du 08 octobre 2018
Date

Choisir une autre édition

La même annonce avait été faite en juillet 2013 pour la sonde Voyager 1. La NASA a ensuite affirmé quelques mois plus tard qu'elle était le premier objet construit par les hommes à s'aventurer dans l'espace interstellaire, mais tout le monde n'était pas d'accord avec cette affirmation.

Aujourd'hui, rebelote avec Voyager 2 : l'agence spatiale américaine explique avoir mesuré « une augmentation d’environ 5 % du taux de rayons cosmiques » arrivant sur la sonde, un taux similaire à celui détecté par Voyager 1 en 2012.

La NASA ajoute qu'il ne s'agit « pas d'un signe définitif du fait que la sonde est sur le point de traverser l’héliopause », les conditions et la position dans l'espace de Voyager 2 n'étant pas les mêmes que lors du passage de Voyager 1.

Après Voyager 1, la sonde Voyager 2 se rapproche de l'héliopause
chargement Chargement des commentaires...