du 14 mai 2019
Date

Choisir une autre édition

Au Sénat, amendements pour donner la priorité aux logiciels libres à l’école

C’est aujourd’hui que la Haute assemblée entame l’examen du projet de loi « pour une école de la confiance », porté par le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer.

Menés par la sénatrice Céline Brulin, les élus du groupe communiste demandent pour l’occasion à ce que les logiciels utilisés au sein des écoles et collèges soient « en priorité des logiciels libres ».

Avant de se justifier : « La libre exécution du logiciel pour tous les usages, la possibilité de l’adapter et de l’enrichir, l’interopérabilité, l’évolutivité ou les capacités de mutualisation du code, sont autant de caractéristiques propres au logiciel libre qui garantissent une véritable autonomie à l’égard des grands éditeurs, une meilleure sécurité, mais aussi une plus grande flexibilité aux systèmes d’informations gérés publiquement. »

La sénatrice Françoise Laborde (RDSE) a déposé un amendement similaire, en vertu duquel l’Éducation nationale devrait donner « la priorité aux logiciels libres et aux formats ouverts ».

En février dernier, à l’Assemblée nationale, le gouvernement et la majorité se sont cependant opposés à une telle réforme. « Le sujet des logiciels libres est très intéressant et je redis ici publiquement que nous devons les encourager. C’est d’ailleurs déjà ce que nous faisons », avait assuré Jean-Michel Blanquer, avant d’expliquer que les amendements sur la « priorité » au libre étaient selon lui contraires au Code des marchés publics (voir notre article).

chargement Chargement des commentaires...