du 16 mai 2019
Date

Choisir une autre édition

Il y a un an quasiment jour pour jour, la plateforme annonçait des applications Link pour Android et iOS. La première est arrivée une semaine après, tandis que la seconde s'est faite rejetée par Apple en raison de « conflits d'activité avec ses lignes directrices ».

Un an plus tard, il semblerait que la hache de guerre ait été enterrée puisque Steam est disponible dans l'App Store pour iPhone, iPad et Apple TV, comme l'a repéré TechCrunch.

Comme sur Android, il est recommandé d'avoir une bonne connexion Wi-Fi (idéalement dans les 5 GHz) et de brancher son ordinateur via un câble à son routeur. Une manette MFI ou un Steam Controller est également recommandé.

Après un faux départ, Steam Link débarque enfin sur iOS et Apple TV
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Le mystérieux compte SandboxEscaper sur GitHub a publié récemment les détails de trois failles 0-day dans Windows.

La première a été publiée mardi et est de type escalade de privilèges. Elle réside dans le Windows Task Scheduler et peut permettre à un utilisateur authentifié localement d’obtenir les droits SYSTEM.

La deuxième, également de type escalade, a été publiée hier. Elle se trouve cette fois dans le service Windows Error Reporting. Exploitée, elle pourrait autoriser un utilisateur à modifier des fichiers normalement hors d’atteinte.

La dernière, elle aussi publiée hier, affecte Internet Explorer 11. Elle pourrait permettre à un code JavaScript d’être exploité avec des privilèges plus élevés que ce que ne permet la sandbox.

Ces trois nouvelles failles viennent s’ajouter aux quatre autres dont les détails avaient été publiés au cours de l’année écoulée. Aucune des sept vulnérabilités ne peut être exploitée à distance.

Elles ne sont donc pas critiques, mais restent sérieuses puisqu’un pirate pourrait gagner des droits administrateur depuis un compte classique s’il devait en obtenir un à distance. En outre, ces failles peuvent être éventuellement exploitées en conjonction d’autres brèches pour obtenir cette fois un scénario d’attaque distante.

Microsoft n’a pas encore réagi à ces informations.

Copié dans le presse-papier !

Dans le viseur de la puissante association de consommateurs : la fonction de changement de voie automatique ajoutée récemment à l'Autopilot. Elle serait « beaucoup moins compétente qu'un conducteur humain ». Pire, elle pourrait « créer des risques potentiels pour la sécurité des conducteurs ».

Parmi les nombreux griefs contre cette fonctionnalité : « elle a coupé [la route] des voitures sans laisser assez d'espace et a même dépassé des véhicules d'une manière qui enfreint les lois [...] En conséquence, le conducteur a souvent dû intervenir pour empêcher le système de prendre de mauvaises décisions ».

Consumer Reports en rajoute une couche : cette fonction est « incroyablement myope. Elle ne semble pas réagir aux feux de freinage ni aux clignotants ». Elle aurait également du mal à estimer correctement la vitesse des voitures arrivant derrière sur une voie de dépassement, très problématique lorsqu'il s'agit justement de changer de voie.

Bref, « surveiller le système est beaucoup plus difficile que de changer de voie soi-même, et revient à surveiller un enfant au volant pour la toute première fois. Comme tous les parents le savent, c'est bien plus pratique et moins stressant de conduire soi-même », explique Jake Fisher, directeur des tests autonomes chez CR.

Pour David Friedman, vice-président de CR, « Tesla montre ce qu'il ne faut pas faire pour arriver à l'autonomie automobile : mettre en service des systèmes de plus en plus automatisés sans approbation adéquate. Avant de vendre ces systèmes, les constructeurs devraient être tenus de prouver leur sécurité aux pouvoirs publics ».

Copié dans le presse-papier !

« Nous avons sur la 5G un retard de quelques semaines à deux mois », a annoncé le directeur général du groupe lors d'une assemblée générale, comme le rapporte Reuters.

Nos confrères ajoutent que l'équipementier a enregistré une perte inattendue sur les trois premiers mois de l'année à cause de retards de livraison sur les produits 5G.

Le directeur en profite pour faire une déclaration sur la situation de son concurrent Huawei sous le coup d'une exclusion des États-Unis : « Il y a peut-être une opportunité à long terme, mais au-delà de ça, c’est difficile à dire pour le moment ».

Copié dans le presse-papier !

Elle se tiendra au McEnery Convention Center de San Jose (Californie). Il s'agit pour rappel de la keynote d'ouverture de l'événement dédié aux développeurs qui se tiendra du 3 au 7 juin.

Il devrait donc y être question des prochaines grosses versions des systèmes d'exploitation de la marque à la pomme, notamment iOS 13 et macOS 10.15.

Copié dans le presse-papier !

L’application Premiere Rush, uniquement disponible sur iOS jusqu'ici, est désormais proposée sur Android. Tout du moins sur une sélection d’appareils puissants : Galaxy S10/10+, S9/9+, Note9, Note8, S10e, Google Pixel 3/3XL, 2/2XL et OnePlus 6T. La compatibilité grandira prochainement.

Les fonctionnalités sont les mêmes que dans la version iOS. Elles proviennent de Premiere et Audition et fournissent un flux simplifié avec édition audio et vidéo, correction des couleurs, nettoyage audio via machine learning, modèles Motion Graphics personnalisables, publication, etc.

Premiere Rush est bien entendu intégré dans le Creative Cloud d’Adobe. Toute action réalisée dans l’application est répercutée. Les projets peuvent donc être repris depuis d’autres appareils, pour être par exemple finalisés et publiés.

L’application peut être utilisée gratuitement (Starter) avec toutes les fonctions, mais un export limité à trois projets. L’abonnement lève la limite pour 9,99 dollars par mois pour un utilisateur unique, 19,99 dollars pour une équipe ou 29,99 dollars pour les entreprises. L’abonnement permet également de passer de 2 à 100 Go d’espace dans le cloud.