du 29 juin 2018
Date

Choisir une autre édition

En avril, face à Mark Zuckerberg, sénateurs et représentants ont réclamé un durcissement du cadre légal, jalousant ouvertement le Règlement européen sur la protection des données (RGPD). Il y a quelques jours, Axios nous apprenait que la Maison blanche lançait de premières pistes en ce sens.

Le California Consumer Privacy Act of 2018 est la première loi post-RGPD du genre. Saluée par la presse américaine, elle ne va pas aussi loin que le nouveau cadre européen. Elle impose simplement l'information des citoyens sur les données collectées, la possibilité d'empêcher leur exploitation commerciale et ouvre les plaintes pour fuites de données, sans avoir à prouver un préjudice. Soit ce qu'imposait déjà la loi CNIL française avant le 25 mai.

Le texte a subi une large opposition via une initiative de grands groupes. Parmi eux, Amazon, AT&T, Facebook, Google, Microsoft et Uber. Facebook, Google et Microsoft ont mis environ 200 000 dollars dans le projet, alors qu'ils se disent en faveur d'une meilleure protection des données quand il s'agit de l'Europe. Microsoft argue qu'une loi nationale est préférable.

Aux États-Unis, la Californie fait un pas vers la protection des données
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Question de survie pour certains, de visibilité pour d'autres. Google News est un important acteur pour de nombreux sites d'actualités.

Pour bien commencer l'année, le moteur de recherche propose un guide de bonne conduite pour être bien référencé. Il est notamment question de proposer des titres clairs, des heures et dates de publications précises, d'éviter la duplication de contenu et de jouer la carte de la transparence.

Copié dans le presse-papier !

Hier, la société annonçait de nouvelles règles pour les vendeurs proposant un essai gratuit avant facturation.

Il était ainsi question d'« obtenir l'approbation du titulaire de la carte à la fin de l'essai avant de commencer à le facturer » et d'envoyer, « par courrier électronique ou texto, le montant de la transaction, la date de paiement, le nom du commerçant ainsi que des instructions explicites sur la procédure à suivre pour annuler son essai ».

Dans une mise à jour de son communiqué, la société précise désormais « que le changement des règles est applicable aux produits physiques », pas aux ventes dématérialisées. Un soin ou un produit de santé est concerné, pas un abonnement à un service Internet.

Cette mention n'était pas présente dans la première version du billet, toujours consultable dans le cache de Google. Mastercard n'explique pas cet oubli crucial.

Copié dans le presse-papier !

L'Agence spatiale européenne avait commandé un sondage sur la perception par le public de ses activités. 5 000 personnes de France, d'Allemagne, du Royaume-Uni, d'Espagne et d'Italie ont été interrogées.

Trois principaux usages ressortent du sondage : « mieux comprendre l’Univers, observer notre propre planète, par exemple les effets du changement climatique, et la capacité à rendre plus facile la vie sur Terre, par exemple dans les secteurs des transports ou des communications ».

Une portion plus faible pense que les activités spatiales peuvent aussi nous protéger des dangers de l'espace, mais ils sont une large majorité à penser que cela devrait être une priorité.

Point intéressant pour l'ESA : les personnes « surestiment de manière significative le coût des activités spatiales pour les finances publiques de leurs pays respectifs. Très peu de personnes ont estimé correctement ce coût, qui est d’environ 10€ par an et par citoyen dans les pays concernés par le sondage ».

« En moyenne, les Européens ont estimé à 245 euros par an et par citoyen le coût des activités spatiales, soit plus de vingt fois le montant réel », explique l'Agence spatiale européenne.

Copié dans le presse-papier !

La société explique que seul le client Android est concerné par ce bug (pas iOS ni la version web). Si vous avez coché l'option « protégez vos tweets » et que vous avez effectué des changements dans les paramètres de votre compte (l'email par exemple), alors vos tweets ont pu être rendus publics.

L'éditeur donne peu de détails et précise simplement que le problème pouvait survenir entre le 3 novembre 2014 et le 14 janvier 2019, date à laquelle le bug a été éradiqué.

Les utilisateurs touchés sont informés et l'option pour protéger les tweets réactivée si besoin. Dans tous les cas, un passage dans les paramètres de confidentialité et sécurité de votre compte ne peut pas faire de mal.

Copié dans le presse-papier !

Cette nouvelle mouture se veut plus simple à utiliser à son premier démarrage, avec des éléments guidant l'utilisateur en lui suggérant des actions. Jetbrain Webstorm est désormais reconnu comme un éditeur tiers.

En cas de tentative de commit sur des fichiers de plus de 100 Mo, une alerte sera affichée, renvoyant vers l'utilisation de Git LFS s'il n'est pas installé.