du 13 juillet 2018
Date

Choisir une autre édition

Avec son XPC Cube SH370R6, Shuttle passe à Coffee Lake

La société reprend ici un design déjà connu (332 x 215 x 190 mm), mais passe au chipset H370 afin de gérer les derniers processeurs d'Intel, d'un TDP maximal de 95 watts.

Ces derniers peuvent être accompagnés de DDR4 à 2 666 MHz, d'une carte graphique et/ou d'une carte PCIe 3.0 x4 supplémentaire (deux emplacement maximum).

On retrouve bien entendu des emplacements M.2, le support d'Optane, et même un emplacement pour un lecteur optique dont on se demande bien à quoi il peut encore bien servir en 2018.

Mais c'est surtout la connectique qui est intéressante avec deux DisplayPort 1.2 et un HDMI 2.0, un port réseau Gigabit, quatre USB 3.1 en plus des 4+4 USB 2.0 et 3.0. On regrettera par contre que seul de l'USB Type-A soit utilisé, et aucun Type-C.

Le module Wi-Fi reste en option, tout comme l'alimentation 80Plus Silver de 500 watts. C'est un modèle de 300 watts (80Plus Bronze) qui est présent par défaut. Toutes les caractéristiques sont détaillées par ici.

Tarif de la bête : 313 euros.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Polémique autour d’une découverte faite dans Chrome 69 : le navigateur se connecte automatiquement au compte Google si l’utilisateur s’est connecté à n’importe quel service lié, comme Gmail.

Ce fonctionnement n’existait pas avant. On pouvait lancer Chrome, ouvrir Gmail et pourtant garder un navigateur déconnecté, avec ses données locales. Ce qui pose d’évidentes questions de vie privée.

En effet, Chrome active automatiquement Sync une fois la connexion au compte effectuée. Cela signifie-t-il qu’ouvrir Gmail déclenche la synchronisation dans le navigateur ?

Non, répond Adrienne Porte Felt, ingénieure et responsable chez Google. La connexion à Chrome est décrite comme un indicateur visuel, pour que l’utilisateur sache qu’il pourrait se rendre dans d’autres services sans avoir à retaper son mot de passe (ce qui est le cas depuis longtemps).

Elle se montre claire : bien que la connexion au compte soit automatique, elle ne déclenche aucune synchronisation. Bleeping Computer confirme après des tests dans Chrome 69 : la synchronisation est bien désactivée, attendant que l’utilisateur la déclenche manuellement une première fois.

Ce changement introduit une friction en matière d’expérience utilisateur. Les conditions d’utilisation de Chrome sont claires : si le navigateur est connecté, Sync prend le relai. En témoigne l’avatar de l’utilisateur en haut à droite.

Seulement voilà, Chrome 69 peut afficher cet avatar… qui ne veut plus tout à fait dire la même chose. Un même indicateur visuel peut signifier une connexion complète ou automatique, la première déclenchant Sync mais pas la seconde. Simple.

Google fait face désormais à l’idée qu’une simple connexion à Gmail déclenche l’envoi de données de navigation sur ses serveurs. La question fait débat, sur Twitter, sur des sites d’actualités ou encore chez des chercheurs en sécurité.

Matthew Green, par exemple, a publié un billet expliquant pourquoi il se débarrassait de Chrome. Pour lui, un tel changement change profondément le rôle de Chrome et n’aurait jamais dû avoir lieu, encore moins sans prévenir l’utilisateur. Il dénonce vivement l’absence totale de consentement et les risques pour l’utilisateur, particulièrement en cas de machine partagée.

Devant la levée de boucliers, Google sera probablement forcée de s’exprimer à nouveau. L’entreprise pourrait bien également faire machine arrière.

Copié dans le presse-papier !

Lancée en 2015, Astro est une application regroupant et triant vos emails. Elle intègre un assistant numérique Astrobot.

Le service ne prend désormais plus de nouvelles inscriptions, et il fermera ses portes le 10 octobre pour les autres. Cet arrêt brutal fait suite au rachat d'Astro par Slack. Les deux partenaires veulent maintenant « construire l’avenir de l’interopérabilité entre Slack, les emails et calendriers ».

Copié dans le presse-papier !

La plateforme de streaming explique qu'un « accord définitif » a été signé entre les deux parties. Les 3,5 milliards de dollars s'échangeront sous forme d'actions. L'année dernière, SiruisXM avait déjà injecté 480 millions de dollars.

Selon Pandora, « ce regroupement crée la plus grande société de divertissement audio au monde, avec plus de 7 milliards de dollars de revenus pro forma attendus en 2018 ». La transaction devrait être finalisée au premier trimestre 2019.

En bourse, l'action de SiriusXM a perdu près de 10 % depuis le début de la semaine. Pour expliquer cette sanction, plusieurs analystes avancent le fait que la société aurait surpayé la plateforme de streaming.

Copié dans le presse-papier !

Avec l'arrivée d'une nouvelle version du modèle de base en avril, on se doutait que le reste de la gamme allait rapidement suivre. C'est désormais chose faite.

Quatre Yubikey 5 ont été dévoilées, reprenant les formats actuels de la marque en USB Type-A ou Type-C selon les cas : 5 Nano, 5C Nano, 5 NFC et 5C. On note que le modèle classique (Yubikey 4) disparaît au profit d'une nouvelle version de la Neo devenant la 5 NFC.

Côté prix, Yubico a coupé la poire en deux : 45 dollars. Les précédentes étaient proposées respectivement à 40 et 50 dollars. Le reste de la grille tarifaire est inchangé.

Ne vous attendez à rien de transcendant pour ce qui est des nouveautés, la seule étant la compatibilité FIDO2. Pour rappel, ce standard doit se répandre dans les navigateurs et les services en ligne, notamment à travers l'API Web Authentification (WebAuthn) et permettre une connexion sans mot de passe via des solutions de sécurité comme les Yubikey.

Ce n'est bien entendu pas la seule possibilité, les développeurs pouvant opter pour une authentification à deux facteurs ou plus : mot de passe ou PIN, action physique sur la clé, etc.

Une mise à jour ne sera donc pas forcément vitale pour le moment, puisque FIDO2 commence seulement à être exploité. Mais Yubico prépare sa gamme pour les étapes à venir et l'affrontement contre de nouveaux concurrents.

Copié dans le presse-papier !

Trois semaines après le « oui » de la Commission européenne, Apple annonce avoir finalisé le rachat de l'application permettant d'identifier des chansons.

« Nous sommes ravis de rassembler nos équipes » indique Oliver Schusser, vice-président d'Apple Music. Bonne nouvelle pour les utilisateurs : « L'application proposera bientôt son expérience sans publicité pour tous les utilisateurs » affirme Apple dans son communiqué.