits. Néanmoins, cette différence n'a que peu d'incidence sur les indicateurs d'usages.

« Les informations de qualité collectées sur le terrain montrent en l’état que SFR se démarque négativement » note l'UFC, aussi bien en THD (notamment à cause du choix du câble) qu'en xDSL avec « un temps de chargement d’une page web 20 % moins rapide que chez ses concurrents ».

« SFR est rejoint en queue de peloton par Free pour de nombreux indicateurs relatifs à la lecture d’une vidéo en streaming » notent aussi nos confrères, là encore sans grande surprise.

L'UFC-Que Choisir relance enfin un appel aux consommateurs désireux d'intégrer leur panel de test afin d'en améliorer la pertinence. Pour les personnes intéressées, c'est par ici.

Copié dans le presse-papier !

Les utilisateurs de Xbox One commencent à recevoir la mise à jour 1804, le pendant de l’April Update pour Windows 10.

Les modèles One S et One X supportent désormais le 1440p, bien que seule la One X puisse lancer des jeux dans cette résolution. La compatibilité FreeSync 2, annoncée en mars et disponible sur quelques TV (notamment Samsung), permet en outre un taux de raffraichissement adaptif. Il faudra néanmoins attendre la 1805 le mois prochain pour le support des 120 Hz.

Mixer peut de son côté être lancé depuis n’importe où, ne coupe plus la lecture d’un flux de streaming pendant un changement de jeu et peut partager le contrôle d’une manette avec un spectateur.

Outre de meilleurs contrôles audio – dont la possibilité enfin de régler le volume de la musique en fond – le son spatialisé pour l’Accueil et le Guide, ou de nouveaux filtres pour les flux de clubs, Edge se veut aussi plus adapté à un usage manette, avec une interface modernisée. Le navigateur permet maintenant de télécharger musiques, photos et vidéos vers le disque de la console (il était temps).

La nouvelle version sera signalée à la console quand elle sera disponible. La diffusion peut se faire sur plusieurs jours.

Copié dans le presse-papier !

Depuis un mois, les syndicats de la SNCF ont mis en place un mouvement de grève de 48 heures tous les cinq jours. Durant cette période compliquée, le groupe met en avant son service de covoiturage iDVROOM.

Aujourd'hui, Ouibus (filiale de la SNCF) et la start-up BlaBlaCar s'associent et « partagent certaines de leurs offres de transport sur leurs plateformes respectives ». Ainsi, « BlaBlaCar va élargir son inventaire de transport en intégrant des places Ouibus sur quelques grands axes très demandés ». Ils sont au nombre de quatre : Paris-Lyon, Paris-Toulouse, Paris-Caen et Paris-Orléans.

De son côté, « Ouibus permettra à BlaBlaCar de proposer 20 destinations inédites sur son site Ouibus.com, telles que Le Touquet, Évreux, Alençon, La Tranche sur Mer, Agen, Albi, Vichy, Gap, Valenciennes, etc. ».

Un échange de visibilité entre deux services faisant apparemment face à une demande bien plus importante que d'habitude.

Copié dans le presse-papier !

Comme si le nombre d'actuel de variantes ne suffisait pas, des testeurs de la build 17650 ont eu une surprise : un nouveau nom, Lean, apparaît dans la liste des éditions disponibles à l'installation.

L'ajout, découvert par Lucan sur Twitter, permet à la base installée de peser tout de même 2 Go de moins qu'en temps normal en 64 bits.

Les éléments disparus sont nombreux : fonds d'écran, éditeur de registre, console MMC, vieil Internet Explorer, Paint, Photos, Maps, Groove, Films & TV et ainsi de suite. En clair, de très nombreux outils et applications internes.

L'existence de cette édition doit encore être reconnue officiellement par Microsoft. Notez qu'avec la conférence Build en approche, l'éditeur aurait une occasion parfaite pour expliquer ce qu'elle attend d'une telle variante.

L'entreprise veut peut-être une version de Windows 10 qui donnerait à l'utilisateur plus de contrôle, au moins en milieu professionnel. Il suffirait pourtant, comme nous le réclamons depuis longtemps, de fournir durant l'installation une liste de composants avec des cases à cocher. Plutôt que deux éditions s'apparentant au « tout ou rien ».