du 13 novembre 2019
Date

Choisir une autre édition

Avec la Bytecode Alliance, le WebAssembly va s’affranchir du seul web

Le WebAssembly est pour rappel un bytecode, c’est-à-dire un langage intermédiaire, précompilé et généré initialement à partir du JavaScript. Standardisé en 2017, le format binaire a rapidement fait des émules, puisque les développeurs pouvaient aussi bien utiliser du C++ ou du Rust.

Au vu des possibilités, plusieurs entreprises se sont rassemblées pour élargir ses horizons. Intel, Mozilla, Red Hat et Fastly forment ainsi la Bytecode Alliance, dans l’idée de créer un runtime multiplateforme pouvant donc servir dans les applications natives pour ordinateurs, appareils mobiles ou même environnements serveur.

L’Alliance n’est pas la première à vouloir créer un tel runtime, mais elle va concentrer les efforts pour proposer des outils pensés d’emblée pour la sécurité. « WebAssembly change le web, mais nous pensons qu’il peut jouer un rôle plus grand dans l’écosystème logiciel alors qu’il continue de s’étendre hors des navigateurs », estime Luke Wagner, ingénieur chez Mozilla.

Pour démontrer son implication et aller plus loin qu’une simple annonce, l’Alliance fournit déjà plusieurs outils. Wasmtime est par exemple un runtime indépendant pouvant servir de CLI ou embarqué dans d’autres systèmes. Lucet est aussi un runtime, mais spécifique, davantage taillé pour les CDN (content delivery network) et centré sur la compilation AOT et autres techniques pour réduire la latence.

Les outils fournis sont tous open source et disposent de leur dépôt GitHub. L’Alliance fournira avec le temps d’autres projets, au fur et à mesure que ses activités se déploieront et que d’autres acteurs rejoindront la formation.

Les ambitions sont grandes, puisque le WebAssembly a dans l’absolu la capacité de devenir un très sérieux concurrent à des langages comme Java ou C#, avec à terme la possibilité d’un code unique capable de s’exécuter partout.

Ce qui explique d’ailleurs que d’importantes entreprises ne soient pas présentes dans cette Bytecode Alliance : Apple, Google et Microsoft. Avec Mozilla, elles étaient pourtant les quatre piliers du WebAssembly lors de sa présentation en juin 2015.

Pourquoi ? Parce que le langage sort du cadre « prévu » et pourrait venir mettre des bâtons dans les roues de ces sociétés. Microsoft a par exemple sa propre approche du multiplateforme open source avec son .NET Core, même si ce dernier vise plus volontiers les environnements serveur pour l’instant.

Google ne jure que par les technologies classiques du web et pousse largement Kotlin pour le développement des applications mobiles sur Android. Quant à Apple, WebAssembly vient se heurter à ses investissements dans son propre langage Swift, lui aussi open source.

Si l’Alliance réussit son pari, les outils nécessaires au développement d’applications pour ces plateformes arriveront cependant vite. 

chargement Chargement des commentaires...