du 14 novembre 2017
Date

Choisir une autre édition

Les deux plus gros opérateurs des États-Unis ont décidé de s’allier à Tillman Infrastructure pour la construction de centaines de supports pour les antennes de téléphonie mobile.

Elles viendront compléter le réseau déjà existant et « répondront au besoin de nouveaux emplacements où les tours n'existent pas aujourd'hui », le but étant aussi de réaliser des économies.

La situation est comparable à celle de la France où les opérateurs co-investissent dans certaines zones blanches. La construction des premières antennes-relais est prévue pour le premier trimestre de l’année prochaine.

AT&T et Verizon s’associent pour déployer des antennes-relais dans des zones oubliées
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Dans une question écrite au gouvernement, le sénateur du Doubs, Jean-François Longeot, pointe la possible pénurie de fibre, qui pourrait ralentir (voire mettre en pause) le déploiement du très haut débit.

Il pointe la situation de départements en Bourgogne-Franche-Comté (la Côte-d'Or, le Jura, la Nièvre, la Saône-et-Loire et l'Yonne) qui ont pris du retard dans leurs déploiements, assurés par une société publique.

Le sénateur demande donc des solutions au gouvernement. Pour mémoire, face à la tension mondiale sur la fibre, l'Agence du numérique songe à recommander l'utilisation d'un autre type de fibre que celle habituellement utilisée pour connecter les habitations.

Pour l'Avicca, une association de collectivités, ce tour de passe-passe ne règlerait la question que quelques mois, en ouvrant des risques techniques et juridiques pour les réseaux publics (voir notre analyse). Fin mai, elle niait d'ailleurs tout arrêt des déploiements à cause de ce manque de fibre, refusant de parler de pénurie.

 

Copié dans le presse-papier !

Cette mission revêt un caractère particulier pour l'Agence spatiale européenne. C'est en effet un important succès scientifique, malgré quelques couacs à l'atterrissage.

Pour rappel, l'orbiteur larguait fin 2014 le petit module Philae, qui se posait ensuite sur la surface de la comète 67P. Rosetta a continué de tourner autour et de prendre de nombreuses photos, jusqu'à la toute fin de la mission et son « ultime baiser » en septembre 2016.

L'ESA a fini de toutes les mettre en ligne, sur son Archive Image Browser et le Planetary Science Archive. La dernière salve comprend celles de juillet 2016 au 30 septembre. Près de 100 000 clichés sont ainsi disponibles.

« Nous sommes également heureux d'annoncer que toutes les images d'OSIRIS sont maintenant disponibles sous licence Creative Commons » ajoute Holger Sierks, chercheur principal de l'instrument.

Copié dans le presse-papier !

Les rumeurs tablaient sur le mois de juin, mais il semble que la fenêtre de tir soit ratée, si l’on en croit Bloomberg.

Selon nos confrères, Apple viserait maintenant une sortie en septembre, soit un an après son annonce. La firme avait promis la disponibilité de cette borne de recharge sans fil pour 2018, sans plus de précision. Elle serait donc encore dans les clous.

Toujours selon Bloomberg, Apple fait face à plusieurs défis, puisque l’utilisateur doit pouvoir poser son iPhone, sa Watch et ses AirPods dans n’importe quelle position, les appareils devant être chargés en même temps sans contrainte.

Repousser la sortie servirait à glisser de nouveaux tests de fiabilité, incluant des bugs dans les firmwares et la gestion des risques de surchauffe. Nos confrères ajoutent que l’AirPower intègrerait une version réduite d’iOS pour gérer son alimentation et sa communication avec les appareils.

Mais que la borne sorte maintenant ou en septembre, la grande inconnue demeure : son tarif. Nul doute qu’au vu du travail réalisé et des prétentions de facilité d’utilisation, il devrait être à la hauteur des autres produits de la marque.

Copié dans le presse-papier !

Dans un discours hier à Metz, le premier ministre Édouard Philippe a annoncé le lancement d'un nouveau fonds de pré-amorçage (PDF), pour que Bpifrance investisse (encore) dans des jeunes pousses aux côtés d'acteurs privés. L'argent provient, sans grande surprise, du Programme d'investissement d'avenir.

« Y  investir  durant cette  phase cruciale de pré-amorçage que je décrivais, qui se situe très en amont et où le risque est élevé. Grâce à ce fonds, la France se dote enfin d’un outil capable de financer le « pré-amorçage » à grande échelle » claironne le chef de l'exécutif.

La nouvelle pourrait encore inquiéter la Cour des comptes, qui jugeait que l'activisme de Bpifrance pouvait brider d'autres investisseurs publics et privés.

Copié dans le presse-papier !

Open source (licence MIT), l'outil UI Recorder permet la création de tests automatisés pour les développeurs Windows Application Driver.

En dépit de son nom, ce dernier n'est pas consacré aux pilotes, mais à l'automatisation des tests d'interfaces. Pour remédier aux faiblesses d'Inspect dans ces scénarios, UI Recorder débloque deux importantes possibilités.

D'une part, inspecter les éléments UI et fournir automatiquement leurs expressions XPath. D'autre part, générer un code C# pour certains actions durant l'enregistrement. Ce code peut être collé dans le dossier UI Recorder Template pour être relancé plus tard.

Dans son billet, Microsoft explique plus en détail le maniement de l'outil. Visual Studio 2017 est recommandé pour son utilisation.