du 03 décembre 2018
Date

Choisir une autre édition

La nouvelle venue dispose d'un capteur 4K UHD, alors que les précédentes caméras de la marque étaient limitées au 1080p.

Le champ de vision est de 180°, tandis qu'un éclairage LED permet d'avoir une vision nocturne et de « voir l'action en couleurs en lieu et place des visions nocturnes traditionnelles en noir et blanc ». Un système sûrement moins discret, dont on attend de connaître la portée, la consommation ou encore l'efficacité.

Le fabricant explique « qu’Arlo Ultra profite d'un système de double microphone et d'un circuit audio bidirectionnel avec des techniques avancées d’annulation de bruit ». Les caméras Arlo Ultra peuvent être installées en intérieur ou en extérieur, disposent d'un câble de recharge magnétique et tropicalisé, ainsi que d'une sirène.

Arlo Ultra est livrée avec une nouvelle base SmartHub qui se connecte à votre box. Elle gère « les flux de données entrants et sortants entre les caméras et le compte cloud de l’utilisateur ». Elle dispose aussi d'un emplacement microSD pour un enregistrement local.

Les caméras sont livrées avec un an d'abonnement à Arlo Smart Premier (89 euros)... qui ne permet qu'un enregistrement en ligne des vidéos en 1080p. Pour de la 4K UHD, il faudra payer un abonnement supplémentaire, dont le tarif n'est pas précisé.

Arlo Ultra avec SmartHub est proposée à partir de 500 euros, et jusqu'à 1 300 euros avec quatre caméras. La disponibilité est prévue pour le premier trimestre 2019.

Arlo Ultra : 4K UHD, HDR et éclairage LED pour vision de nuit, à partir de 500 euros
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Presque un an jour pour jour après avoir levé 100 millions de dollars, la jeune pousse triple presque la mise avec 268 millions de dollars. D'anciens investisseurs, comme Y Combinator Continuity, ont remis la main au portefeuille, aux côtés de plus d'une dizaine de nouveaux.

Au total, GitLab a levé 426 millions de dollars depuis ses débuts et revendique une valorisation de 2,75 milliards de dollars. La société a d'ores et déjà prévu une date pour son introduction en bourse : le 18 novembre 2020. 

Pour rappel, son plus gros concurrent, GitHub, a été racheté par Microsoft en juin 2018 pour 7,5 milliards de dollars. Le patron de la société, Sid Sijbrandij, continue de surfer sur ce rachat en expliquant à Bloomberg qu'il « préfère rester indépendant »… un moyen de s'attirer la sympathie de ceux craignant que Microsoft ne change la donne sur GitHub. 

Copié dans le presse-papier !

Cette mission de moyenne catégorie fait partie du programme Vision Cosmique de l'Agence spatiale européenne, dont le but est d'étudier l’expansion de l’Univers au cours des derniers dix milliards d’années.

« Le satellite étudiera des galaxies qui se trouvent à différentes distances de la Terre au moyen d’un télescope de 1,2 m de diamètre qui embarque deux instruments : l’imageur observant en lumière visible (VIS) et le spectro-imageur proche infrarouge (NISP) », explique l'ESA.

Elle aura pour objectif de réaliser « une image en 3D de l’évolution de la distribution de la matière noire et de la matière ordinaire (baryonique) dans le cosmos ». Les scientifiques espèrent ainsi « estimer l’accélération causée par la mystérieuse énergie noire avec une précision au pour cent près, et les éventuelles variations d’accélération avec une précision de 10 % ».

Pour rappel, le CNES explique que « l’Univers reste très mystérieux : 95 % de son contenu, la matière noire et l’énergie noire, nous sont invisibles alors qu’elles ont un effet gravitationnel ». Les conséquences peuvent être importantes : « Elle expliquerait pourquoi notre Univers se compose de galaxies, d’amas de galaxies mais aussi de vides immenses ».

L'assemblage du satellite Euclid devrait avoir lieu en 2021 pour un lancement en 2022.

Copié dans le presse-papier !

Microsoft a publié hier soir une série de 44 vidéos dédiées à l’apprentissage des bases du Python. Ce langage de développement, actuellement l’un des plus utilisés, a toujours le vent en poupe.

Ces vidéos, disponibles en anglais (sous-titres disponibles), peuvent être vues comme la conséquence de la prise en charge, le mois dernier, de PyTorch 1.2 dans Azure. PyTorch est pour rappel un framework de machine learning open source créé par Facebook et qui s’utilise surtout avec Python.

Les 44 vidéos sont disponibles sous forme de liste de lecture sur YouTube. Elles ne durent jamais plus de quelques minutes chacun. Pour les intéressés, Microsoft se sert de Visual Studio Code pour ses démonstrations.

Copié dans le presse-papier !

Depuis plusieurs années, la société met en avant son attachement au solaire et à l'éolien : « En 2017, nous sommes devenus la première entreprise de notre taille à compenser notre consommation annuelle d'électricité avec des énergies renouvelables (et nous l'avons refait en 2018) ».

Sundar Pichai annonce aujourd'hui la signature de 18 nouveaux contrats (aux États-Unis, au Chili et en Europe) pour un total de 1 600 MW supplémentaires, dont une bonne partie en solaire. « Ensemble, ces accords augmenteront de plus de 40 % notre portefeuille mondial d'accords sur l'éolien et le solaire, pour atteindre 5 500 MW ».

Copié dans le presse-papier !

La plateforme n'a donné aucune information supplémentaire, que ce soit sur le calendrier ou sur le prix visé. 

Dans un communiqué, la société se félicite d'avoir dépassé le milliard de dollars de chiffre d'affaires sur le second trimestre de l'année. C'est la deuxième fois de son histoire qu'elle franchit un tel cap.