du 08 octobre 2018
Date

Choisir une autre édition

La même annonce avait été faite en juillet 2013 pour la sonde Voyager 1. La NASA a ensuite affirmé quelques mois plus tard qu'elle était le premier objet construit par les hommes à s'aventurer dans l'espace interstellaire, mais tout le monde n'était pas d'accord avec cette affirmation.

Aujourd'hui, rebelote avec Voyager 2 : l'agence spatiale américaine explique avoir mesuré « une augmentation d’environ 5 % du taux de rayons cosmiques » arrivant sur la sonde, un taux similaire à celui détecté par Voyager 1 en 2012.

La NASA ajoute qu'il ne s'agit « pas d'un signe définitif du fait que la sonde est sur le point de traverser l’héliopause », les conditions et la position dans l'espace de Voyager 2 n'étant pas les mêmes que lors du passage de Voyager 1.

Après Voyager 1, la sonde Voyager 2 se rapproche de l'héliopause
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Hier, on apprenait de nouveaux détails sur la fameuse taxe visant les géants du numérique, qui fera l'objet d'un projet de loi annoncé pour février.

De son côté, la CNIL infligeait pour la première fois une sanction pécuniaire de 50 millions d’euros à Google pour non-respect du RGPD. Elle y détaille tous les manquements de la société en matière de respect de la vie privée.

Le communiqué de presse a été envoyé vers 15h15. Et c'est à... 15h30 que Google France décidait de publier un billet de blog revenant sur ses investissements en France, annoncés l'année dernière.

La société a d'ailleurs trouvé un relai de poids : le compte Twitter de l'Élysée. Un peu avant 20h, il publiait une déclaration du patron de Google France vantant la formation de 100 000 français aux « outils numériques » et l'ouverture de ses ateliers.

Un timing pour le moins étonnant, l'exécutif invitant à « écouter » le géant américain dans le cadre de son programme ChooseFrance. Ce, alors que le gouvernement cherche le moyen de lui faire payer sa juste part d'impôts et que la CNIL constate de manière assez détaillée comment il fait peu de cas du respect de la vie privée et des lois en vigueur en Europe en la matière.

Copié dans le presse-papier !

Le clavier SwiftKey possède depuis fin 2016 un mode Incognito, qui désactive le machine learning lors de la frappe. Comme beaucoup de claviers, il analyse en effet ce que tape l’utilisateur pour lui faire des suggestions par la suite.

Mais ce fonctionnement peut devenir problématique lorsque l’on écrit devant d’autres personnes, et surtout si l’on en vient à devoir saisir du texte dans des services ou applications sensibles. Le mode Incognito permettait alors de désactiver l’analyse via un bouton dans les options.

Dans sa nouvelle bêta pour Android, Microsoft (qui avait racheté le clavier en février 2016) teste donc la bascule automatique en mode Incognito. Dès que SwiftKey détecte un contexte « sensible », il coupe l’analyse de la frappe.

Neowin, qui a testé un peu la fonction, a par exemple vu le mode se déclencher dans les Secret Chats de Telegram et les onglets de navigation privée dans Edge. Attention d’ailleurs, car une fois le mode déclenché par le clavier, il n’est pas possible de le désactiver tant que l’on se trouve dans le contexte sensible de saisie.

On imagine qu’une fois la phase bêta terminée, la fonction sera envoyée dans les révisions stables pour Android puis iOS. Le clavier étant désormais intégré à Windows 10, le système devrait finir par récupérer lui aussi la bascule.

Notez enfin que Microsoft a fait récemment son bilan 2018 de SwiftKey, résumant les améliorations portées au clavier. L’éditeur annonce avoir largement augmenté ses performances, réduit son poids, en bref tout amélioré, le rendant meilleur que ses concurrents. Chacun se fera son idée de la question, l’ergonomie jouant également un grand rôle.

Copié dans le presse-papier !

Après avoir rejeté officiellement une demande similaire en octobre 2017, la société a finalement décidé de proposer cette possibilité à ses utilisateurs, comme l'explique Thurrot.

Un changement de position qui intervient plusieurs mois après l'affaire autour de R. Kelly ayant entraîné le retrait de ses morceaux des listes de lecture de Spotify. « Même si nous ne croyons pas en la censure pour le comportement d'un artiste ou créateur, nous voulons que nos décisions éditoriales reflètent nos valeurs », expliquait alors la société.

Prochainement, n'importe qui pourra donc décider de bloquer un artiste, quelles qu'en soient les raisons. La lecture de ses chansons n'est alors plus possible et elles ne sont également plus diffusées dans les listes de lecture.

Cette fonctionnalité est pour le moment en test auprès de certains utilisateurs et tout le monde ne peut pas en profiter. La plateforme de streaming n'a pas encore communiqué officiellement sur le sujet.

Copié dans le presse-papier !

DJI, le principal acteur sur le marché des drones a révélé avoir découvert un système mis en place par certains de ses employés afin de détourner une partie de l'argent versé aux fournisseurs de l'entreprise. Ces employés gonflaient le prix des pièces achetées par la société et encaissaient la différence.

Au total, ce sont environ 150 millions de dollars qui auraient ainsi été détournés, et ce au profit de quelques dizaines d'employés, licenciés depuis. DJI assure mettre en place de nouvelles procédures afin que ce genre d'incident ne se reproduise pas et annonce coopérer avec les autorités.

Copié dans le presse-papier !

Après l'annonce de Salesforce de doubler ses effectifs sur l'île (1 500 emplois sur 5 ans), le Premier ministre d'Irlande Leo Varadkar peut à nouveau se réjouir sur Twitter.

Lors d'un discours à Dublin, Sheryl Sandberg (directrice générale adjointe du groupe) annonce la création de 1 000 postes cette année, comme le rapporte Reuters.

Ils seront répartis dans plusieurs dizaines d'équipes en charge de la sécurité, du juridique, du marketing, etc. Le total des effectifs passera alors à 5 000 employés en Irlande.

La dirigeante reconnaît que « Facebook a connu des temps difficiles ces dernières années ». « Nous devons faire mieux pour préserver la sécurité des personnes sur notre plateforme », ajoute-t-elle.