du 18 janvier 2018
Date

Choisir une autre édition

Apple promet de rapatrier son trésor de guerre aux États-Unis et des gains aux employés

Le groupe californien promet de rapatrier ses 250 milliards de dollars de cash sur le sol américain, suite au vote d'une loi permettant de ramener cette pile d'argent avec une ponction fiscale réduite. À 15,5 %, cela représenterait 39 milliards de dollars pour le groupe.

L'impôt sur les sociétés passe, lui, de 35 % à 21 %, rapporte Reuters. Une motivation supplémentaire pour ramener l'argent. Apple promet de contribuer à l'économie à hauteur de 350 milliards de dollars dans les cinq prochaines années, rien de moins. 20 000 emplois sont censés suivre, ainsi qu'un second campus en un lieu encore inconnu.

Dans une lettre à ses employés, il annonce une rémunération à hauteur de 2 500 dollars en actions. Les dons à des œuvres caritatives effectués par les employés devraient être doublés par Apple, jusqu'à 10 000 dollars, d'ici la fin de l'année. Pour chaque dollar donné, Apple promet donc d'en fournir deux.

La société assure enfin étendre son soutien financier aux programmes de formation ConnectED et STEAM. À aucun moment, elle ne semble faire référence au texte législatif qui a déclenché une partie de ces annonces, ce que des représentants républicains lui ont reproché.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Dans un communiqué, l'association regroupant plus de 950 sociétés dans le secteur des technologies rejoint la Première ministre britannique et « estime que l'accord négocié est la seule solution sur la table pouvant donner suite au résultat du référendum de 2016, tout en préservant emplois et investissements dans le secteur technologique britannique ».

« L’accord proposé éviterait les conséquences très dangereuses d’un non-accord » ajoute le groupe. Il affirme au passage que la « libre circulation des données à caractère personnel entre le Royaume-Uni et l'Union européenne » est un point très important du projet d'accord.

S'il « n'est pas parfait » reconnaît TechUK, un « no deal » serait bien pire pour les entreprises technologiques, notamment les petites et moyennes qui seraient plus durement touchées.

Au Royaume-Uni, la situation est très tendue (et c'est peu de le dire) depuis cet accord. Il est défendu par Theresa May, mais contesté par des députés, y compris dans son propre parti. « Le choix est clair : nous pouvons choisir de partir sans accord, risquer qu'il n'y ait pas de Brexit du tout, ou choisir de nous unir et soutenir le meilleur accord que nous pouvions négocier, cet accord », affirme la Première ministre.

Hier, plusieurs ministres et secrétaires d'État ont démissionné après ce projet négocié avec l'Union européenne. Des députés de son parti sont également en train d'essayer d'organiser un vote de défiance pour tenter de la destituer.

L'accord doit maintenant être entériné lors d'un sommet européen le 25 novembre à Bruxelles, puis être voté par les parlementaires en décembre. Selon le « brexiter » conservateur Mark Francois, repris par Le Point, il serait « mathématiquement impossible » de faire adopter le projet d'accord.

Copié dans le presse-papier !

Bien connu pour ses claviers gaming, le fabricant vise cette fois-ci aussi bien les travailleurs que les joueurs. Le design du clavier est dans la lignée des autres modèles du fabricant (notamment les BlackWidow X), avec un rétroéclairage blanc sur les touches, adieu donc les effets arc-en-ciel.

Le BlackWidow Lite dispose de switchs mécaniques maison Orange « quasi silencieux ». Les touches sont également équipées de joints toriques, toujours dans le but de limiter au maximum le bruit. Enfin, le clavier est livré avec un câble USB détachable.

Il est d'ores et déjà en vente sur le site du fabricant, pour 100 euros.

Copié dans le presse-papier !

La mise à jour est disponible pour l’ensemble des Xbox One. On connaît déjà sa nouveauté principale : le support des claviers et souris. La réalisation d’une vieille promesse, puisque Microsoft en parlait depuis des années.

Ce support est présent mais pas nécessairement exploitable tout de suite. Les développeurs doivent spécifiquement l’utiliser dans les titres pour que les contrôles soient adaptés.

Bomber Crew, Deep Rock Galactic, Strange Brigade, Vermintide 2, War Thunder et X-Morph Defense seront ainsi mis à jour. D’autres titres, dont Fortnite, seront compatibles plus tard. Cela n’empêche cependant pas le clavier par exemple d’être utilisé pour lancer une recherche.

Cette compatibilité a en outre permis l’annonce d’un partenariat « Designed for Xbox » avec Razer. Microsoft promet de plus amples informations sur ce point lors du CES, qui se tiendra du 8 au 12 janvier à Las Vegas.

Plusieurs améliorations sont à noter pour les assistants vocaux. La compatibilité avec Alexa s’étend au Royaume-Uni (en bêta), tandis que Cortana se configure plus simplement. Les deux prennent en charge la commande « Quittez » pour fermer complètement un jeu et la navigation dans l’interface.

Signe d’un partenariat ne laissant rien au hasard, les utilisateurs américains peuvent maintenant récupérer l’application Amazon Music Unlimited. On ne sait pas encore quand le reste du monde y aura accès.

Comme toujours, le téléchargement et l’installation se font pendant la veille de la console. Si vous l’éteignez la nuit (ce qu’il faudrait toujours faire), on pourra récupérer la mise à jour de novembre dans le menu de mise à jour de la console.

Copié dans le presse-papier !

NVIDIA a dévoilé ses résultats pour le troisième trimestre de son exercice fiscal 2019. Oui, 2019. L'année fiscale de l'entreprise s'étend de février 2018 à janvier 2019 et numérote ses exercices en fonction de l'année où ils prennent fin.

La marque au caméléon a enregistré un chiffre d'affaires de 3,18 milliards de dollars, en hausse de 21 % sur un an. Une progression visible sur l'ensemble de ses secteurs d'activité, à l'exception notable des puces Tegra, qui souffrent « d'un déclin saisonnier de la vente de modules SoC pour Nintendo Switch ».

Le bénéfice net a quant à lui explosé, passant de 838 millions de dollars il y a un an à 1,23 milliard sur les trois derniers mois. Une nouvelle guère surprenante au vu du prix de vente des cartes de la série RTX 20xx, même si d'autres facteurs ont pu jouer.

La gueule de bois sera par contre de mise après les fêtes pour NVIDIA. L'entreprise s'attend à un chiffre d'affaires de seulement 2,7 milliards de dollars. Motif de ce net recul : la marque souhaite réduire les stocks de cartes Pascal de milieu de gamme chez les revendeurs, et ne procèdera donc à aucune livraison significative sur ces modèles. Pour mieux préparer l'arrivée de nouveaux trois mois plus tard ?

Copié dans le presse-papier !

Melty vient de boucler un nouveau tour de table, à hauteur de 3 millions d'euros. Y ont participé quelques actionnaires historiques (Jaïna Capital et Serena Capital) et de nouveaux arrivants tels que Pierre Kosciusko-Morizet.

Ces fonds doivent permettre à Melty de « financer ses nouvelles perspectives de développement : l'accompagnement des marques (Brand Content ; Marketing programmatique) et le lancement de nouveaux formats créatifs pour conforter son leadership auprès des Millennials ». Tout un programme.