du 12 octobre 2018
Date

Choisir une autre édition

Au Sénat, une résolution plaide pour un troisième statut, entre éditeur et hébergeur

Dans une proposition de résolution sur la responsabilisation partielle des hébergeurs, la sénatrice Catherine Morin-Desailly plaide pour un troisième statut d’intermédiaire technique, entre hébergeurs et éditeurs.

La présidente de la commission de la Culture regrette que les plateformes actuelles n’aient pour obligation que de retirer les contenus manifestement illicites. « Or, ajoute-t-elle, si les plateformes sont en général efficaces pour retirer les contenus les plus aisément détectables par les algorithmes, comme la pédopornographie ou les actes violents, tel n'est pas le cas pour les campagnes orchestrées de manière plus sophistiquée ». Elle cite en guise d’exemple, la diffusion de fausses informations.

L'auteur estime qu’il est désormais temps d’ « en finir avec une conception encore trop « angélique » d'internet ». S’appuyant sur les travaux des sénateurs Laurent Béteille et Richard Yung, par ailleurs président du Comité national anti-contrefaçon, ou ceux du Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique tout comme ceux du Conseil d’État, elle invite le gouvernement à faire valoir, à l’échelle européenne, la nécessité d’une telle réforme de la directive de 2000 sur le commerce électronique.

Rappelons que Richard Yung avait préconisé qu'un intermédiaire relevant du troisième statut mettent « en place les moyens, conformes à l'état de l'art, de surveillance des informations qu'il transmet ou stocke, et de recherche des faits ou des circonstances révélant des activités illicites ». En somme, des mesures pro-actives allant au-delà des faits manifestement illicites.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Alors que le MWC de Barcelone n'ouvrira ses portes que la semaine prochaine, les annonces se multiplient chez les fabricants.

Archos dévoile son nouveau Diamond haut de gamme, sans encoche ni bordure. La caméra de 8 Mpxiels en façade type « pop-up » est déportée dans un tiroir amovible. Un lecteur d'empreintes est également intégré sous l'écran de AMOLED 6,39" (2 340 x 1 080 pixels).

Le smartphone est animé par un SoC MediaTek Helio P70 avec 4 Go de mémoire vive et 128 Go de stockage, extensibles via une carte microSD. Deux capteurs de 16 et 5 Mpixels, un connecteur USB Type-C et une batterie de 3 400 mAh complètent l'ensemble.

Le Diamond sera disponible en Europe pour 299 euros à partir de mai, avec Android 9.0 Pie aux commandes.

Le fabricant présente aussi ses Oxygen 57, 63 et 68XL, de respectivement 5,7", 6,3" et 6,8" au format 19:9 avec une définition de 1 520 x 720 pixels. Les deux premiers exploitent un SoC Speadtrum  SC9863 (huit cœurs) contre un MediaTek Helio P22 (huit cœurs également) pour le 68XL.

Les caractéristiques techniques détaillées sont disponibles par ici. Android 9.0 Pie est présent dans tous les cas. L'Oxygen 57 est annoncé à 99 euros, 129 euros pour l'Oyxgen 63 et enfin 149 euros pour l'Oxygen 68XL.

Copié dans le presse-papier !

L’apport était à prévoir, maintenant que Microsoft a décidé d’utiliser Chromium pour refonder son navigateur Edge. L’éditeur va évidemment travailler le support des technologies Windows 10, ce qui va se traduire par un glissement dans Chrome lui-même.

Voilà donc que la dernière préversion Canary de Chrome supporte la Windows Mixed Reality. Il ne suffit pas d’installer le navigateur : il faut au moins utiliser la build 18329 de Windows 10, disponible dans le canal rapide pour les testeurs membres du programme Insiders. Elle débloquait pour rappel l’utilisation de la Mixed Reality dans les applications Win32.

Si vous remplissez ces conditions, il faudra se rendre dans les paramètres cachés de Chrome (chrome://flags), y chercher la ligne Mixed Reality et l’activer. Une fois le navigateur redémarré, la technologie devient utilisable.

Bien qu’il ne s’agisse que d’un exemple spécifique, Microsoft tient avec Chromium un moyen puissant de diffuser le support de technologies spécifiques. Si Chromium prend en charge Mixed Reality, il y a fort à parier que Brave, Opera et Vivaldi en feront de même.

Pour rappel, l'installation de Chrome Canary ne remplace pas celle du Chrome classique. Elle permet donc de faire des tests sans affecter son navigateur principal, Canary pouvant être comparé à une version alpha.

Copié dans le presse-papier !

Suite au déploiement de son réseau en Pologne, Sigfox annonce être « le seul opérateur couvrant entièrement l’Europe ». Il revendique une couverture dans 60 pays du monde avec 6,2 millions d'objets connectés sur son réseau et 13 millions de messages échangés chaque jour.

Sigfox en profite pour dévoiler son plan pour 2023. Baptisé 1B23, il ambitionne de connecter un milliard d'objets d'ici 2023. Deux pistes de développement sont en cours. D'une part, finaliser la couverture mondiale en s’implantant dans trois pays « stratégiques » : l’Inde, la Russie et la Chine. De l'autre, lancer son premier satellite, en partenariat avec Eutelsat

« L’objectif est de couvrir l’ensemble de la planète avec une solution unique, simple et ultra performante, combinant des réseaux terrestres et satellites. L’écosystème et les clients Sigfox pourront utiliser le satellite sans modifier leurs appareils existants », affirme le fabricant.

Copié dans le presse-papier !

C'est donc aujourd'hui que Samsung présente ses nouveautés. La conférence se tient à San Francisco et débutera à 20h heure française.

Les annonces devraient être nombreuses. Bien évidemment, nous retrouverons toute la famille des Galaxy S10, S10e et S10+, mais aussi des montres et bracelets connectés, ainsi qu'un smartphone pliable. Ce dernier sera certainement une des tendances du salon.

Pour rappel, c'est également aujourd'hui que Vivo dévoile son V15 Pro en Inde, avec un capteur optique en façade rétractable de 32 Mpixels. La conférence est diffusée depuis 7h30 ce matin sur YouTube.

Xiaomi présente son Mi 9 en Chine aujourd'hui également (enfin le 20 février en Chine, avec un décalage horaire de +7h avec la France). Rien n'est précisé sur une éventuelle diffusion en direct, mais le compte Twitter de la marque a déjà publié quasiment tous les détails sur ce smartphone.

Copié dans le presse-papier !

Une attaque de type Cross-site request forgery, ou « injections de requêtes illégitimes par rebond » (lire les explications du CERT-FR) permettait de publier un article sur le mur de l'utilisateur ou supprimer sa photo de profil, simplement avec un lien piégé.

Avec deux liens, il était même possible de changer l'email et le numéro de téléphone de la victime, comme l'explique The Hacker News. Dans tous les cas, le lien devait être de la forme : https://www.facebook.com/comet/dialog_DONOTUSE/?url=XXXX

Facebook a été prévenu le 26 janvier et la faille corrigée le 31 janvier. Le 12 février, le chercheur a obtenu 25 000 dollars de récompense de la part du réseau social et il a publié son billet de blog.