du 15 mars 2018
Date

Choisir une autre édition

TechCrunch rapporte que le groupe américain a signé une trêve avec le gardien britannique des données personnelles, l'ICO, sur le partage polémique de données d'utilisateurs de WhatsApp vers Facebook.

Pour rappel, le service de messagerie est sous le coup d'enquêtes d'États européens après l'activation par défaut de ce transfert d'informations. En décembre, la CNIL avait mis en demeure le groupe de cesser son jeu de vases communicants. Il risque jusqu'à trois millions d'euros d'amende.

Facebook, régulièrement épinglé pour son interprétation libre des lois sur la vie privée, s'engage ici publiquement à cesser tout transfert concernant les Britanniques, tant qu'il ne le fera pas d'une manière compatible avec le Règlement général sur la protection des données (RGPD), qui entre en application le 25 mai.

Celui-ci impose un consentement explicite à chaque collecte ou traitement de données, avec des sanctions pouvant grimper jusqu'à 4 % du chiffre d'affaires mondial. L'ICO clôt donc son enquête.

Au Royaume-Uni, WhatsApp ferme temporairement le robinet à données de Facebook
chargement Chargement des commentaires...