du 07 novembre 2018
Date

Choisir une autre édition

L'entreprise l'a officiellement reconnu mardi, comme l'indique Reuters, mais sans donner le moindre détail sur le nombre de comptes touchés et la nature des informations dérobées.

« Nous avons informé les clients dont les comptes pourraient avoir connu un accès non autorisé et leur avons proposé de surveiller la situation de leur compte pendant un an ainsi qu’un service de protection contre le vol », indique simplement un porte-parole HSBC à nos confrères.

Aux États-Unis, des comptes clients HSBC piratés, l'ampleur des dégâts inconnue
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

C’est un double programme de réparation qu’Apple a officialisé vendredi soir. D’un côté, les SSD des MacBook Pro 13 pouces sans Touch Bar, dans leur édition 2017. De l’autre, la dalle OLED des iPhone X.

Pour les MacBook, Apple indique qu’un « nombre limité de lecteurs SSD 128 Go et 256 Go présentait un problème pouvant entraîner une perte de données et une défaillance du lecteur ». Seules les machines vendues entre juin 2017 et juin 2018 peuvent être concernées.

La fiche technique ajoute que les données doivent avoir été intégralement sauvegardées, car la réparation implique une mise à jour du firmware et une réinstallation de macOS.

Pour l’iPhone X, le souci peut se manifester sous deux formes : tout ou partie de l’écran ne répond plus de façon intermittente au toucher ou, au contraire, réagit sans avoir été touché. Pour expliquer ces soucis, Apple pointe une « possible défaillance d’un composant du module écran ».

Bien que la sauvegarde des données soit recommandée (comme toujours avant envoi en réparation), il n’est pas question de formatage de l’appareil.

Pour les deux programmes, l’utilisateur concerné devant se rendre en Apple Store ou centre agréé. Programmes officiels oblige, les réparations sont gratuites.

Attention, Apple fait la distinction entre ce souci spécifique d’écran et d’autres pouvant empêcher les manipulations, comme une dalle brisée. Dans ce cas, il faudra probablement payer pour ces autres problèmes avant que le composant défectueux d’écran soit changé.

Copié dans le presse-papier !

Ce week-end, Microsoft organisait son rassemblement annuel à destination des adeptes de la Xbox : le X018, qui se déroulait cette année à Mexico. Cette convention fut l'occasion de très nombreuses annonces.

Les principales concernent le Xbox Game Pass, un bouquet de jeux par abonnement que le géant américain tente de pousser par tous les moyens. PlayerUnknown's Battlegrounds fait ainsi son entrée dans le catalogue du Game Pass dès aujourd'hui, ainsi que Thief of Thieves. Sont ensuite attendus Ori and the Will of the Wips, Agents of Mayhem ou encore MXGP3.

C'était également l'occasion pour Microsoft d'annoncer ses promotions à l'occasion du Black Friday. Si vous envisagez d'acheter une Xbox One X, n'hésitez pas à attendre un peu puisque la console aura droit à un rabais de 100 dollars à cette occasion, tandis que plusieurs jeux seront proposés à prix réduit.

Le catalogue de jeux Xbox 360 rétrocompatibles continue quant à lui de s'étoffer avec l'arrivée de la trilogie Final Fantasy XIII, et une mise à jour graphique de Civilization Revolution pour Xbox One X.

Le constructeur confirme également que le support du clavier et de la souris sera implémenté sur Xbox One la semaine prochaine. Seule une petite poignée de jeux permettra toutefois d'en profiter pleinement.

Microsoft en profite pour annoncer l'arrivée de claviers spécifiquement conçus pour un usage dans le salon, avec une touche Xbox et un éclairage dynamique. Razer sera le premier partenaire à en dévoiler un lors du CES en janvier prochain. Amateurs de sobriété s'abstenir…

Copié dans le presse-papier !

L'Agence nationale des fréquences (ANFR) a mis en ligne son observatoire du déploiement de la 4G pour le mois d'octobre. Orange se démarque largement avec plus de 1 800 antennes activées, contre 730 à 930 pour SFR, Bouygues Telecom et Free Mobile.

Les deux derniers sont toujours les seuls sur la bande des 700 MHz, avec respectivement 79 et 417 antennes supplémentaires en service. Orange n'a toujours que 4 antennes, tandis que SFR n'en a aucune.

L'ANFR ajoute un tableau des supports 5G expérimentaux autorisés en métropole : Bouygues Telecom en a 18 (une de plus en un mois), tandis qu'Orange a obtenu ses six premières autorisations (cinq dans les Bouches-du-Rhône et une dans les Hauts-de-Seine), sur la bande des 3,5 GHz.

En outremer, on peut remarquer les premières autorisations pour Free Mobile à Saint Martin (page 32 et suivante du PDF).

Copié dans le presse-papier !

Cette histoire fait le tour des réseaux sociaux depuis près de deux semaines : des personnes se sont retrouvées avec leur smartphone bloqué du jour au lendemain.

La cause a rapidement été identifiée : ils ont été blacklistés par Free Mobile car loués mais non restitués à la fin du contrat.

Comme l'explique l'UFC-Que Choisir, tout le monde n'est pas logé à la même enseigne : « Les clients Bouygues et SFR sont les plus chanceux. Dans les jours qui ont suivi ce blacklistage, leur téléphone a été débloqué et ils ont pu l’utiliser comme avant ». Ce n'est par contre pas le cas des abonnés Orange/Sosh et Free Mobile.

Nos confrères ajoutent que « les conditions générales du service de location de mobiles de Free précisent que le téléphone demeure la propriété exclusive de Free et ne peut être ni cédé, ni loué, ni prêté à un tiers par l’utilisateur ».

« Le fait de payer une pénalité pour non-restitution ne vaut pas non plus transfert de propriété. Free reste donc dans tous les cas le propriétaire des mobiles loués et, à ce titre, est fondé à faire ce qu’il veut de ses terminaux, y compris les bloquer, quand bien même cette possibilité n’est pas évoquée dans les CGV », ajoutent-ils.

Les clients lésés doivent donc se retourner vers le vendeur, qu'il s'agisse d'un particulier ou d'un professionnel (des boutiques proposant des produits d'occasion par exemple) : « le consommateur est en droit de demander la nullité de la vente car le vendeur lui a cédé un bien qui ne lui appartenait pas »… à condition qu'il puisse identifier et contacter le vendeur.

Copié dans le presse-papier !

CNBC se fait l’écho d’un important accord passé entre Amazon et Apple. Le premier va distribuer officiellement les derniers produits du second, tout en faisant du ménage parmi les revendeurs.

Amazon devient donc lui-même revendeur officiel, commercialisant notamment les iPhone XR, XS and XS Max en son nom propre, plutôt qu’en étant un simple intermédiaire.

Coup double pour Apple, puisque les seuls revendeurs autorisés seront ceux agréés. Tous les autres seront éjectés d’Amazon, mais peuvent faire une demande auprès d’Apple pour recevoir le précieux sésame. Une mise à la porte par Amazon n’a en effet rien de bon pour le chiffre d’affaires.

Cet accord ne concerne que huit pays : États-Unis, Royaume-Uni, France, Allemagne, Italie, Espagne, Japon et Inde. Il faudra quelques semaines pour sa mise en place, les revendeurs indépendants ayant jusqu’au 4 janvier pour se préparer.

Deux précisions cependant. D’une part, l’accord ne fait d’Amazon un revendeur officiel que pour les derniers produits Apple et Beats. Les vendeurs indépendants référençant des modèles plus anciens sont potentiellement épargnés, mais il faudra vérifier le mois prochain.

D’autre part, cet accord ne couvre pas une exception notable : le HomePod. L’enceinte connectée n’apparaît pas sur Amazon, d’aucun revendeur que ce soit. Situation identique pour les modèles embarquant Google Assistant. Amazon compte rester maître en sa demeure sur ce créneau.

Amazon reste un mastodonte de la vente en ligne, via lequel bon nombre de clients achètent des produits Apple. On imagine que cette dernière a souhaité formaliser « l’expérience d’achat », pour faire de la boutique un prolongement de sa propre boutique.