du 01 octobre 2019
Date

Choisir une autre édition

Au tour de Huawei de parler de 6G…

Même si la nouvelle devrait plaire à Donald Trump, qui voulait « de la 5G, et même de la 6G, aux États-Unis dès que possible », il convient de ne pas s'emballer pour le moment. 

En effet, les opérateurs, équipementiers et fabricants de puces/smartphones sont pour le moment bien occupés avec la 5G, et devraient l'être encore pendant plusieurs années.

Huawei n'est d'ailleurs pas le premier à parler de la 6G ; LG l'avait déjà fait en janvier de cette année. « La 6G visera à intégrer les satellites pour une couverture mondiale dans le but de fournir des taux de données beaucoup plus élevés et un débit encore plus rapide que la 5G », affirmait alors le coréen.

C'est maintenant au tour de Ren Zhengfei, PDG et fondateur de Huawei, de sortir du bois pour affirmer que ses équipes planchent déjà sur la 6G. Il met en avant l'utilisation de bande térahertz pour un débit 100 fois supérieur à la 5G, comme le rapporte Huawei Central

Chez LG et Huawei (et probablement d'autres), il ne s'agit que de travaux de recherches dans des laboratoires, en dehors de tout regroupement international. Il est en effet encore bien trop tôt pour que la GSMA se penche sur la question avec des groupes de travail réunissant les différents acteurs à travers le monde.

C'est en effet à ce moment-là que les besoins, les fréquences et les technologies utilisées pourront commencer à être discutés pour une harmonisation, dans la limite du possible comme toujours. 

Le patron de Huawei annonce qu'il faudra probablement attendre une dizaine d'années pour préparer la phase commerciale. Autant dire qu'il ne se mouille pas beaucoup puisque c'est peu ou prou le délai entre chaque génération. 

chargement Chargement des commentaires...