du 22 mai 2018
Date

Choisir une autre édition

Après avoir lancé son premier NAS avec six emplacements physiques en septembre dernier (le DS3018xs), le fabricant reprend le même châssis, mais descend d'un cran. Le DS1618+ dispose en effet de six emplacements de 3,5 pouces, mais peut en gérer jusqu'à 16 avec deux unités d'expansion DX517.

Le NAS est animé par un SoC Intel Atom C538 avec 4 Go de mémoire vive (extensibles jusqu'à 32 Go). La connectique comprend quatre ports réseau gigabit, deux USB 3.0 et deux eSATA. Un emplacement PCIe 3.0 x8 est également présent.

Le fabricant annonce des débits maximum de 1,55 Go/s en lecture et de 585 Mo/s en écriture… à condition d'utiliser un port 10 Gb/s proposé en option. La disponibilité est immédiate, mais le prix n'est pas indiqué.

Avec le DS1618+, Synology élargit sa gamme de NAS avec six emplacements
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Pour rappel, la promesse de cette version 2.0 est de « fusionner vos bibliothèques de jeux et vos listes d'amis, quelles que soient leurs plateformes ». Elle a été annoncée fin mai.

La bêta fermée est désormais en place, les premiers emails sont partis avec un lien pour télécharger Galaxy 2.0. Si vous n'étiez pas inscrit sur la liste d'attente, il est toujours possible de la rejoindre par ici. Sur Twitter, GOG précise que « des invitations sont envoyées petit à petit. Premier arrivé, premier servi ! ».

Copié dans le presse-papier !

Inutile de tourner autour du pot, cette mise à jour pour de la partie multimédia ne comporte aucune nouveauté.

Dans les corrections de bug, « le mode Malentendant est maintenant sauvegardé et conservé au redémarrage », « les télévisions s’allument et s’éteignent de manière plus consistante (sic) via HDMI CEC » et « le rendu visuel sur la télévision pouvait être trop sombre dans certaines conditions, cela devrait maintenant être corrigé ».

Enfin, une amélioration est présente : « Vous pouvez maintenant contrôler votre musique avec la télécommande lorsque le Freebox Player est en veille ». Rien de plus.

Comme toujours, il suffit de redémarrer la box pour installer cette mise à jour.

Copié dans le presse-papier !

Gabe Aul était connu par les testeurs de Windows comme le responsable du programme Insider pendant ses premières années.

Il a passé le flambeau à Dona Sarkar il y a trois ans. La nouvelle responsable s’est d’ailleurs montrée encore plus active, avec une communication abondante. Un progrès, car le processus a gagné en transparence depuis.

Aul restait l’un des vice-présidents de Microsoft. Jusqu’à récemment, puisqu’il est désormais… l’un des vice-présidents de Facebook.

Il a indiqué hier dans un tweet débuter son premier jour en tant qu’employé du réseau social. Mais il faut se rendre sur son profil LinkedIn pour voir son nouveau poste. On n’en sait guère plus pour l’instant, le titre de vice-président restant vague.

Copié dans le presse-papier !

WeTransfer est un service permettant d'envoyer des fichiers volumineux à des contacts. Ils sont hébergés sur les serveurs de la société et on peut y accéder via un lien. 

Problème, WeTransfer a découvert « un incident de sécurité le lundi 17 juin » : des emails ont été envoyés à d'autres personnes. Les clients concernés et les autorités sont informés de ce « bug ».

Cet « incident » s'est déroulé les 16 et 17 juin. Dès lundi, WeTransfer a pris des mesures pour essayer de limiter les dégâts : « Les utilisateurs peuvent avoir été déconnectés de leur compte ou invités à réinitialiser leur mot de passe. De plus, nous avons bloqué les liens de transfert pour assurer la sécurité des transferts de nos utilisateurs ».

La société enquête toujours sur la portée de cette faille de sécurité, ainsi que sur ses causes. Elle promet de plus amples informations prochainement.

Copié dans le presse-papier !

Le ministère de l’Intérieur annonce que les échanges transfrontaliers de données relatives aux infractions routières concernent désormais la République d’Irlande et la Suède.

« Ces échanges, qui s’inscrivent dans le cadre fixé par la directive européenne 2015/413 , vont permettre de poursuivre les ressortissants irlandais et suédois qui commettent des infractions routières relevées par radar sur le territoire français » indique le communiqué

Réciproquement, les conducteurs français flashés dans ces pays pourront être poursuivis par les autorités de ces pays. 

Au total, ces échanges de données concernent la Suisse et 19 pays européens : la Belgique, l’Espagne, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Pologne, le Royaume-Uni, la Roumanie, l’Italie, le Grand-Duché du Luxembourg, l’Autriche, la Hongrie, la Slovaquie, la République tchèque, l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie et le Portugal, outre l’Irlande et la Suède.

Selon les données de la Sécurité routière, « depuis le déploiement des radars vitesse en France, environ 21 % des infractions relevées (50 % en période estivale) concernent des véhicules immatriculés à l’étranger, alors qu’ils ne représentent que 5 % à 6 % du trafic ».