du 26 octobre 2017
Date

Choisir une autre édition

Cette mouture 18.3, dont la date de sortie n’est pas connue (même si beaucoup pensent à décembre), sera la dernière à proposer une variante KDE. Les développeurs citent des objectifs différents dans les approches, tout en remerciant le travail effectué par Kubuntu. Rien n’empêchera bien sûr d’installer KDE par la suite.

Dans son billet mensuel, l’équipe de développement apporte plusieurs autres renseignements. LMDE (Linux Mint Debian Edition) aura ainsi bien une version 3, basée sur Debian Stretch. Son arrivée est prévue pour le premier trimestre 2018, en édition unique avec Cinnamon 3.8.

Par ailleurs, Linux Mint se concentrera sur Flatpak plutôt que Snap ou AppImage. Question de philosophie et de conception selon l’équipe, qui se retrouve davantage dans cette solution d’applications virtualisées. Linux Mint 18.3 embarquera donc Flatpak, accompagné de deux dépôts par défaut, Flathub et gnome-apps.

Après la version 18.3, Linux Mint n’aura plus de version KDE
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

En séance du 27 novembre, les sénateurs ont adopté un amendement du gouvernement (n°I-1021) au Projet de loi de finances 2019, supprimant trois taxes sur les chaînes de télévision et les stations de radio, relève Le Parisien.

Qualifiée de « cadeau fiscal », cette mesure doit alléger de 50 millions d’euros l’argent dû par ces entreprises à compter du 1er janvier 2020.

Comme le relève Le Parisien, une taxe progressive concernait les publicités TV, quand une autre demandait 54 435 euros aux radios avec un chiffre d’affaires publicitaires d’au moins 10 millions d’euros par trimestre (Europe 1, NRJ et RTL) et 894 500 euros aux chaînes facturant au moins 100 millions d’euros de réclames par trimestre, comme M6 et TF1.

Copié dans le presse-papier !

Prévue pour le 7 janvier, la nouvelle fenêtre de lancement est désormais fixée au 17 janvier, indiquent les deux partenaires. But de la manœuvre : permettre le retour sur Terre de la capsule Dragon de la mission cargo CRS-16.

Demo-1 sera pour rappel un vol « à vide » de la capsule Crew Dragon qui sera en charge d'amener des astronautes dans l'espace et dans la Station spatiale internationale. Viendra ensuite Demo-2 avec un équipage, mais la date n'est pas encore fixée.

Boeing, partenaire de la NASA et concurrent de SpaceX, devrait tester sa capsule pensée pour les vols habités au mois de mars.

Copié dans le presse-papier !

Début novembre, le successeur de Vine dévoilait un nouveau site et annonçait son lancement pour le printemps 2019.

Sur Twitter (Vine avait été racheté par le réseau social avant d'être fermé), Byte lance un appel aux créateurs (quelle que soit leur audience) en les invitant à se faire connaître via un formulaire Google.

Ce dernier n'a rien de bien nouveau pour autant puisque le lien était déjà présent depuis la refonte du site début novembre, comme en atteste la WayBack Machine de WebArchive. Cette relance semble avoir eu l'effet escompté puisque 500 demandes auraient été envoyées en moins d'une minute.

Copié dans le presse-papier !

Auparavant connu sous le nom de Google Files Go, l'application supporte désormais les périphériques de stockage branchés en USB OTG.

Les notes de version indiquent également qu'elle peut « afficher la structure de dossiers complète sur le téléphone ou sur n'importe quel appareil connecté ». Comme toujours, quelques bugs mineurs ont été éradiqués.

Copié dans le presse-papier !

La semaine dernière, elle était arrêtée à Vancouver, sans que les autorités canadiennes n'en précisent officiellement les raisons. Elles indiquaient par contre qu'une demande d'extradition avait été déposée par les États-Unis.

Selon des journalistes présents à l'audience et cités par TechCrunch, la directrice financière de Huawei, et fille du fondateur de la société, risque jusqu'à 30 ans de prison : « Le ministère américain de la Justice prétend que Mme Meng a autorisé SkyCom, une filiale non officielle de Huawei, à faire des affaires en Iran, violant ainsi des sanctions américaines contre ce pays et dupant des institutions financières américaines », expliquent nos confrères.

Le département de la justice canadien a plaidé contre la libération sous caution de Meng Wanzhou. L'avocat de la défense estime pourtant qu'elle ne se risquerait pas à « embarrasser » son père en enfreignant une ordonnance.

La suite des opérations (notamment la demande d'extradition) peut encore être longue et durer des semaines, voire des mois. Dans tous les cas, c'est un nouveau coup dur pour Huawei, déjà mis sur le banc de touche de la 5G par plusieurs pays à cause de risques liés à la sécurité.